Mobilisons-nous !
Lundi 19 juin
-à 19h-
Place de La Comédie
-Montpellier-
Rassemblement/Manifestation

CONTRE MACRON ET SES ORDONNANCES
Samedi 24 juin
-à 14h30-
Jardins du Peyrou
-Montpellier
-
MANIFESTATION :
ACCUEIL DE TOUT-ES LES RÉFUGIÉ-ES
Samedi 24 juin
-à 16h-
Place de La Comédie
-Montpellier
-
RASSEMBLEMENT
puis à 17h30 : MANIFESTATION
STOP COLONISATION JÉRUSALEM

lundi 2 novembre 2015

Montpellier. BDS attaqué par le Préfet en relais de la Licra, du Crif et... de la LDH, meeting le 9 novembre...


... et le 12 tous au tribunal avec Saadia et Husein !

"Si vous sortez quoi que ce soit qui a à voir avec BDS, vous serez conduit au poste de police !" (le chef de la police à Montpellier samedi dernier) Cliquer ici

Edito de la Lettre d'info hebdo du NPA 34
 

Le 1er novembre 2015

  Attentat proNetanyahu à Montpellier.
BDS interdit de Comédie, la liberté d'expression a été poignardée par Préfet Charlie...
Son complice Charlot Saurel reste en couverture...

Le rassemblement de ce samedi sur la place de la Comédie organisé par BDS 34, a été annulé. Hier matin le responsable de cette organisation s'était vu signifier par un pli remis à son domicile l'interdiction de tout rassemblement. Cette situation est à rapprocher du durcissement de l'attitude de l'Etat au niveau national vis à vis de BDS : la Cour de cassation vient de déclarer son activité illégale (lire ici). Hier après midi (samedi), à Montpellier, une réunion d'urgence s'est tenue au local de la Cimade : le maintien du rassemblement sur la Comédie était en effet devenu impossible sans affrontement avec les flics juste avant le meeting du 9 novembre avec Gresh et Stambul  et surtout avant le procès de Saadia et Husein prévu le 12 novembre

Plus de 50 personnes étaient présentes à la réunion à la Cimade. Tout le panel des forces politiques locales était là depuis AL, CGA, PG, Ensemble, Cercle montpelliérain de Podemos, Solidaires, les Tricoteuses en furie, AFPS Nîmes, MAN ,Cimade LR, jusqu'au comité Bds 34 avec de nombreux jeunes des quartiers et le NPA 34.

La décision arbitraire du Préfet doit nous faire prendre la mesure de la violence de l'attaque qui est engagée contre BDS : certains demandent ni plus ni moins sa dissolution... La réunion publique du 9 novembre prend donc une signification cruciale de résistance à la tentative désormais ouvertement affichée de criminaliser l'organisation la plus efficace dans la solidarité avec la Palestine. Et cela au moment où celle-ci relance son cycle de révolte contre l'oppression et que l'Etat d'Israël accentue sa politique criminelle. Nous devons assurer la réussite de ce meeting : une distribution massive de tracts et une campagne d'affichage se mettent en place.

Une réunion unitaire est prévue jeudi prochain à 18h. Ce lundi aussi se tiendra la réunion hebdomadaire du comité BDS 34. Le NPA 34 continuera à prendre toute sa place dans cette mobilisation et appelle ses sympathisants à s'y inscrire activement.

Le Préfet, donc le gouvernement, renouvelle sa solidarité avec l'Etat israélien et répond aux exigences liberticides des organisations communautaristes des sionistes montpelliérains. A nous de renforcer notre soutien à BDS 34, et donc au peuple palestinien, à la hauteur de cette agression ! 

Cliquer ici pour accéder à la rubrique En flânant sur la toile de la LI de cette semaine.


 Le préfet Pierre de Bousquet de Florian un dangereux récidiviste en matière d'arbitraire...
 

 Nous reproduisons ci-dessous, avec l’aimable accord de son auteur, un article paru sur le site de Montpellier Journal : un cas exemplaire d’arbitraire préfectoral, qui fait suite à... un précédent cas exemplaire d’arbitraire préfectoral, venu du même préfet contre le même journal(iste). Un acharnement contre lequel on ne peut que s’insurger, a fortiori à l’heure où la liberté de la presse semble être devenue la valeur la mieux partagée par tous (Acrimed).

Le cabinet du premier ministre accrédite Montpellier journal, comme de nombreux autres médias, pour une cérémonie en préfecture alors que le préfet nous interdit toujours de conférence de presse. Pierre de Bousquet de Florian serait-il, dans la République, un électron libre qui souhaite faire sa petite tambouille communicationnelle comme il l’entend ?  [...]

