La loi travail ? C’est le come-back de l’employeur-maître !


 Le Medef a coécrit ce projet de loi. Il lance une pétition pour le soutenir !
APPEL 

A l’initiative de la Fondation Copernic, plusieurs dirigeants politiques et syndicaux lancent dans les colonnes de l’Humanité cet appel afin d’engager une mobilisation unitaire. C’est le premier acte d’une série de meetings unitaires qui se déroulera partout en France, dans dix à quinze grandes villes. Et ce, jusqu’au retrait de la loi travail El Khomri. Car il s’agit de « faire ensemble des propositions » pour « fortifier, renforcer les droits des salarié-e-s ». Et les signataires de conclure : « Nul comité de technocrates ne peut, entre soi, hors du monde, le réécrire seul, tant il est le fruit dans ses mille détails, des rapports de force sociaux. En cela, le Code du travail est l’indice de mesure de la qualité d’une civilisation. » On se souvient qu’une même démarche unitaire avait été engagée contre la réforme des retraites.

Le projet El Khomri doit être retiré. Non pas reporté, retiré. Son article premier suffit à le disqualifier, lui qui subordonne les droits et libertés des salariés au « bon fonctionnement de l’entreprise ». Il scelle la remise en cause historique, théorique, juridique d’un siècle entier de Code du travail.

Qu’est-ce que ce Code ? Qu’est-ce que la politique, sinon la mémoire qui informe l’action ? Ne jamais oublier. Et à gauche, se souvenir des désastres et des crimes, des vies brisées au nom du profit insatiable, pour cette « apothéose du coffre-fort » qu’évoque Balzac. Ne pas oublier, par exemple, que le Code du travail naît en 1910 après l’horreur de Courrières, dans le Pas-de-Calais. Après qu’en 1906, 1 099 mineurs avaient perdu la vie au fond des puits. Le patron exige alors que le travail reprenne immédiatement. Il stoppe la recherche des victimes. Cachez ces misères qui entravent l’entreprise. Et puis, douze jours plus tard, 14 survivants enfouis réapparaissent. Après des nuits de terreur et d’efforts. Miraculés. Enterrés vivants. Ouvriers morts avant d’être morts. Cliquer ici

Les 2 illustrations en rouge par NPA 34 
 

AG du Barricade d'hier soir à Montpellier pour l'action du 9 mars

En très bref, en attendant un compte rendu complet. Salle pleine à ras bord, débat très dense avec des sensibilités différentes. Deux points d'accord essentiels : 1/ la demande de retrait immédiat du projet de "loi Travail" et 2/ l'organisation de la mobilisation le 9 mars à Montpellier scandée comme suit : 
  • à 11 h à la gare pour rejoindre le rassemblement des cheminots
  • à 12 h à l'arrivée à la Préfecture, nous on continue en manif avec deux possibilités à trancher : a) pour rejoindre la mairie et AG en plein air sur le parvis de la mairie ou b) arrivée à Antigone devant la Maison des Syndicats et AG dans ces locaux. A décider sur liste mails.
. à cette AG : bilan de la journée et discussion sur l'action à suivre.
 
Par ailleurs 



 Alors que les organisations de jeunesse et maintenant la CGT appellent à se mobiliser le 9 mars contre la loi Travail, les cheminotEs sont appelés à la grève par les quatre organisations syndicales représentatives de la SNCF.

La mobilisation s’annonce très forte après l’annonce du « décret-socle », censé remplacer leur réglementation du travail au 1er juillet 2016 si aucune convention collective n’est négociée d’ici là.

La conséquence d’une loi libérale

La loi du 4 août 2014 « portant sur réforme ferroviaire », se proposait en effet de restructurer le système ferroviaire français en profondeur, pour le rendre plus compatible avec le processus de libéralisation du rail mené à l’échelle européenne. Le premier axe de la réforme, effectif depuis le 1er juillet 2015, est la séparation de la SNCF en trois EPIC
[Etablissements publics à caractère industriel et commercial. Ils sont à régime juridique mixte, public et privé] (SNCF, qui prend en charge le pilotage global du groupe, SNCF Réseau, qui gère, exploite et développe le réseau ferré français, SNCF Mobilités, pour le transport de voyageurs et de marchandises) dans le but d’assurer la neutralité du gestionnaire d’exploitation ferroviaire (SNCF Réseau) vis-à-vis des autres entreprises ferroviaires. Le second axe consiste en « l’harmonisation » des conditions de travail des cheminots du public et du privé... En fait, la suppression de la réglementation du travail SNCF et son remplacement par un « décret-socle » et par une convention collective censée couvrir tous le secteur ferroviaire.

