Mobilisons-nous !
Lundi 19 juin
-à 19h-
Place de La Comédie
-Montpellier-
Rassemblement/Manifestation

CONTRE MACRON ET SES ORDONNANCES
Samedi 24 juin
-à 14h30-
Jardins du Peyrou
-Montpellier
-
MANIFESTATION :
ACCUEIL DE TOUT-ES LES RÉFUGIÉ-ES
Samedi 24 juin
-à 16h-
Place de La Comédie
-Montpellier
-
RASSEMBLEMENT
puis à 17h30 : MANIFESTATION
STOP COLONISATION JÉRUSALEM

lundi 15 juin 2015

BDS 34 attaqué, BDS 34 stigmatisé, BDS 34 diabolisé...


...mais BDS 34 toujours mobilisé aux côtés des Palestinien-nes ! Israël boycott !

 
Samedi 13 juin le comité BDS France a mené une action contre l’agence centrale d’Orange Montpellier et un second magasin Orange. Nous pensons en effet, que c’est maintenant qu’il faut presser Orange de rompre son contrat avec Partnair Communications.

L’appel au boycott de BDS-Egypte et les résiliations d’abonnements qui s’en sont suivies ont contraint le PDG d’Orange à reculer et envisager le retrait d’Orange  d’Israël. Il a immédiatement été traité d’antisémite ! Et certains mouvements israéliens ont même appelé au boycott d’Orange pour antisémitisme ! Netanyhaou en personne est intervenu et Stéphane Richard a été convoqué par l’ambassadeur d’Israël en France pour se faire sermonner. Il a prononcé l’élément de langage qui sauve « J’aime Israël »  et a pu ressortir « blanchi » de l’ambassade d’Israël. Cliquer ici

A lire aussi



Et aussi

Si l’appel BDS se singularise dans l’histoire de la résistance « populaire » en ceci qu’il est avant tout à destination d’acteurs extérieurs, il fait néanmoins preuve d’un remarquable continuité politique avec l’histoire de la lutte palestinienne. Il réaffirme en effet la nécessité d’une jonction entre pression intérieure et extérieure sur l’État d’Israël et, tout en valorisant le caractère non-violent de la stratégie BDS, ne porte aucun jugement dépréciatif sur le recours à la lutte armée, qu’il soit passé, présent ou à venir. Le soutien de l’ensemble des organisations politiques palestiniennes à l’appel, y compris celles qui n’ont jamais renoncé formellement à la lutte armée, et continuent parfois de la pratiquer, confirme que l’opposition irréductible entre « violence » et « non-violence » n’a pas de pertinence dans le cas palestinien et ne trouve guère d’écho chez les acteurs du mouvement national. Les vives critiques formulées contre la campagne BDS, souvent par ceux-là même qui exigeaient des Palestiniens qu’ils « arrêtent les violences », sont la démonstration, en miroir, que cette rhétorique en vogue au début des années 2000 était en réalité une critique à peine dissimulée de la résistance palestinienne dans son ensemble. L’appel BDS rappelle ainsi à chacun que la dénonciation de « la » violence, décontextualisée et dépolitisée, dissimule mal les indépassables contradictions d’une approche dite « équilibrée » mais qui tente en réalité de concilier justice et injustice, droit et non-droit, oppression et émancipation.  Cliquer ici

 Et encore


Nos dossiers
 
BDS 34, été 2014... Respect !


«Je regarde avec mes jumelles, le type sur le toit doit avoir 25 ans. Il n’est pas armé. On communique cette info à notre commandant qui nous ordonne, malgré tout de le tuer. Pourtant, nous pouvions l’arrêter. Des cas comme celui-ci, nous en avons vécu des dizaines.»
NPA 34, NPA