Mobilisons-nous !

Vendredi 30 juin
-à partir de 18h-
Appel à Résistance 34
Réoccupation de l'Esplanade et de la Place de la Comédie.
-Montpellier
-
Ateliers débats thématiques et réflexion sur les modes d'action.
Cliquez sur l'image


samedi 20 juin 2015

Alternatiba en région... Quelle alternative aux méfaits anticlimatiques et antisociaux du capitalisme ?


Alternatiba à Montpellier en photos !

 A pied, à vélo, une centaine  de militants Alternatiba sont arrivés joyeusement sur l'Esplanade de Montpellier hier en fin d'après midi. Après la photo souvenir sur les marches du Corum où ils ont scandé "changeons le système, pas le climat", la soirée s'est poursuivie en musique.

Le prochain rendez vous militant est pour le 27 septembre au parc Sophie Desmarets de La Paillade (Montpellier) pour un dimanche de valorisation des alternatives, quelques semaine avant la COP21.

 Correspondance pour le NPA 34 d'Anne


Le lien vers le site: https://alternatiba.eu/montpellier/



 


  

Notre climat, pas leur business !








A lire aussi

  



 
Commission nationale écologie


Du 1er au 11 juin se déroulait le premier des trois rounds préparatoires à la COP21 de décembre à Paris. Les 196 parties signataires de la Convention cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUCC) négocient un projet d’accord présenté sans rire comme « un accord universel et contraignant »...

En réalité, il s’agit surtout sur la forme d’éviter l’échec d’un sommet n’aboutissant à aucun accord comme à Copenhague en 2009. Mais sur le fond, il n’y a rien à attendre de ce texte de plus de 120 pages contenant tout et son contraire, et que même Laurent Fabius qualifie de « texte long et qui, sur plusieurs points, ne choisit pas ». Cliquer ici

La rupture en programme

Impliqué dans les discussions et les mobilisations, le NPA défend un programme de rupture. Pas de transition énergétique sans sortir du nucléaire en moins de 10 ans, des énergies fossiles, avec 100 % d’énergies renouvelables en 2050. Pour cela, il faut exproprier sans indemnité ni rachat les grands groupes, à commencer par la finance, l’énergie et l’automobile, et créer un grand service public de l’énergie. Pour les transports, il faut diminuer l’usage de la voiture grâce aux transports en commun publics gratuits en ville, à la campagne, rapprocher les lieux de production et de consommation. Réduire le transport de marchandises basé sur le tout-camion, la déréglementation du transport maritime et la surexploitation des salariés, supprimer le juste-à-temps et ses stocks roulants. Grosse émettrice de gaz à effet de serre, l’agriculture industrielle sera convertie au bio avec interdiction des intrants chimiques (engrais, pesticides, herbicides, fongicides). Un service public du logement permettra de réhabiliter et d’isoler l’habitat existant, créer des logements sobres et accessibles, en finir avec le chauffage électrique.

Toutes ces mesures sont à prendre collectivement, à planifier démocratiquement pour décider quoi et comment produire. Il faut créer un monopole public du crédit permettant de décider et de contrôler les investissements. Certaines productions inutiles disparaîtront (armement, publicité), d’autres seront reconverties (automobiles), avec reconversion des travailleurs de ces secteurs. La réduction radicale du temps de travail, sans flexibilité ni intensification, avec les embauches correspondantes, permettra à touTEs de participer aux décisions et ne pas perdre leur vie à la gagner. Cliquer ici





 A lire aussi


Et aussi les analyses de Daniel Tanuro



NPA 34, NPA