Sans-papière expulsable à Montpellier : OQTF*, le sigle de l'infamie...



Celleneuve, le nom de la solidarité !

*OQTF : Obligation de quitter le territoire français

A lire ci-dessous   

Parents d'élèves et associations se mobilisent pour que demeurent en France Fatma-Zohra et Bachir. Rendez-vous vendredi 5 juin, 18h, pour un pique-nique solidaire au parc Dioscoride, à Celleneuve.

Cette trentenaire a fui l'Algérie et un ex-mari violent, en 2011. Depuis, Fatima-Zohra et son fils Bachir, 5 ans, ont construit leur vie du côté de Celleneuve. Ancienne joueuse de hand semi-pro, elle s'est liée d'amitié avec habitants et parents d'amis de son fils, à la maternelle Pape-Carpentier. Mais, depuis peu, cette mère est sous la menace d'une OQTF, mesure administrative d'éloignement. Le recours à cette décision, déposé auprès du tribunal administratif, a été rejeté le 10 avril. Cliquer ici 
 

La vie dure et les réponses négatives n’en finissent malheureusement pas pour Fatima Zohra.. Ex-joueuse de handball semi-professionnelle en Algérie, arrivée en France en 2011, avec son mari et leur fils Bachir, elle a été victime de graves violences de la part de son époux et s’est retrouvée sans toit dès le mois d’octobre 2011.

Elle se reconstruit psychologiquement progressivement, apprend le français, s’intègre, tisse un réseau social, éduque son fils et engage les démarches administratives pour obtenir sa régularisation. Cliquer ici pour lire la suite et accéder à la pétition de soutien


A lire aussi

Étudier les alternatives à une politique migratoire toujours plus répressive : telle était l’ambition du séminaire international sur la liberté de circulation qui s’est déroulé à Bruxelles les 11 et 12 décembre derniers.  […]

Il faut surtout expliquer en quoi les migrations font partie de l’histoire de l’humanité, que leur état est une conséquence de l’évolution du monde, qu’elles sont un fait structurel et surtout un droit fondamental. Elles ne sont ni un problème, ni une solution, mais une réalité humaine complexe et essentielle, c’est-à-dire propre à l’être humain et probablement à toute forme de vie sur terre.
Ce travail n’est pas hors d’atteinte ; il est de l’ordre du choix de société. Il est une alternative à la véritable guerre aux migrants à laquelle se livrent la plupart des États, particulièrement en Europe. Cliquer ici
 


Les images écœurantes de policiers extirpant des migrants de camions stationnés en attente d’embarquement au port de Calais, les faisant basculer derrière une glissière d’autoroute en les rouant de coups, ont abondamment circulé.  […]

L'approche par les quotas ou toute autre logique avoisinante appelle de nombreuses remarques. En premier lieu, elle passe par la fusion des politiques d’asile et d’immigration : une imposture ! La question de l’asile ne se pose en effet pas dans les mêmes termes que celle de la libre circulation et d’implantation : le droit d’asile, régi par le Convention de Genève, répond à des critères juridiques précis, dans le seul souci d’assurer la protection des populations. L’asile est accordé individuellement à une personne persécutée ou en danger, en fonction de sa situation. En ce sens, toute approche quantitative de ce droit, qui prétendrait connaître à l’avance le nombre de réfugiés à se distribuer, en est la négation même. Cliquer ici

Et aussi


Nos dossiers

 Main dans la main... flics au garde à vous...

NPA 34, NPA