30 avril : soirée antifasciste


Au menu : qu'est-ce que vivre avec/sous une mairie d'extrême droite ?


Quelques axes autour desquels nous souhaitons partager constats,  impressions,  vécu :
  • Quelle ambiance générale dans la ville depuis son passage sous la gestion par l'extrême droite ?
  • Qu'est ce qui change dans la vie quotidienne ?
  • Expression du racisme ?
  • Stigmatisations de populations ?
  • Les mesures prises ? Au niveau sécuritaire, au niveau de la culture, au niveau associatif
  • autre....
 A lire




Et aussi


Et encore

 L’extrême droite prospère sur le terrain de la désespérance sociale et des promesses non tenues. Sa progression n’est pourtant pas inéluctable. Il est de la responsabilité du syndicalisme de mettre les salariés en garde contre l’imposture sociale du FN. Il est de la responsabilité du syndicalisme de combattre la stratégie de ceux qui cultivent le rejet de l’autre et la division des salariés, pour mieux cacher leur incapacité à tracer des perspectives d’avenir et de justice sociale. La CGT, FSU et Solidaires ont lancé une campagne commune pour combattre les idées d’extrême droite. Cliquer ici



Au delà des vents du Nord
L’extrême droite française, le pôle Nord et les Indo-Européens
Stéphane François
Presses unversitaires de Lyon, 2014


Qu’y a-t-il de commun entre Jean-Marie Le Pen parlant de "sauver l’Europe boréale et le monde blanc" (interview à Rivarol le 9 avril 2015) et Jean Haudry, à priori respectable professeur de linguistique à Lyon III et auteur d’un Que sais-je ? sur la langue indo-européenne ? Qu’y a-t-il de commun entre le "musicien" norvégien Varg Vikernes et Jean Mabire, auteur de romans à (petit) succès dans les années 70 et 80 ? Qu’y a-t-il de commun entre le mouvement méta-politique de la Nouvelle Droite française et les adorateurs d’Odin de par le monde ? Cliquer ici

Tiré du blog régulièrement mis à jour...


Bienvenue sur le site des "Debunkers des rumeurs/hoax d'extrême droite".

 

QUE FAISONS NOUS ?

Nous recherchons et démontons la propagande d'extrême droite  dans les médias et particulièrement sur l'internet.

dbk-stick-md.png
 QUE SIGNIFIENT LES MOTS "HOAXES" ET "DEBUNKERS"?

En anglais, le mot hoax (hoaxes au pluriel) désigne toute forme de supercherie et son usage n'est bien évidemment pas restreint à l'informatique. 
En anglais le mot debunk signifie "briser"/"démythifier" d'où par extension "Debunker" = "Démolisseur de rumeurs" ou "Démystificateur" ("Debunking"="dévoilement" ; "Debunked" = "Discrédité")

QUI SOMMES NOUS ?

 

Nous sommes une communauté de simples citoyens sans affiliation avec aucun parti. Aucun parti ne signifie pas que nous sommes "apolitiques", c'est à dire sans opinions. Nous n'exprimons pas ici les idées personnelles des membres des "Debunkers", nous sommes de simples citoyens révoltés par la propagande mensongère et haineuse de l'extrême droite dans les médias. En ce sens, notre combat est "antifasciste". Cliquer ici

Notre dossier


Pas d'accord avec Creseveur...
"Ce que nos électeurs pensent" ou plutôt ce qu'une fraction de notre électorat pense ? En effet...

Dans son article Ayrault et Montebourg constatent le désastre politique de Florange (réservé aux abonnés), Mediapart enquête pour comprendre "comment le FN a pris pied dans l'un des plus anciens bastions du syndicalisme ouvrier, le pays de l'acier lorrain". 

"Au départ, il y a ces quelques photos. Dans les images prises en 2012 et 2013 lors du mouvement des sidérurgistes d'ArcelorMittal, on voit une femme blonde, face aux CRS, un gilet rouge sur le dos, le poing levé. D'abord combative puis désespérée, les traits tirés sur fond de fumée noire. Quelques semaines plus tard, autre photo, cette même femme pose sur les affiches électorales du Front national pour les municipales. Elle était deuxième de la liste d'Hayange, aux côtés du futur maire, Fabien Engelmann. Figée, le visage durci et déterminé… Marie da Silva." 

En conclusion de l'article on lit "Alain et Marie da Silva ont quitté le Front national. Après un engagement auprès du maire FN d'Hayange et un contact rapproché avec l'appareil du parti, ils ont fait marche arrière. Choqués par l'autoritarisme et l'islamophobie qu'ils ont rencontrés. En décembre 2014, le maire Fabien Engelmann a été condamné à un an d'inéligibilité dans l'affaire de ses comptes de campagne truqués et a aussitôt fait appel (lire ici). « Nous, on est allés au FN parce qu'on pensait que leur programme économique pourrait aider la sidérurgie, explique Alain da Silva. Ils étaient pour la nationalisation d'ArcelorMittal, aussi pour la remise en cause de la directive européenne sur les travailleurs détachés qui détruisent beaucoup de boulots chez les sous-traitants locaux. Mais ce qu'on a vu à l'intérieur du FN ne nous a pas plu. Pas du tout. On est venus pour un programme économique et on tombe sur des gens qui veulent nous faire peur avec des histoires d'islamistes qui nous coincent dans les rues. Ici, ça n'existe pas. La destruction de l'emploi, ça n'a rien à voir avec les musulmans. »

Conclusion : l'électorat du FN ne se réduit pas à ceux qui se reconnaissent dans les propos archéofascistes (antsémites) de Jean-Marie Le Pen. Il en est qui, comme ces ouvriers espèrent ou ont espéré trouver une riposte à l'imposture du PS dont ils se sont sentis victimes en se tournant vers Marine Le Pen. Ils s'en sont retirés, eux, pour refuser de cautionner l'autre obsession, très tendance  en revanche dans la société française et portée par Marine Le Pen, l'islamophobie... Contre l'antisémitisme de son père qui marginalise le FN en le réduisant au noyau ouvertement fasciste de son électorat, Marine Le Pen espère cristalliser sur son (pré)nom le mécontentement social et politique autour du racisme devenu "respectable", grâce à une partie de la gauche, qu'est l'islamophobie. Ce qui n'exclut pas abolument l'hypothèse qu'elle "spectaculariserait" une rupture avec son père par laquelle paradoxalement elle instrumentaliserait à son profit un antisémitisme qu'elle ne peut plus/ne veut plus assumer ouvertement. Je trouve, pour ma part, trop acrobatique ce double jeu et ne le vois tout simplement pas crédible ! Mais cela se discute...

Antoine

NA 34, NPA