Mobilisons-nous !
Lundi 19 juin
-à 19h-
Place de La Comédie
-Montpellier-
Rassemblement/Manifestation

CONTRE MACRON ET SES ORDONNANCES
Samedi 24 juin
-à 14h30-
Jardins du Peyrou
-Montpellier
-
MANIFESTATION :
ACCUEIL DE TOUT-ES LES RÉFUGIÉ-ES
Samedi 24 juin
-à 16h-
Place de La Comédie
-Montpellier
-
RASSEMBLEMENT
puis à 17h30 : MANIFESTATION
STOP COLONISATION JÉRUSALEM

mercredi 22 juillet 2015

Dette. La Grèce... en France ! L'Etat "socialiste" complice des banques contre les collectivités locales et les établissements publics !

Le premier geste à faire pour une collectivité, un hôpital, un organisme de logement social ou tout autre acteur public local asphyxié par un ou plusieurs emprunts toxiques est de suspendre immédiatement le paiement de ses échéances

 
Au moment où le peuple grec et son gouvernement se voient imposer un nouveau plan d’austérité par la Troïka et l’ensemble des autres gouvernements de la zone euro, en France, une autre troïka s’attaque aux collectivités locales. Depuis plusieurs mois, cette troïka made in France constituée par la Caisse Française de Financement Local (CAFFIL), la Société de Financement Local (SFIL) et Dexia Crédit Local, propose aux collectivités locales victimes des emprunts toxiques un deal qui présente toutes les caractéristiques d’une escroquerie commise en bande organisée.


Au-delà du caractère anecdotique d’avoir en commun un adversaire sans foi ni loi à trois visages, la Grèce et les collectivités publiques françaises partagent le fait d’être les victimes d’une machination qui opère de part et d’autre selon un scénario identique mettant aux prises des acteurs fort semblables. Ces protagonistes se répartissent en deux camps : d’un côté, un pays et sa population, des collectivités et leurs habitants, de l’autre, des banques privées et des institutions publiques entièrement acquises à la cause des financiers. Le même scénario se répète invariablement : des banques privées consentent des prêts risqués à une entité publique (ici un État, là des collectivités), encaissent de substantiels profits, puis lorsque survient le risque dont elles sont à l’origine, au lieu de le prendre en charge conformément à leur vocation, elles le transfèrent sur la collectivité publique et les contribuables tout comme les pertes qu’elles auraient dû supporter. Cliquer ici

Illustration : cliquer ici

A lire aussi

Le traitement à l'eau de rose de la Gazette des Communes : tout est bien qui finit bien ou comment l'escroquerie médiatique couvre l'escroquerie financière...

L’Association des maires de France (AMF) a fait part de son « soulagement » tandis que Christophe Greffet, vice-président (PS) du conseil général de l’Ain et président de l’association Acteurs publics contre les emprunts toxiques (APCET) partage sa « grande satisfaction ». Cliquer ici

  
Utile mais à utiliser  avec une approche critique : Emprunts toxiques collectivités territoriale

Un article de septembre dernier tirait la sonnette d'alarme...

 L’État français, repreneur de Dexia, principale banque à l’origine de ces prêts toxiques, a fait passer une loi qui prive les collectivités de leur principal argument pour attaquer les banques en justice. Mais est-ce aux collectivités de payer les frais des comportements délictueux des banques ? Face à ce scandale d’État, la résistance s’organise, notamment à Sassenage, en Isère, ou à Dijon. Cliquer ici

Quand le gouvernement est doublé sur sa gauche...par un maire de droite !

 Sylvain Berrios, Député-Maire de Saint-Maur, est intervenu jeudi en séance publique à l’Assemblée nationale pour dénoncer l’hypocrisie du gouvernement qui tente de faire adopter un projet de loi de validation des emprunts toxiques afin d’empêcher les collectivités territoriales de faire valoir leurs droits devant les tribunaux. Texte et vidéo. Cliquer ici

  

 Carte des emprunts structurés, dits « toxiques », distribués par Dexia Crédit local (DCL), de 1995 à 2009, et encore en exercice début 2010 (Libération)


Cliquer sur les images ci-dessous pour les agrandir

 

 
 

 

 

 




NPA 34, NPA