Il est en effet très rare qu’on nous dise : « Ce que vous écrivez nous déplaît, nous ne vous communiquerons pas les informations demandées et nous vous mettrons des bâtons dans les roues. »

Blacklistage

C’est pourtant ce que fait en toute impunité le préfet Pierre de Bousquet de Florian avec Montpellier journal depuis maintenant deux ans en tentant vaguement de l’enrober du prétexte risible de la non détention de la carte de presse. Car la raison principale de ce blacklistage est ce qu’écrit Montpellier journal. C’est-à-dire un délit d’opinion ou un délit de journalisme-pas-comme-il-faut dans le pays où désormais tout le monde – ou presque – est Charlie.

Tout a commencé avec cet article : LGV Montpellier-Perpignan : le nouveau préfet, un « couillon » pour Christian Bourquin ? Puis j’ai raconté l’interdiction du préfet : Un article ne plaît pas au préfet ? Il interdit de conférences de presse. J’y démontre que le problème du préfet avec Montpellier journal est bien ce que nous avons écrit plutôt qu’une vulgaire carte de presse qui ne dit rien du sérieux du travail effectué. Le papier a été repris par le site très lu d’Acrimed (Action critique médias) qui a parlé d’un « cas exemplaire d’arbitraire préfectoral ». Et a ajouté : « Nul doute que les professionnels de la profession, de Montpellier et d’ailleurs, vont s’insurger contre la censure inacceptable qui frappe leur collègue sans carte. » [...]

Pour bien montrer que le préfet Pierre de Bousquet de Florian, ancien patron de la DST (ancien nom de la direction du contre-espionnage français) au moment de l’affaire Clearstream dans laquelle il s’est posé en victime [1], ancien salarié d’Elf au moment de l’affaire du même nom, se moque ouvertement de la liberté de la presse alors qu’il représente l’État en Languedoc-Roussillon, il faut revenir début 2013. À cette époque, l’attachée de presse de la préfecture me signifie que je ne peux plus recevoir les communiqués de la préfecture ni assister aux conférences de presse. L'article intégral

Question impertinente : la fonction de préfet inclut-elle de limiter, dévoyer, voire briser une liberté aussi fondamentale que la liberté d'expression et d'information, à laquelle on pourra associer, dans le cas de BDS, la liberté de réunion ? La réponse que l'on voudra bien donner devra certes intégrer les libertés que ce personnage s'accorde avec les libertés dans l'exercice desdites fonction mais ne pourra faire l'impasse sur le fait qu'il est expression de la politique du gouvernement ! D'une pierre deux coups, voilà l'image qui convient pour évoquer un positionnement favorable à un Etat d'apartheid comme est Israël et son armée au lourd bilan en matière de crimes de guerres, de crimes contre l'humanité...
 
Enfin l'attitude du préfet et du gouvernement contre BDS participe de ceci :


“En France, les réseaux d’idéologues sécuritaires dominants, symbolisés par la ‘bande’ d’Alain Bauer, propulsent la restructuration sécuritaire en important et en réagençant depuis le milieu des années 1990 les modèles nord-américains”, écrit-il. La globalisation de la contre-insurrection serait-elle en marche ? Cliquer ici


En juillet 2014 Israël a mis à feu et à sang Gaza...et à Paris on a entendu ceci : "Il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces" (Hollande à Netanyahu) Cliquer ici 

Après 50 jours de combat, ce conflit dévastateur a fait plus de 2.140 victimes palestiniennes, 70 côté israélien Cliquer ici

Et aussi

 «Si vous tuez quelqu'un à Gaza, ce n'est pas une catastrophe» Cliquer ici

Et encore 1


Largement discrédité dans le monde arabe, sinon en Palestine, avant même son exil européen, Al-Husseini rencontra si peu d’écho que, malgré toutes ses exhortations à rejoindre les troupes de l’Axe, seuls 6 300 soldats originaires de pays arabes, selon les calculs d’un historien militaire américain, « passèrent par les différentes organisations militaires allemandes », dont 1 300 originaires de Palestine, de Syrie et d’Irak, le reste en provenance d’Afrique du Nord. Ces chiffres doivent être comparés aux 9 000 soldats arabes de la seule Palestine engagés dans l’armée britannique et aux 250 000 Maghrébins qui combattirent dans les rangs de l’armée française de la libération et fournirent la majeure partie de ses morts et blessés (5).
Le mufti fut néanmoins érigé en représentant attitré des Palestiniens et des Arabes par la désinformation du mouvement sioniste qui, en 1945, exigea — sans succès — qu’il soit déféré devant le tribunal international de Nuremberg, comme s’il avait représenté un rouage essentiel de la machine génocidaire nazie. Cliquer ici

Et encore 2
 NPA 34, NPA