Mobilisons-nous !
Lundi 19 juin
-à 19h-
Place de La Comédie
-Montpellier-
Rassemblement/Manifestation

CONTRE MACRON ET SES ORDONNANCES
Samedi 24 juin
-à 14h30-
Jardins du Peyrou
-Montpellier
-
MANIFESTATION :
ACCUEIL DE TOUT-ES LES RÉFUGIÉ-ES
Samedi 24 juin
-à 16h-
Place de La Comédie
-Montpellier
-
RASSEMBLEMENT
puis à 17h30 : MANIFESTATION
STOP COLONISATION JÉRUSALEM

samedi 28 mars 2015

Montpellier Nord. Succès du grand pique-nique du Non à Oxylane !


  De l'oxygène, pas d'Oxylane !

[A lire ci-dessous la correspondance (texte et photos) du NPA 34 ]

 
Après le rassemblement du 31 janvier, le collectif a lancé une nouvelle action avec un pique-nique convivial et militant, ce samedi. Toutes les personnes opposées au projet Oxylane étaient invitées à participer à cet événement revendicatif.
Le collectif, qui rassemble 13 associations de l'agglomération, refuse le projet de nouvelle zone commerciale qui devrait s'étendre sur 19 hectares, projet jugé désastreux pour cette zone fertile, proche de la ville de Saint Clément de Rivière. Le terrain concerné est agricole mais constructible et privé.


Débats et table ronde ont été organisés sur le thème du maintien des terres agricoles et les contre-projets d’agriculture paysanne. Cliquer ici pour voir la vidéo

Correspondance (texte et photos) du NPA 34

Cliquer sur la première photo pour dérouler le diaporama


Notre camarade "décompteur" a estimé, lui, à près de 250 les personnes présentes, soit plus du double de ceux qui s'étaient rassemblés à proximité du site de construction/destruction prévu. C'est donc un pas en avant important qui a été réalisé dans la mobilisation et le travail de sensibilisation menés, en même temps que les recours administratifs et juridiques, par le Collectif Oxygène. 

Le pique-nique a tenu ses promesses festives. Le beau temps (fortement venté) aidant, c'était le plaisir de se retrouver qui se lisait sur les visages mais aussi la conviction de partager un combat juste contre une conception instrumentale de l'occupation des espaces et ce que cela induit dans les rapports humains. Les conversations allaient bon train sur Oxylane mais aussi sur bien d'autres choses qui font partie de la vie de chacun-e et de tous... Des temps propres aux discours sur l'objet premier du rassemblement alternèrent avec les moments de convivialité agrémentés des airs enlevés de l'orchestre partie prenante de l'évènement. 

Que Décathlon et ses complices dans l'agression qu'ils mettent en route sur ce périmètre de terres cultivées ne se méprennent pas sur la détermination croissante  qui s'exprimait à travers l'expression pacifique et détendue de l'opposition à leur projet ! Comme il apparut lors des deux tables rondes organisées dans l'après midi bien avancée, les arguments, les analyses, les propositions des participants à l'action se précisent et s'affinent. En filigrane se dessine une stratégie cherchant à se donner le maximum de chances de parvenir à ses fins : l'annulation pure et simple d'un projet qui n'a de "village", comme France 3 ose le relayer de la propagande décathlonesque, que le nom ! On relèvera l'importance, mise en avant dans ces échanges, de porter le fer sur le point faible du projet : la menace de pollution qu'il fait peser sur les nappes phréatiques et sur la source proche de La Buffette, aux limites de Saint-Clément-de-Rivière et de Montferrier-sur-Lez, qui plus est au constat que l'espace dédié au projet se retrouve en plein dans le périmètre de protection des eaux du Lez. L'oeil rivé sur une loi eau à venir (au plus tard en 2019 !) mais "prise" dans un processus lent de navettes entre assemblées, nous devons impérativement créer le rapport de force sur la durée et mettre le préfet devant la grave responsabilité qu'il prendrait en autorisant ce qui, de toute évidence, contrevient, en quelque sorte par anticipation, à ce que ladite loi sur l'eau ne pourra que préconiser.


L'autre aspect développé dans la discussion fut le contre-projet par lequel l'annulation du projet Oxylane ouvrirait la voie à l'installation de jeunes paysans aptes à créer et développer, pour leurs produits, des circuits de commercialisation de proximité. Il y a là tout un travail politique à faire en direction de la municipalité concernée, mais aussi de l'intercommunalité, pour que le terrain soit préempté et rendu administrativement à la vocation agricole. Par delà cette utopie concrète nécessaire à donner du contenu social à une opposition à Oxylane qui, à défaut, pourrait sembler tourner à vide, s'impose la vision d'une occupation douce et respectueuse de l'environnement, en particulier de la biodiversité, qui inclut aussi une conception des rapports humains décalés des logiques marchandes dont l'opération Décathlon cherche à minimiser l'impact ! Logiques proprement marchandes doublées, du côté des collectivités territoriales, par la forte tentation de compenser les conséquences sur leurs budgets des terribles désengagements financiers de l'Etat par la perception des juteuses taxes assises sur les activités commerciales. 

Par le jeu combiné de ces intérêts locaux adossés aux choix politiques nationaux et à l'impitoyable (pour la nature comme pour les personnes) fuite en avant commerciale et consumériste, c'est une effrayante urbanisation et bétonisation accélérée tendant à créer une conurbation de Montpellier à Saint-Gély-du-Fesc qui est en marche. Oxylane est bien un enjeu qui va au-delà de lui-même, car touchant à un très vaste territoire. Ce que la présence à cette mobilisation des opposants à la deuxième gare TGV, prévue à l'autre bout de Montpellier, a eu la vertu de rappeler.


Ce n'est qu'un début, bien lancé, le combat continue de plus belle !

Antoine
 

 



 
 






Lisez bien, il y a marqué (à l'humain !) NON !

Une des deux tables rondes (sic)...



  Derrière l'orateur... une  tire-au-flanc bucoliquement concentrée sur sa lecture...


A lire aussi



NPA 34, NPA