Au revoir ?

Le plus dur, c'est de l'admettre. De l'assumer. De l'écrire… Alors, commençons par ça :
ON ARRÊTE !
    Voilà… C'est dit, c'est écrit.
    Voici la fin (provisoire ?) d'une belle aventure. Commencée du temps de la LCR. Qui s'est poursuivie avec la création du NPA. Qui a connu des moments difficiles, des moments de doute. Et plein de moments enthousiasmants !  Qui a bien failli se terminer quand une grosse partie de l'équipe a quitté le NPA pour rejoindre le Front de Gauche. Mais qui s'est poursuivie quand-même, avec une équipe recomposée, réduite, déterminée à maintenir en vie ce projet un peu fou d'un journal qui soit à la fois celui d'un parti, le NPA Languedoc-Roussillon, porteur de ses valeurs, de son orientation politique, et dans le même temps ouvert. Ouvert aux débats, aux questionnements. Ouvert à tous les aspects de la lutte sociale. Ouvert aux expérimentations du"vivre autrement".
    Motivé-es ne s'arrête pas parce que ce projet ne serait plus d'actualité. Au contraire, une démarche à la fois ferme sur les principes et fédératrice, non dogmatique s'avère plus que jamais nécessaire.
    Motivé-es ne s'arrête pas parce que le journal serait mauvais. Non, non… Malgré des améliorations à apporter et des faiblesses à combler.
    Motivé-es ne s'arrête pas parce que ce serait un gouffre financier. Bon an, mal an, les abonnements ont couvert à peu près les frais de fonctionnement. Même si, là encore, quelques abonné-es de plus nous auraient fourni un peu d'oxygène.
    Non !
MOTIVÉ-ES S'ARRÊTE PARCE QU'ON N'Y ARRIVE PLUS !
    Quand on reçoit le journal à la maison, c'est normal, on ne voit pas tout le boulot qui est derrière. Il y a, bien sûr, la rédaction des articles. Il y a, en amont, le choix du thème général, la répartition des articles. Il y a aussi la mise en page, le choix des illustrations. La relance des rédacteurs-trices qui ont d'autres activités militantes et tendance  à remettre à plus tard cette tâche prenante supplémentaire. Il y a la conception et la réalisation de la une de couverture. Viennent ensuite la réalisation de la maquette, l'envoi à l'imprimeur. Et puis récupérer les exemplaires, les mettre sous enveloppes aux normes de La Poste, et les expédier.
     Tout ça dans une période de reflux militant. Sur les épaules d'une équipe bénévole réduite et prise par les multiples tâches que réclame le combat anticapitaliste. Dans l'attente d'une relève qui tarde à se manifester.
    Impossible de savoir si cet arrêt est définitif ou provisoire. Tant d'éléments entrent en ligne de compte… À commencer par le mouvement social lui-même, qui détermine dans une large mesure les capacités et les motivations militantes.
    Ce qui est certain, c'est le déchirement que représente pour l'ensemble de notre équipe cette décision.
    Cette pause nécessaire va être pour nous l'occasion de réfléchir à l'ensemble de notre communication, en particulier l'évolution de notre blog (www.npa34.org) vers un site plus complet qui pourrait reprendre quelques thématiques du journal.
    Pour conclure, il nous faut bien évidemment remercier les quelques 250 abonné-es qui, au fil des ans, nous ont manifesté leur confiance et leur intérêt. D'ailleurs, celles et ceux qui voudraient se voir remboursé le solde de leur abonnement peuvent le faire tout simplement en nous écrivant.
    Et puis remercier Karak, JFR et Délirius pour leurs illustrations pertinentes, hilarantes et bénévoles.
Le combat anticapitaliste continue !
   MOTIVÉ-ES ?    
PLUS QUE JAMAIS !  
Ci-dessous : le dernier n° envoyé aux abonné-es, qui comportait l'édito que vous venez de lire, et les dessins de nos 3 comparses Karak, JFR, et Délirius.
npa 34