lundi 6 avril 2015

Montpellier. Palestine/Israël : la LDH franchit la ligne jaune du déshonneur... Il faut d'urgence faire marche arrière !


 On ne joue pas impunément avec la solidarité envers les Palestiniens, contre leurs soutiens les plus actifs et les plus déterminés !


Montpellier 6 avril 2015

Le comité BDS France 34 et les organisations signataires s’associent pour dénoncer un acharnement grotesque et absurde de la part de la Ligue des Droits de l’Homme et maintenant de la LICRA, à l’encontre du comité BDSF 34 et de ses deux porte-paroles.

Premiers signataires : AFPS Nîmes , APLR (Association des Palestiniens du Languedoc Roussillon), CCIPPP34 (Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien), CIMADE, CMF (Collectif des Musulmans de France), MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente), MIB34 (Mouvement Immigration et Banlieues), NPA34 (Nouveau Parti Anticapitaliste), UJFP34 (Union Juive Française pour la Paix),

Suite à la plainte de la LDH contre des militants du comité BDSF 34, suite aux affirmations mensongères de la LDH reprises par la LICRA dans des communiqués successifs, nous affirmons haut et fort que :

NON, les militants de BDSF 34 n’ont jamais tenu ou écrit de propos antisémites. Ils ont commis l’erreur (très regrettable) de partager sur leur Facebook une image sans lire le texte qui lui était attaché dont le contenu était imprévisible à la lecture des 3 lignes affichées sur l’image. .Ils ne sont pas les auteurs de ce texte odieux.

NON, la LDH n’a pas eu besoin de « tenter en vain de faire retirer ce texte de Facebook » car les militants l’ont immédiatement supprimé lorsqu’ils ont été alertés. Mais la LDH avait aussi immédiatement fait une capture d’écran pour en inonder ses réseaux en criant à l’antisémitisme ! En pleine période de massacres perpétrés à Gaza, des « partages » de ce type ont été nombreux et les militants étaient trop occupés à dénoncer les crimes atroces commis par Israël et à organiser les actions et manifestations de soutien au peuple palestinien et aux enfants de Gaza pour être toujours vigilants. Le devoir de la LDH était-il alors de les traquer pour les attaquer ?

NON, le comité BDSF 34 n’a jamais refusé le dialogue, bien au contraire, mais la présidente de la LDH 34 n’a jamais demandé à rencontrer les intéressés, ni ne les a contactés malgré les conseils de plusieurs responsables d’organisations, qui ont tenté de la ramener à la raison.

NON, le comité BDSF 34 n’est pas resté sans réponse, plusieurs mails ont été échangés avec la présidente de la LDH 34 pour reconnaître la maladresse et attester de la moralité des militants. Ces derniers ont bien sûr reconnu leur erreur par manque de vigilance et ont affirmé leur totale condamnation de ces propos. Mais la présidente de la LDH34 a refusé d’en tenir compte.

Nous tous, membres du BDSF 34 et des organisations partenaires, connaissons depuis de nombreuses années les deux militants salis et injuriés par la LDH34 et la LICRA et pouvons attester sans aucune réserve, qu’ils ne sont ni racistes, ni antisémites et encore moins négationnistes. Nous leur réitérons notre soutien le plus total.

Nous sommes stupéfaits et profondément choqués par les accusations portées par la LDH à leur encontre : « Contestation de crimes contre l’humanité, provocation publique à la commission de crimes ou délits, à la discrimination ou à la haine raciale – apologie du crime sur FaceBook », et nous nous interrogeons réellement sur l’intention de cette organisation.

Dans une période où toute critique de la politique israélienne et de l’Etat d’Israël et toute revendication de justice en Palestine sont taxées d’antisémitisme, la nature de la plainte de la LDH prend une gravité particulière. La plainte portée est individuelle et bafoue de façon calomnieuse les droits humains de deux personnes qui en seront marquées à vie. Elle s’attaque, via ses porte-paroles, à l’ensemble du comité BDSFrance34 dont elle tente de disqualifier l’activité, ouvrant la voie à la LICRA qui demande l’interdiction des manifestations publiques du Comité BDS France 34. C’est une attaque contre l’ensemble du mouvement de solidarité à la Palestine. 

