Mobilisons-nous !
Lundi 19 juin
-à 19h-
Place de La Comédie
-Montpellier-
Rassemblement/Manifestation

CONTRE MACRON ET SES ORDONNANCES
Samedi 24 juin
-à 14h30-
Jardins du Peyrou
-Montpellier
-
MANIFESTATION :
ACCUEIL DE TOUT-ES LES RÉFUGIÉ-ES
Samedi 24 juin
-à 16h-
Place de La Comédie
-Montpellier
-
RASSEMBLEMENT
puis à 17h30 : MANIFESTATION
STOP COLONISATION JÉRUSALEM

lundi 16 mars 2015

Le NPA 34 solidaire de Montpellier journal




René Revol, le dirigeant le plus connu du Parti de Gauche 34, maire de Grabels et vice-président de la Métropole de Montpellier, a annoncé qu'il déposait deux plaintes contre Montpellier journal, l'une pour diffamation, l'autre pour dénonciation calomnieuse. A la lecture du dossier de presse que ce journal met à la disposition de tous les lecteurs, force est de constater l'incongruité de la démarche de celui qui se réclame d'une autre gauche, voire de l'alternative au système et à la gestion de l'ordre existant.
Ledit système, on le sait, René Revol le sait, ne porte pas en odeur de sainteté la presse indépendante qui, pour prix de cette indépendance, en particulier vis-à-vis des mannes publicitaires, se trouve fragilisée dans son existence même. René Revol sait aussi que Montpellier journal appartient à cette catégorie de journal et qu'il lutte constamment pour sa survie. Il n'est que plus méritoire que, dans ces conditions extrêmes de précarité, Jacques Olivier Teyssier et sa collaboratice se distinguent par une impertinence radicale vis-à-vis des pouvoirs en place étayée par un remarquable travail d'investigation, donc de vérification poussée des données en jeu dans la rédaction des articles. Au fait de tous ces éléments qui "font" Montpellier journal, René Revol a pourtant pris la décision de se positionner en diffamé et calomnié faisant de la justice l'arbitre du différend. Ce faisant il met en route délibérément une procédure visant à une condamnation de Montpellier journal qui pourrait signifier sa disparition pure et simple. Le recours récent à "un droit de réponse", reproduit par le journal, par où tout aurait dû commencer, ne lève pas pour autant l'hypothèque que fait peser l'annonce initiale des plaintes.
Comme il l'avait fait à l'endroit de l'Agglorieuse en butte à une décision de justice "ravageuse" pour sa survie ou envers l'Hérault du Jour/La Marseillaise en proie à des difficultés financières le mettant également en danger, le NPA 34 déclare sa totale solidarité et son plein soutien à Montpellier journal.