vendredi 24 avril 2015

Le billet du vendredi [41]


ET VOUS, VOUS AVEZ PEUR ?
On ne va quand-même pas sombrer dans le bain poisseux de l'émotion médiatique qui nous envahit l'espace ces derniers jours. De l'indignation vertueuse de ces politiciens qui ont soudain la révélation que leurs politiques guerrières  économico-politiques ont des conséquences tragiques pour les populations.
Par milliers ils meurent noyés en Méditerranée. Pour avoir osé croire qu'on pouvait demander l'hospitalité dans ce bunker insalubre qu'on appelle l'Europe.
Chassés par la misère, par les massacres, les bombardements, les exactions, il ne leur reste, comme dernier recours, qu'à confier leurs vies à des truands de la même trempe que ceux qui attisent et amplifient les guerres qui les ont fait fuir. Et qui verrouillent les frontières en prétendant assurer la sécurité de leurs propres exploités. Et qui le font en se réfugiant derrière la vague notion d'une "'opinion publique" qui ne supporterait pas l'idée de cette horde de sauvages envahissant nos beaux pays civilisés.
La peur du pauvre, de l'Africain, de l'Arabe qui viendraient nous voler. Nous voler quoi ? Le droit de se faire encore plus exploiter que nous ?
Entendons-nous bien : cette peur, ils ne l'ont pas inventée. Elle existait avant le capitalisme. Ils se contentent de l'exploiter, de l'attiser, pour mieux nous dresser les uns contre les autres.
Cette peur, on la connaît. C'est la même que celle du bébé blanc quand il rencontre pour la première fois un grand homme noir. C'est celle que nous éprouvons, fascinés, devant l'inconnu, le différent, le monstre à 2 têtes, le CRS en tenue robocop...
Pas la peine de le nier : elle existe pour chacun, chacune d'entre nous.
Vous ne me croyez pas ?
Tiens... je sens que je vais me faire quelques amis. Dans un parti aussi ouvert et sympathique que notre petit NPA... "celui-là, il ne viendrait pas du courant lambertiste ? À tous les coups, il cherche à nous magouiller". "et celle-ci, elle était à LO. Elle va nous plomber avec son intervention basiste sur les boîtes" "il paraît qu'il y en a qui étaient à Action Directe... on est mal barrés". "ça, c'est la bande à Besancenot. Ils ont peur de perdre le pouvoir...". "il ne faut pas généraliser. Je connais un libertaire, il est très bien...". Je vous le dis : personne n'y échappe. Et, pour être franc, je dois dire que personnellement, des fois... Mais je ne vous dirai pas lesquels. Par goût du suspense et du second degré.
Pourquoi je vous parle de ça ?
Ah! oui... la peur de l'autre.
Cette peur qui engendre le racisme, la xénophobie, l'homophobie et tant d'autres phobies... Cette peur qui disparaît quand on connaît.
Quand on connaît... tout est là ! Rappelons-nous le raciste de base : "Ali, c'est pas pareil, je le connais".
Et quel meilleur moyen pour se connaître que de lutter côte à côte ? Dans une grève, contre un patron, dans les occupations de logements, dans les ZAD, les syndicats...
Sentir que ce qui nous rapproche est bien plus important que tout ce qui peut nous diviser.
ALORS, ENSEMBLE, BATTONS-NOUS 
CONTRE LA FERMETURE DES FRONTIÈRES, 
POUR LE DROIT DE CHACUN-E 
DE CIRCULER OÙ BON LUI SEMBLE.
Et là, vous verrez : MÊME PAS PEUR !

NPA 34   Claude
Et pour quelques billets de plus...