Montpellier. Malgré la Licra, le Crif, la LDJ, Saurel, le PS, la droite... soutien total à la Palestine !

BDS 34, oui, 
"Journée de Jérusalem", 
non et non !

SAMEDI 6 JUIN
14h.30 Place de la Comédie Montpellier
Rassemblement et manifestation
CONTRE LA JOURNÉE SIONISTE dite "de Jérusalem"

soutenue financièrement par la Région, le Département, l’Agglo et la Ville de Montpellier.

Communiqué unitaire de soutien à BDS 34 

signé, à ce jour, par : Attac, CCIPPP, AL, CGA, Ensemble!, MAN, NPA, PG, Solidaires 34, UJFP, Paul Alliès (Professeur Emérite à l'Université de Montpellier), Jean-Paul Nuñez (Ancien délégué national de la Cimade en Région L.R

Voir ci-dessous, à la suite du communiqué, le compte-rendu de la conférence de presse des signataires qui s'est tenue aujourd'hui à Montpellier
 
Depuis plusieurs semaines, à Montpellier, la LICRA mène campagne contre le comité BDS France34 et a organisé un rassemblement le samedi 30 mai pour demander l’interdiction de l’expression du comité BDS  (stand sur la Comédie le samedi, appel à manifestation…). 

Cette agitation se produit au moment où le comité BDS France 34 et ses partenaires se mobilisent, comme chaque année, contre la journée sioniste dite « de Jérusalem » du 7 juin. 

Cette célébration d’une ville présentée par ses promoteurs comme « une et indivisible », indiscutablement colonialiste, se tenant depuis 38 ans pour glorifier l’annexion et la colonisation de cette ville emblématique,  est un cas unique en France. L’appui, y compris financier, que lui accordent les élus locaux, de gauche comme de droite, participe  du défi du droit international quant au statut d’une ville que les Nations Unies définissent sans discontinuer comme étant partie intégrante des territoires palestiniens occupés !

Plus largement l’action de la Licra contre BDS 34  s’inscrit dans l’offensive déclenchée par Benyamin Netanyahu et son gouvernement d'extrême droite contre la campagne internationale BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), campagne pacifiste menée à l’échelle internationale à l’appel de la société civile palestinienne.

AttachéEs à la liberté d’expression et indépendamment de notre position en faveur ou non de la campagne BDS, nous défendons la possibilité pour le comité BDS d’exprimer sa position dans l’espace public montpelliérain.
Enfin nous tenons à dénoncer l’assimilation qui est faite par certains, à commencer par la Licra, de toute critique de la politique de l’Etat d’Israël à de l’antisémitisme ! Ce sont de tels amalgames qui en fait instillent le poison de cet antisémitisme que l’on prétend combattre !


Jeudi 4 juin, 11 h,  une conférence de presse  s'est tenue au Dôme à Montpellier

Les signataires du Communiqué unitaire de soutien à BDS 34 (Attac, CCIPPP, AL, CGA, Ensemble!, MAN, NPA, PG, Solidaires 34, UJFP) en défense de la liberté d'expression tenaient une conférence de presse ce jeudi matin.

La Marseillaise (Hérault du Jour ) et Midi libre avaient répondu présents. C'est Martine Granier porte parole du NPA34 qui nous représentait  aux côtés de Boris Chenaud pour Ensemble!,  Joël Vézhinet pour le PG et José Luis Moragues pour CCCIPP34 .
Martine a introduit en  expliquant pourquoi il avait paru urgent de réagir à l'offensive menée contre le comité BDS 34  par la LICRA appuyée par le CRIF et la Ligue de défense juive (LDJ).: pétition pour interdire la tenue du stand de BDS sur la Comédie ainsi que toute manifestation de BDS, organisation d'une manifestation samedi 30 mai avec en banderole de tête "Faut-il un drame pour faire appliquer la loi sur la Comédie?"Elle soulignait la violence des propos tenus par la LICRA accusant BDS d'antisémitisme  et n'hésitant pas écrire que l'action de BDS  est de nature à "légitimer et provoquer des passages à l'acte antisémite".
Or depuis que le comité BDS 34 existe c'est-à-dire depuis 2009 , il n'y a jamais eu le moindre incident....au moment des attaques l'été 2014 contre Gaza avec les milliers de morts et notamment des enfants, dans ces moments de tension, toutes les manifestations de soutien au peuple palestinien ià Montpellier initiées essentiellement par le comité BDS 34 se sont déroulées dans le calme.
En fait on assiste à une volonté politique de faire taire BDS au moment où la campagne internationale prend de l'ampleur et rencontre de plus en plus de succès (cf par exemple Orange qui sous la pression se pose la question d'arrêter ses contrats avec Israël); Tout ceci dans le contexte de la mise sur pied en Israël d'un gouvernement de colons, fasciste dont certains ministres ont clairement appelé  à la liquidation du peuple palestinien.
Boris Chenaud  a insisté sur ces attaques contre BDS  en prenant l'exemple de l'interdiction faite par la maire de Lodève à un couple de paysans de tenir un stand sur le marché car ils avaient des tee-shirts BDS accrochés.
Le front Licra, CRIF, LDJ est inquiétant et il serait bien que le maire de Montpellier Philippe Saurel s'exprime clairement .
Enfin répondant à des remarques de journalistes Joël Vézhinet a rappelé qu'on ne pouvait pas museler la liberté d'expression ou la mettre sous contraintes ...sauf bien sûr si elle contrevenait à la loi  (racisme....) . Or ce n'est pas le cas, alors on ne peut pas mettre des demandes d'autorisation qui de fait empêche de s'exprimer.
Tous ont insisté  sur le droit à critiquer la politique de l'état d'Israël  sans être traité  d'antisémitisme ...
Par ailleurs José Luis , CCIPPP 34 et membre du comité BDS34 est revenu sur la mobilisation  contre la journée de Jérusalem  des 6 et 7 juin prochains. (cf nos différents articles sur le sujet et la vidéo de Paul ALLIES sur le site de BDS 34)