Nous demandons solennellement à la LDH de retirer sa plainte

Le texte sur le site de BDS France 34

A notre avis

Quand on se penche sur la façon de procéder des calomniateurs de BDS 34, on voit vite qu’il y avait mise sous surveillance suivie de cette organisation pour saisir la moindre faute et la transformer en piège définitif sur le mode bien connu antisionisme = antisémitisme !

Il faut replacer tout ceci dans le contexte montpelliérain où BDS a fait un travail extraordinaire en ce mois d’été et a réussi l’exploit de mettre des centaines, des milliers de gens régulièrement dans la rue pour Gaza. Cela en dérange visiblement beaucoup qui se sont trouvés marginalisés dans ce qu’ils considéraient leur chasse gardée.

Les deux personnes accusées ont un parcours irréprochable et il est proprement scandaleux que des années de dévouement sans aucune tache antisémite se voient niées par ce qu’elles-mêmes considèrent comme une erreur sur quelques minutes vite corrigée. Là est le vrai problème : dans la disproportion entre ce qui est reproché et ce que l’on en fait. Cette disproportion, dans laquelle s’engouffrent les pires sionistes, indique clairement que c’est la solidarité active et radicale avec le peuple palestinien qui est ciblée (les sionistes sont en guerre permanente contre les ennemis de l’Etat d’Israël !). Que la LDH mette le doigt dans cette infamie est proprement scandaleux. Rien d’étonnant en revanche du côté de la Licra et l’irruption de celle-ci dans ce mauvais scénario devrait aussi interpeller la LDH!

L’appel de la Licra au maire de Montpellier pour qu’il interdise ce travail permanent de BDS sur la place publique boucle la boucle de ce qui est réellement poursuivi par les "belles âmes" de la défense des droits de l’homme et de la lutte contre l’antisémitisme : toucher BDS au coeur de sa remarquable activité ! Les Palestiniens apprécieront ! Comme les Juifs solidaires de leur cause et qui, à Montpellier, peuvent témoigner du caractère totalement infondé du procès en antisémitisme lancé contre leurs camarades de BDS. Comme, nous n'en doutons pas, les membres de la LDH qui ont suivi de près les actions de cette organisation et qui ont les moyens de faire valoir auprès de leurs instances qu'il est intolérable de dévaluer les droits de l'homme, comme il est fait en leur nom à Montpellier, et la crédibilité d'une organisation, la leur, qui en fait sa raison d'être !

A la différence de ce que fait la LDH avec des militants de BDS, nous pensons qu'elle se fourvoie dans un combat miné par le sionisme le plus rance mais nous comptons sur sa capacité à rectifier : nous ne pratiquons pas à son égard, contrairement à elle, de condamnation qui enferme sans retour, sans recours et qui relève en fait d'une logique de la damnation étrangère à ce qui fait la spécificité de la LDH !
 
7 avril : sur Midi Libre

Cliquer ici 

............  

Attaquer BDS 34 , c'est attaquer ça...

  Manifestation du 2 août à Montpellier en soutien à Gaza massacrée par l'armée israélienne avec, en particulier, la complicité de Hollande et Valls.

BDS 34 fut la pièce maîtresse de ces imposantes manifestations au coeur de l'été dont l'objectif était de contribuer à isoler Israël et à arrêter son emballement criminel contre la population gazaouie . Que valent les discours en faveur des Palestiniens si l'on cherche à faire taire, par des accusations par ailleurs grotesques mais aussi infâmes, ses soutiens les plus mobilisés et capables de mobiliser ?

Les soutiens d'Israël en France se lâchent ! On dit "merci la LDH" ?

Cliquer ici

Mais que dire quand la LDH 04 se lâche aussi  ? On dit "merci les sionistes" ?

 Cliquer ici

Lu sur Midi Libre

La LICRA demande au maire "garant de l'ordre public sur sa commune, d'interdire désormais toutes les manifestations de rue" de BDS 34, dont les militants interviennent régulièrement sur la Comédie pour sensibiliser à la cause palestinienne. […] "Les attaques viennent de toutes parts. On est face à une stratégie clairement élaborée, c'est hallucinant !", note Christophe Perrin. Représentant régional de la Cimade, il estime que c'est d'abord le leadership du mouvement BDS -pour Boycott désinvestissement sanction de l'État d'Israël- et sa ligne offensive que ses contempteurs contestent aujourd'hui. Cliquer ici

A lire aussi



Le précédent de la criminalisation du soutien à la Palestine...




 NPA 34, NPA