Montpellier, Hérault... La culture mise au pain sec et à l'eau...


 18 mars


14 mars

Quand la "gauche" et la droite préparent le terrain à l'Affront National...

A lire aussi Une « cartocrise » des festivals annulés (Le Monde 15 mars 2015)


Les lycéen-ne-s de Jean Monnet devaient jouer "Prête-moi tes yeux qu'on écrive la suite" au festival Hybrides, censuré par la municipalité (de gauche ?) de Montpellier. Et dans l'Hérault, des élus de tous bords rejoignent les idées du FN : contre la culture, ils prônent désormais l'ignorance. Une mobilisation CITOYENNE est en cours : assemblée générale ce dimanche 15 mars à 16 h.


Prête-moi tes yeux qu’on écrive la suite… Mardi 17 mars, les élèves de première du Lycée Jean Monnet à Montpellier devaient jouer, dans le cadre du festival Hybrides, le spectacle qu’ils et elles préparaient depuis plusieurs mois, sous la conduite de leur enseignante lettres-théâtre, Aurélie Kerszenbaum. L’annulation du festival Hybrides, pour cause de trahison budgétaire de la Ville de Montpellier (dont la politique culturelle est confiée à Jean-Paul Montanari, directeur de Montpellier Danse) les prive de ce plaisir. Dans quel pays vit-on où des lycéen-ne-s se trouvent-ils ainsi interdits de jouer, de se cultiver ? 

Appelons un chat un chat : c’est une forme de censure, pas moins scandaleuse et inacceptable que celle que prône l’Affront national. Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, prétend combattre l’extrême-droite ? En matière culturelle, il devance leurs desiderata. Annulation du festival Hybrides, fermeture programmée de la chapelle Gély, etc. A quand le couvre-feu ? Cliquer ici

Illustration : cliquer ici

A lire aussi

Une carte interactive tient à jour les événements culturels supprimés ou annulés. Ils sont souvent la conséquence de changements de majorité dans les communes. Cliquer ici
Et aussi


Culture en danger car culture dangereuse ?

 NPA 34, NPA