 npa34@npa.org
Ce qui leur fait peur

"Longtemps considéré comme insignifiant par les autorités israéliennes, ce mouvement [BDS] qui encourage les artistes à renoncer à se produire dans le pays, les consommateurs à ne pas acheter de marchandises israéliennes et les investisseurs à aller placer leur argent ailleurs inquiète désormais les autorités.
Faut-il y voir une nouvelle conséquence de la campagne BDS? Stéphane Richard, le PDG d'Orange a annoncé ce mercredi son intention de mettre un terme à son partenariat avec l'opérateur israélien Partner."

Tiré de Israël : la campagne de boycott déclarée « menace stratégique » (L’Express)

A noter dans cet article comment la ministre de la justice israélienne, d'extrême droite, parle ... le Licra : "Lors de ce débat la nouvelle ministre de la Justice Ayelet Shaked (extrême-droite), a qualifié la campagne BDS d'antisémitisme"

JERUSALEM, 7 JUIN 1967- 7 JUIN 2015 : 48 ANS D’OCCUPATION, DE COLONISATION ET DE JUDAÏSATION DE JÉRUSALEM !
 

Questions à Paul Alliès


Communiqué :

48 ANS D’OCCUPATION MILITAIRE, DE COLONISATION ININTERROMPUE, DE NETTOYAGE ETHNIQUE ET DE JUDAÏSATION DE JÉRUSALEM PAR ISRAËL 

Le CCCJM (Centre Communautaire et Culturel juif de Montpellier) annonce la 38ème journée de Jérusalem à la date du 7 juin sous le slogan : « Jérusalem, l’ambition du « vivre ensemble ».

Malgré l’apparente volonté de dialogue annoncée, cette journée, sous le parrainage du Consul d’Israël constitue une double provocation qui affiche et confirme sa nature de célébration coloniale et de soutien aveugle à l’Etat d’Israël. Célébrer le 7 juin, c’est célébrer l’occupation, la colonisation et la judaïsation de Jérusalem. Si bien que le prétendu « Vivre ensemble » est un vivre ensemble entre Israéliens juifs et sans les Palestiniens. Cliquer ici


A lire aussi

La Licra a réussi à convaincre Philippe Saurel, cet homme "oxymorique" dont la nouveauté politique revendiquée a été recuite dans les marmites politiciennes d'un Georges Frêche, de brider les apparitions publiques de BDS 34 (lire ici). La petite manifestation qu'elle a organisée à Montpellier samedi a véhiculé les plus odieux amalgames entre l'antisionisme et l'antisémitisme. Vieux procédé qui travaille à "communautariser" les Juifs de France autour d'une défense inconditionnelle d'Israël et donc d'une politique d'oppression, d'exploitation, de massacre du peuple palestinien largement condamnée dans le monde. C'est là que se niche la détestable manipulation qui enchaîne solidairement une judéité, à défendre sans réserve contre les menaces et les actes antisémites, avec un sionisme d'Etat, à condamner, lui, tout autant sans réserve, comme font Amnesty International ou les Nations Unies car violant systématiquement les droits de l'homme. 
La Licra, comme d'ailleurs le CRIF et quelques autres organisations communautaires, fonctionnent, on vient de le voir à Montpellier avec la première, comme ces "pompiers pyromanes"  qu'évoque sans détour l'UJFP (lire ci-dessous), l'Union Juive Française Pour la Paix. Celle-ci sauve au demeurant l'honneur des Juifs de France de l'instrumentalisation qui est à l'oeuvre pour les amener à couvrir les pires exactions d'un Etat raciste et colonialiste. Tout cela au nom de l'humanisme, du respect des droits de chacun et du juste refus de l'antisémitisme. Cliquer ici




Un soldat, amer, raconte que «deux femmes marchant dans un verger avaient été repérées puis tuées simplement parce qu’elles étaient trop près des lignes israéliennes. Après inspection des corps, il s’est avéré qu’elles n’étaient pas armées. Elles ont quand même été listées comme terroristes. On leur avait tiré dessus, alors évidemment elles devaient être des terroristes». 

«Je pense que c’étaient des conneries» 

Un autre se souvient de cet acte qu’il estime totalement injustifié: «On avait repéré deux femmes en train de marcher dans un verger, peut-être à 800 ou 900 mètres de nous. Le commandant a demandé une confirmation: Que voyez-vous, sont-elles suspectes? On n’arrivait pas à bien les voir. Le commandant a envoyé un drone pour les observer. Elles marchaient. Elles parlaient au téléphone. Il les a visées. Elles ont été tuées. Etaient-elles dangereuses? Je pense que c’étaient des conneries. […] Ensuite, trois tanks sont allés inspecter les corps. C’étaient bien deux femmes. Elles n’étaient pas armées. Le chef de char est revenu et nous sommes partis. Mais ces deux femmes ont été listées comme terroristes. Elles ont été tuées, donc elles étaient forcément terroristes.» Cliquer ici
NPA 34, NPA