Béziers. Dans la rue contre Ménard, pour les réfugiés...


 Donnons à Ménard un visa pour nulle part !



De 500 à 700 personnes, selon la police, ont manifesté samedi à Béziers (Hérault) en soutien aux réfugiés et contre le maire Robert Ménard après la publication, dans le journal municipal, d’un photomontage contre les réfugiés. 

Les manifestants ont défilé du théâtre de la ville jusqu’à la mairie. Les uns après les autres, sous le porche de la mairie, les manifestants ont déchiré le journal municipal en criant « Ménard démission »,
« Il faut scolariser les enfants », « Il faut aider les réfugiés, les accueillir » ou « qu’ils soient d’Oran ou d’Homs, ils sont tous des réfugiés », était-il écrit sur des banderoles.


Le journal municipal de Béziers, dont le maire Robert Ménard est proche du Front national, a récemment suscité une nouvelle polémique en publiant dans son dernier numéro un photomontage laissant penser que les réfugiés allaient envahir la ville. Cliquer ici

Note : Midi Libre n'a comptabilisé que 300 manifestants ! Cliquer ici

A propos de la vidéo (voir ci-après) montrant Ménard interpellant, dans le logement qu'ils occupent, des réfugiés pour leur dire qu'ils n'étaient pas les bienvenus et qu'ils devaient partir.
Robert Ménard n’était pas autorisé à mener une telle intervention. D'abord parce que ces appartements de l'office HLM de Béziers dépendent de l'agglomération et non de la mairie. Ensuite parce qu’une décision judiciaire est nécessaire pour mettre fin à une occupation illégale.
 
Le maire a éludé ces éléments, mardi, au « Grand Journal » de Canal Plus, en dénonçant la « propagande à la télévision » sur « cette vague d'immigration » et en insistant sur les « portes cassées ». « On n'a pas affaire à des vrais réfugiés, on a affaire à des migrants », a-t-il affirmé.

« Les portes n’ont pas été enfoncées, et les Syriens s'engagent à payer l’eau et l’électricité. Ils occupent des appartements en réhabilitation que personne ne voudrait occuper aujourd’hui », explique à Mediapart Aimé Couquet [élu d'opposition, PCF-Front de Gauche], en soulignant que le maire « s'est introduit de manière illégale dans l’appartement ». Le président de cet office HLM, le patron de l’agglo Frédéric Lacas, a, lui, demandé au préfet, dans un courrier, « de réquisitionner ces logements, pour rentrer dans la légalité, et permettre de loger les Syriens ». « On est en situation d’urgence », estime-t-il. Cliquer ici (accès réservé aux abonnés de Mediapart)

A lire aussi



 Et aussi


A noter en particulier sur ce site...

Le paradoxe du logement à Béziers : de plus en plus de logements vacants, de plus en plus de mal logés ! C’est tout le problème de Béziers. Un centre ville où les logements indignes sont légions. Un centre ville où les logements vides foisonnent… 

Béziers 2ème ville de France pour les logements vacants ! 

Dans un article du 23 février 2015, Le Monde aborde le problème des logements vacants en France. Et Béziers se distingue, encore une fois ! Avec 16.7% de logements vacants, elle est la deuxième ville de France pour le nombre de logements vacants. Si Vichy est « championne de France » de la vacance, avec 22% de son parc vacant, à Vichy, toutes les demandes de logement social sont satisfaites dans les 15 jours ! C’est loin d’être le cas à Béziers, où le nombre de logements vacants ne cesse d’augmenter.

En 2007, l’INSEE dénombrait 5514 logements vides, soit 13% du parc.
En 2009, c’est 14.93% de logements vides.
En 2014, c’est 6301 logements vides, soit 15.25% du parc de logements.
En 2015, c’est 7000 logements vides, soit 16.7% du parc biterrois ! Cliquer ici


Note NPA 34 : ces données montrent ce qu'il serait possible de faire pour favoriser le logement, dans des conditions décentes et donc en réhabilitant ces lieux, de ceux qui en sont dépourvus, y compris les réfugiés que la solidarité élémentaire appelle à soutenir. Elles mettent en évidence la volonté délibérée de l'extrême droite ménardienne et autres de "fabriquer" de toutes pièces des divisions entre ceux déjà ici et ... ceux nouvellement ici. Divisions dont il faut impérativement rappeler qu'elles correspondent exactement à ce dont ont besoin le Medef et le gouvernement à sa solde pour développer les attaques ... contre tous ! C'est sur ce constat politique, sans aucune hésitation à désigner la politique antisociale du PS comme créant les bases d'appui de l'extrême droite, qu'on parviendra à expulser Ménard de la mairie. Pas par l'unanimisme moral qui escamote les responsabilités politiques dans l'avènement du ménardisme et qui ainsi se décrédibilise instantanément.


Page d'accueil de "En vie de Béziers" 



Ménard en appelle à la tradition, mais la tradition biterroise c'est l'accueil de ceux qui veulent échapper au malheur qui les accable ou les menace dans leur pays. Renouons avec ce fil rouge et débarrassons-nous de l'intrus étranger à la solidarité entre les hommes et les femmes ! Cliquer ici


Alors que la vague de compassion internationale suscitée par la publication de la photo du cadavre du petit Aylan bouscule les opinions publiques, contraignant les gouvernements allemands et français à sortir de leur mutisme sur le dossier des migrants, le banc et l’arrière-banc des forces les plus racistes et xénophobes d’Europe, Front national en tête, se déchaînent... Cliquer ici

 
C’est donc une partie frénétique qui est désormais engagée. But du « jeu » : accueillir le moins de réfugiéEs possible, le perdant étant l’État qui, en fin de partie, en comptera le plus sur son territoire.
Il n’y a pas de règle : tout est permis, à condition à chaque coup que l’on joue pour refiler à l’État voisin une partie de « ses » réfugiéEs et de dire fort et distinctement « avec humanité ». Sinon vous êtes éliminé ! Cliquer ici