vendredi 23 octobre 2015

Montpellier. Solidaires des salariés d'Air France, ils/elles ont épinglé les chemises patronales !


A l'ordre du jour : patron licencieur = patron à poil !

 A Montpellier, solidarité inconditionnelle pour les salariéEs d'Air France et rejet total du dialogue (anti)social

Texte et photos correspondance NPA34

Nous étions ce jeudi environ 200 au rassemblement appelé par la Confédération Générale du Travail. Des militantEs syndicaux CGT d'Air France, des cheminotEs, des salariés du commerce, des retraitéEs, personnels de l'enseignement supérieur et de la recherche... touTEs avaient répondu à l'appel des unions locales et départementales en soutien aux salariéEs d'Air France, en écho à la mobilisation appelée par la totalité des organisations syndicales des salariéEs d'Air France (à Paris pour la tenue du nouveau comité central d'entreprise). 

La sono du camion a diffusé les enregistrements des salariéEs, lors du précédent CCE, et du syndicaliste CGT ayant refusé de serrer la main à François Hollande, le premier représentant des patrons. Sur la base d'un syndicalisme de lutte, les manifestantEs se félicitaient du refus de la confédération CGT de participer à la nouvelle conférence (anti)sociale. Les organisations y participant portent la caution de la répression que subissent les salariéEs qui se relèvent, qui s'opposent aux patrons. Il n'est pas possible de défendre nos droits sans rupture avec ce gouvernement au service du Medef et des riches, sans se préparer à l'affronter.



Mobilisons-nous contre la destruction du code du travail, de nos droits de salariéEs, contre les licenciements. Mobilisons-nous contre la répression des salariéEs d'Air France (le 2 décembre ils passent devant le tribunal de Bobigny), du médecin du travail chez PSA et de l'inspectrice du travail à Annecy, dont le tort est d'avoir osé remettre en cause la dictature patronale.

Romain et Christophe pour le NPA 34






Un beau rassemblement à proximité de l'Assemblée nationale en soutien aux 5 salariés d'Air France mis en examen suite aux bousculades à l'occasion du Comté central d'entreprise, le 5 octobre. Parmi les 2000 manifestantEs, une large majorité de salariéEs d'Air France, toutes professions réunies. Pilotes, hôtesses, personnels au sol échangent leurs colères avec les militantEs venuEs les soutenir. Une colère alimentée par le rappel des mises en examen, des sanctions et surtout le maintien de l'annonce le matin même devant le CCE de 1000 suppressions de postes dans le cadre du « plan A à l'origine de la mobilisation des salariéEs de la compagnie. Cliquer ici

A lire aussi




NPA 34, NPA