Une attaque sans précédent sur les conditions de travail

Comme l’annonçaient la CGT et Sud Rail en juin 2014, c’est en fait l’occasion d’imposer un « choc de productivité » sans précédent… Plutôt que d’aligner les conditions de travail des 5 000 cheminotEs du privé sur celles des 150 000 cheminotEs du public, le projet de décret-socle présenté par le gouvernement le 18 février impose l’augmentation du temps de travail, la suppression de repos dont ceux accordés au titre de l’accord 35h actuellement en vigueur à la SNCF, l’augmentation des amplitudes horaires. Il met aussi en place une flexibilité accrue, en permettant de faire travailler les cheminots (y compris les conducteurs) jusqu’à six jours d’affilée suivi d’un seul repos (contre deux actuellement), de modifier les heures de travail jusqu’à une heure à l’avance, et en supprimant l’obligation faite à l’employeur d’accorder au moins 12 week-ends par an et 52 repos doubles.

à travers ce décret, le gouvernement veut mettre le patronat du rail dans une position de force et celui-ci ne s’y trompe pas. Les négociations engagées depuis plusieurs mois sur une convention collective sont de fait stoppées puisque l’UTP (le syndicat patronal du rail) n’a plus de mandat pour négocier sur la partie « conditions de travail » de la convention collective. Le but est simple : laisser s’appliquer le décret « socle » ou soumettre au dernier moment à signature une proposition de convention collective au rabais sous la menace de l’application du décret…

Une convergence possible et souhaitable

Les cheminotEs n’ont donc aucun intérêt à s’inscrire dans le calendrier social prévue par la loi de 2014… Les attaques sur le Code du travail vont les impacter directement et les logiques de la loi Travail et du décret-socle sont les mêmes. Une convergence est donc non seulement possible, mais naturelle est souhaitable. Fragilisé, allumant les feux dans plusieurs secteurs, le gouvernement se met dans la même position que celle du gouvernement Juppé. à nous, cheminotEs, traminotEs, jeunes, salariéEs du privé et du public, d’en tirer parti !

Romain Soria


-----------------------------------


---------------------------

A lire aussi

Droit au temps libre et prévisible, 35 heures renforcées, partage du temps de travail… Des universitaires planchent sur un autre code du travail vraiment protecteur des salariés.[...]

Un autre code du travail est possible. Un code qui revient aux fondamentaux : la protection des salariés et non pas la sécurisation des entreprises, nouvelle fonction exclusive que nos gouvernants voudraient lui attribuer. Un code allégé, plus simple, plus court, plus adapté à nos temps modernes puisqu’il est décrié de toutes parts, même à gauche, pour son obésité, sa complexité, son côté dix-neuvième. Un groupe d’universitaires [...], issus de dix universités, auteurs d’une trentaine d’ouvrages de référence et réunis autour du professeur de droit de l’université Paris Ouest-Nanterre Emmanuel Dockès, en fait la démonstration. Une démonstration progressive, car le chantier auquel ils se sont attelés, le même que le gouvernement, qui consiste à réécrire totalement le code du travail, est titanesque. 

« L’avant-projet de loi El Khomri est présenté comme le modèle sur lequel un nouveau code du travail doit être réécrit. Or ce projet ne simplifie rien. Le livre sur le temps de travail qu’il refond augmente même en volume. Seuls sont allégés les droits, pourtant déjà bien fragiles, des salariés. Cette pente-là est bien connue, c’est celle sur laquelle le droit du travail glisse depuis une trentaine d’années. Notre projet vise à démontrer que cette pente n’a rien d’une fatalité », annonce en préambule le groupe de recherche baptisé GR-PACT (Groupe de recherche Pour un autre code du travail).

Né à l'automne 2015, à l'heure où les rapports Combrexelle et Badinter/Lyon-Caen portaient la menace sur le code du travail, il n’a « aucun relais ». « Nous ne sommes pas en mission commandée, ni une courroie syndicale, ni une courroie politique », insiste le juriste Emmanuel Dockès. Le GR-PACT, qui avait consulté début décembre les cinq organisations syndicales représentatives (CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC), prévoit un site collaboratif pour héberger cette « grosse boîte à idées qui n’est pas un contre-code mais bien un autre code du travail » et dont la livraison finale est prévue en septembre.

Trois principes le guident dans sa rédaction : le respect des fonctions de la loi qui « doit jouer pleinement son rôle aux côtés des autres sources du droit du travail, internationales, européennes, réglementaires et conventionnelles » ; une refonte totale et véritable, « pas un copier-coller des textes antérieurs » ; le renforcement des règles essentielles « directement issues des leçons de l’histoire », mais aussi des propositions nouvelles prenant en compte les mutations et les défis du monde du travail, de la précarité à l’« ubérisation » en passant par la fragilisation de la présence syndicale et de la représentation du personnel.

