Mobilisons-nous !
Lundi 19 juin
-à 19h-
Place de La Comédie
-Montpellier-
Rassemblement/Manifestation

CONTRE MACRON ET SES ORDONNANCES
Samedi 24 juin
-à 14h30-
Jardins du Peyrou
-Montpellier
-
MANIFESTATION :
ACCUEIL DE TOUT-ES LES RÉFUGIÉ-ES
Samedi 24 juin
-à 16h-
Place de La Comédie
-Montpellier
-
RASSEMBLEMENT
puis à 17h30 : MANIFESTATION
STOP COLONISATION JÉRUSALEM

dimanche 7 juin 2015

Oxylane. Terrathlon contre Décathlon... Pot de terre contre pot de fer ?


 Reportage photo

Sur le site de Midi Libre (voir ci-dessous) ......

Au départ du site envisagé d'Oxylane à Saint-Clément de-Rivière...

Cliquer sur la première photo pour lancer le diaporama

 
Des gens d'armes pacifiques et "aidants". Pour combien de temps, Manuel Valls ?



Arrivée au centre de Montferrier-sur-Lez, premier village impacté, avec La Valsière (Grabels), par les nuisances oxylanesques...

 A noter, sur les vélos, les pots de terre prélevée sur le site, à déposer au terminus de la balade !




Direction Montpellier...



 Le peloton reste groupé  à l'entrée de la ville...


Une pause militante-désaltérante à la station de tram Occitanie



 

  Un crochet pour rencontrer le collectif de Las Rebes en lutte contre l'implantation, sous l'égide d'ACM (Aménagement et Construction de Montpellier, ex Office Public d'Aménagement et de Construction, OPAC), de trois immeubles sur le "poumon vert" du quartier...



Les animateurs du collectif donnent les infos et les explications sur leur lutte. En couleur, ci-dessous, la proposition d'aménagement (parc pour enfants et/ou aire de jeux pour plus grands, lieux de promenade...) qu'ils font à un Saurel et son équipe peu portés à l'écoute du bon peuple  ...

 
 

 En noir et blanc, le projet rejeté par le collectif qui refuse le chantage au logement social. Celui-ci est évidemment nécessaire mais pas dans un secteur de Montpellier où, outre la menace contre l'environnement, est à l'oeuvre une dynamique de ghettoïsation du quartier populaire existant...


Avec les élèves de l'école voisine et les habitants mobilisés on travaille à mettre en culture une terre quelque peu récalcitrante (remblai, particulièrement compacté, formé par le dégagement de la terre pour construire les habitations actuelles)...


Le collectif de Las Rebes s'est déclaré touché par le geste d'amitié et de solidarité des Oxygène... 

 







Aux Arceaux, remontée de l'allée du marché avec diffusion du tract Oxygène et prise de parole informative...


   
Arrivée à l'Esplanade-centre ville pour le pique-nique avant le départ pour le terminus devant le Décathlon-Odysseum (sur la route des plages) pour le dépôt symbolique de cette terre du nord de la ville que les manifestants veulent préserver de la prédation-stérilisation-saccage programmée ...

 

Reportage photo par Antoine, correspondant du NPA 34. Par ailleurs des photos ont été tirées de la page FB de Las Rebes.

Sur le site de Midi Libre

De Saint-Clément-de-Rivière à Odysseum, les opposants à la zone commerciale Oxylane ont roulé pour manifester.

Les opposants au projet Oxylane, du groupe Décathlon, à Saint-Clément-de-Rivière, ont mobilisé plus d'une centaine de personnes. Ils sont venus manifester devant le Décathlon d'Odysseum, samedi après-midi. Symboliquement les manifestants ont déposé devant le magasin des pots contenant de la terre et des plantes des terrains agricoles du futur site. Cliquer ici

A notre avis : Pot de terre contre pot de fer ?

Cette belle démonstration d'opposition à Oxylane, qui a réuni plus ou moins une centaine de personnes (chiffre o confirmer), laisse entière la question que nous soulevions dans notre précédent article (voir A notre avis : du battement d'ailes de papillon du côté de Saint-Clément-de-Rivière) : comment élargir la mobilisation en l'ancrant sur le terrain par l'instauration de modalités de participation des populations dans les débats d'orientation sur la lutte et dans les prises de décision ? Le soutien annoncé de José Bové et de Gérard Onesta à notre lutte (voir lien ci-dessous) est évidemment le bienvenu mais pour autant que l'on en cerne correctement la portée. Le poids de ce soutien dans la construction d'une force dissuasive contre le projet est en effet, selon nous, sans commune mesure avec celui qu'aurait une mobilisation massive de gens conscients d'être acteurs-décideurs à part entière de leur lutte. Nous reviendrons prochainement sur le sujet. 

Antoine


A lire aussi


Sur la lutte de Las Rebes

Le maire (divers droite) de Montpellier et son adjointe à l’urbanisme ont validé un permis de construire d’ACM sur un terrain de plus d’un hectare dans le quartier populaire de Las Rébès et disent qu’ils ne pouvaient pas s’y opposer. C’est pourtant la métropole qui contrôle le bailleur social présidé par un élu de la majorité. Des habitants qui déplorent une absence totale de concertation, aimeraient que le lieu soit transformé en parc afin de pallier le manque d’espaces dédiés aux familles dans ce secteur de la ville. […]

Cette « résidence-quartier » située entre l’avenue Louis Ravas et l’avenue du père Soulas, compte plus de 2 500 habitants. Avec, au milieu, un espace très arboré de plus d’un hectare (cliquer ici pour voir la photo aérienne). Une aubaine pour ce quartier populaire. […] 

Il y a un vide [en jardins et parcs] dans ce secteur où les barres d’immeubles sont nombreuses. […] 

En comparaison, le très bourgeois quartier d’Aiguelongue où les villas avec jardin sont nombreuses, fait figure de privilégié avec en plus du zoo (80 ha), du domaine de Méric (12 ha), de la promenade des bords du Lez et du bois de Montmaur (27 ha), le parc Rachel (7 000 m²), le square des Brusses (3 000 m²) dotés d’aménagements pour les enfants, le petit square des Cétoines et le parc de l’Aiguelongue (10 000 m²). Un constat également effectué par Sylvie, habitante de Las Rébès qui demande à sa fille : « Quand tu vas chez mamie à Aiguelongue, il y a combien de parc à côté ? Au moins trois. » L'intégralité de l'article est réservé aux abonnés

Note du blog NPA 34 : nous recommandons vivement de s'abonner à Montpellier journal, un véritable média d'investigation qui est mis en danger par l'incroyable agression judiciaire du principal dirigeant du Parti de Gauche 34, René Revol. Emporté par la spirale sans fin du double discours (radicalement antilibéral, comme son ami Jean-Luc Mélenchon, contre Valls, tout aussi radicalement opportuniste par son ralliement politique à Saurel, l'ami de Valls), il réclame un an de salaire en justice au directeur de cette publication

S'abonner c'est, en plus du reste (!), un beau geste de solidarité et de soutien !


NPA 34, NPA