Montpellier. Belle manif contre l'état d'urgence !


De 1500 à 2000 manifestants. On continue !

(correspondance NPA 34)
Cliquer sur la première photo pour agrandir et dérouler le diaporama


Partis à 300 du Petit-Bard, ils (elles étaient nombreuses aussi !) se retrouvèrent bientôt à 400 en approchant du centre ville et, jonction faite avec l'autre manif emmenée par la CGT, ils furent 1500, peut-être 2000 ! Il y avait longtemps que l'on n'avait pas vu autant de monde pour une manif directement politique...où, au demeurant, les syndicalistes (CGT, Solidaires, CNT, FSU) ont largement pris leur place. Effet Goodyear foudroyant ! La réalité d'un état d'urgence ciblant autrement que ce (ceux) qu'il déclarait (les terroristes !) s'est vite imposée : rappelons-nous les premiers visés, les écolos, dont nombre d'animateurs de la mobilisation antiCop 21, assignés à résidence pendant que l'appareil policier pesait de tout son arbitraire violent pour casser la dynamique engagée contre la mascarade du sommet pseudo-écolo  !

Très vite, et sans surprise, c'est du côté des quartiers populaires et, particulièrement, de tous ceux qui "étaient" musulmans, que la machine liberticide a pris sa vitesse de croisière à coups de portes défoncées, de brutalisation des personnes, enfants compris, de saccages des appartements, etc.... Pour rien, là aussi. Sauf pour l'essentiel : diaboliser les djihadistes en puissance que seraient lesdits musulmans. Histoire de draguer parmi les terres frontistes. 

Et puis il y a les syndicalistes de Goodyear condamnés à de la prison ferme pour avoir défendu leurs emplois. Et les Ford prochainement convoqués chez le juge sur plainte de l'employeur.... D'où la mobilisation "politique", nécessairement politique puisque la politique, celle qui s'annexe la justice, s'attaque à eux, des syndicalistes ce samedi à Montpellier comme dans le reste de la France : ils ne se sont pas laissés leurrer par le truc que, dans ce cas, cela n'avait rien à voir avec l'état d'urgence, seulement avec le respect de l'ordre et des classiques limites "sociales" à ne pas franchir, blabla. Raté, ce qui est apparu évident avec les Goodyear c'est que la justice, sans attendre la prochaine constitutionnalisation de l'état d'urgence et le durcissement du code pénal au profit de la police et du parquet, est déjà sous influence de l'exécutif. Du moins via les magistrats les plus dociles, mais nous savons que d'autres, pas seulement au Syndicat de la Magistrature, font de la résistance...


1500 à 2000 à Montpellier c'est la résultante de tout cela, modulée en termes d'actives résistances convergentes : quartiers populaires, musulmans/pas musulmans, sans travail/syndicalistes et non-syndiqués, défenseurs des droits démocratiques mais aussi les internationalistes en acte de BDS 34 (1), etc. ont décliné ensemble, au moment de leur jonction, le non à l'état sécuritaire et la nécessité de le remettre dans le droit (chemin), celui d'une démocratie à réinventer sociale, égalitaire... Beaucoup de jeunes avaient fait le déplacement. La CGA, AL, le PC, Ensemble, quelques militants du PG et, bien entendu, le NPA (avec large diffusion de tracts) étaient également présents. On passera sur la routinière rencontre de fin de manif avec le sous-préfet d'où émergea, paraît-il, un engagement à recourir à plus de "proportionnalité" (sic) dans les consignes données à la police au moment de jouer de la matraque ! A l'heure de l'état d'exception qu'est l'état d'urgence, on prendra ces propos pour ce qu'ils sont : des mots n'engageant à rien du côté des droits et des libertés dont le démantèlement programmé participe de la "disproportionnalité" absolue !

Il reste à dégager les perspectives face à ce qui s'annonce la tendance lourde d'un gouvernement ("de gauche"), discrédité et sans base populaire, persuadé que c'est en tétanisant la société, en fracturant ses solidarités et en "cassant" les résistances à sa politique antisociale qu'il doublera la droite et l'extrême droite plus à droite encore dans l'espoir de se maintenir au pouvoir en 2017 ! Les manifestants l'ont crié ce samedi "Déchéance de nationalité. Pétain l'a fait, Hollande le refait". Ils tracent par là où se situe le défi et le chemin à poursuivre pour gagner : le combat continue ! D'où la nécessité de fixer sans tarder les prochaines échéances : pourquoi pas une manifestation nationale à Paris ?

Antoine 

(1) BDS 34 peut se targuer d'avoir malheureusement expérimenté très tôt, en précurseur malgré lui, la mise en place de la politique sécuritariste du gouvernement. Nous écrivions seulement une semaine avant les attentats de Paris que l'état d'exception était déjà à l'oeuvre contre BDS 34 Préfet contre BDS 34 : la France est toujours plus un "état d'exception"... dans le monde... A lire aussi Montpellier. BDS attaqué par le Préfet en relais de la Licra, du Crif et... de la LDH, meeting le 9 novembre...













 







A lire aussi






 Par Philippe Poutou

Sans nous le dire, Ford avait porté plainte par deux fois pour dégradations de son stand, ce que nous contestons. Des plaintes restées visiblement au fond d’une pile... Mais voilà qu’aujourd’hui elles deviennent prioritaires pour le parquet ! Pas difficile de faire le lien avec le climat actuel de répression du mouvement social, avec les attaques contre les syndicalistes d’Air France ou de Goodyear.

Des convocations dans l’air du temps

Pour le patronat et le gouvernement, c’est l’heure semble-t-il de régler les comptes avec une contestation qui leur est insupportable. Cliquer ici

Et aussi



NPA34, NPA