Europe. Grèce, Espagne, France... Appel à construire une résistance sociale et politique...

 
L’issue est dorénavant tracée par la troïka : « Mémorandum » ou « Grexit ». A ce chantage, nous répondons : « Avec la Grèce » et « Austerexit ». 


Olivier Besancenot, NPA; Antonis Ntavanellos, conseil politique d’Unité populaire en Grèce et Miguel Urban, député européen de Podemos en  Espagne lancent un appel à sortir de l'austérité. « Nous ne voulons pas plus du règne de la troïka que celui de nos castes nationales. Nous proposons à toutes celles et ceux qui ne veulent plus courber l'échine de discuter ensemble pour envisager l’organisation d’une grande conférence européenne de la résistance sociale et politique dans les prochaines semaines et débattre du sens que nous pourrions donner à cette campagne pour l'Austerexit ».

Les derniers mois qui se sont écoulés ont été riches en commentaires à propos du bras de fer qui oppose la troïka au peuple grec. Certains économistes se sont donnés beaucoup de peine, ne ménageant pas les efforts, s’époumonant parfois, pour propager la bonne parole, l'officielle s’entend, aux quatre coins de l'Europe. Ces avocats des créanciers de l'UE ont saturé nos écrans télé de données comptables afin de ne pas laisser de doutes possibles quant à l'idée que les plans d'austérité étaient l'unique option envisageable pour remettre l'économie grecque d'aplomb. D’abord avec l’air navré de ceux qui s’en veulent un peu de réclamer des sacrifices supplémentaires aux classes populaires, ils nous ont dit que ces nouveaux tours de vis étaient tragiquement nécessaires. Une sorte de mal pour notre bien. Puis agacés par notre tenace manque de compréhension, voire notre franche hostilité, ils sont allés jusqu'à prétendre que le régime de l'expertise prévalait, dans certains cas, sur celui des consultations démocratiques, et ont péroré, par là même, sur l'immaturité du peuple grec. Cliquer ici


A lire aussi



Europe, quand l'habit ne fait pas le moine...

 NPA 34, NPA