Ce mercredi, dans un café du XXe arrondissement de Paris, l’équipe de chercheurs a dévoilé l’un de ses chapitres les plus aboutis, celui consacré au temps de travail, sujet éminemment sensible. « C'est l'un des champs les plus complexes et volumineux du droit du travail. La législation actuelle en la matière pèse environ 151 000 caractères soit une centaine de pages et le projet El Khomri n'y change rien puisqu'il a enflé de 27 % », notent les universitaires, qui ont réussi à réécrire ce chapitre en 40 pages. Le document (que Mediapart publie ci-dessous dans son intégralité) reste à compléter, notamment les parties sur les congés payés et sur le travail à temps partiel mais déjà, il dégage une tout autre philosophie que celle au sommet du pouvoir dans l’air du temps néolibéral. Il est carrément à contre-courant et fait le choix de favoriser l'emploi plutôt que l'allongement de la durée du travail.

Droit au temps libre et prévisible, 35 heures renforcées, forfaits-jours encadrés par les CHSCT… Mediapart décrypte trois des mesures phares de ce chapitre d'un code novateur, qui prévoit aussi une sixième semaine de congés payés en échange de l'abandon de certains jours fériés et un congé paternité obligatoire et identique au congé maternité « pour rééquilibrer un peu la situation des femmes et des hommes à l’embauche et aider à mieux répartir le travail domestique au moins lors de la naissance »… La semaine prochaine, le GR-PACT s'isole au fin fond de la Loire, dans un gîte, pour poursuivre la rédaction de cet autre code du travail. Objectif : livrer un chapitre par mois, dont un très attendu texte consacré au contrat de travail.

Un droit au temps libre et prévisible 

Le PACT propose de sortir de l’opposition « temps de travail »/« temps de repos », devenue archaïque, et d’instaurer la notion de « temps libre ». « Un changement de terminologie majeur, mais aussi un vrai choix de société qu’il faut protéger du pouvoir de direction de l’employeur », explique Christophe Vigneau, de l'université Panthéon-Sorbonne. Cette notion de temps libre considère que le temps en dehors du travail n’est pas que du repos. Ce peut être une deuxième activité professionnelle mais aussi le temps de la vie familiale, sociale, amicale, de loisirs, sportive, associative, militante…

Ce droit au temps libre, protégé et prévisible, prohiberait « le travail au sifflet » en instaurant un vrai préavis pour toute modification d’emploi du temps, un droit au refus des modifications d’horaires, une sanction pour les interruptions du temps libre par l’employeur, un droit à la déconnexion pendant tout le temps libre, un temps d’astreinte rémunéré au moins au tiers du salarié normal. Avec ces nouvelles règles, l’employeur, qui a aujourd’hui le pouvoir unilatéral de fixer les horaires et d’imposer du jour au lendemain des changements d’horaires, ne le pourrait plus. Et ce serait une réelle avancée notamment pour les salariés les plus fragiles, les plus impactés par l’imprévisibilité de leur emploi du temps. 

Les 35 heures renforcées 

Le GR-PACT consacre les 35 heures hebdomadaires, cette conquête que François Hollande avait promis de ne pas attaquer. À rebours du gouvernement, qui veut notamment donner aux accords d'entreprise la possibilité d'aller en dessous des taux de majoration des heures supplémentaires qui auraient été décidés par un accord de branche, les universitaires proposent de maintenir le taux de majoration des heures supplémentaires à 25 % et de le passer à 50 % dès la septième heure supplémentaire (au lieu de la neuvième aujourd’hui).

Innovation : ils proposent aussi d’imposer des contreparties en cas de modulation du temps de travail et de conditionner l’annualisation du temps de travail à un passage aux 32 heures. L’idée : rendre plus cher le recours aux heures supplémentaires pour inciter l’employeur à la réduction du temps de travail et à l’embauche de plus de salariés. « Il faut un moyen de pression. Un employeur préférera toujours avoir 3 salariés à 46 heures plutôt que 4 à 35 heures », dit Emmanuel Dockès. Leur code du travail prévoit aussi une rémunération minimale de l’astreinte. Quant à l’augmentation du nombre d’heures maximal quotidien ou hebdomadaire, elle sera conditionnée par une réduction du nombre de jours travaillés sur le mois.  

Des forfaits-jours mieux encadrés par les CHSCT

Créé en 2000 après la loi Aubry dans la foulée des 35 heures, le forfait-jour est largement répandu chez les cadres mais aussi de plus en plus chez les non-cadres. Son principe : le temps de travail est décompté en nombre de jours par an, plutôt qu’en heures par semaine, fixé par une convention individuelle avec le salarié concerné, obligatoirement précédée d’un accord collectif d’entreprise ou d’établissement. Soit une très grande autonomie et une très grande souplesse pour le salarié. Mais elle a un prix : des horaires à rallonge, à y laisser sa santé. Le GR-PACT propose de mieux encadrer ce modèle d’organisation sans pour autant revenir à la pointeuse. L’idée : donner des moyens et des pouvoirs aux comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), permettant au salarié de sortir du face-à-face forcément déséquilibré avec l’employeur. Cela passerait par une négociation collective d’évaluation de la charge de travail, un contrôle par le CHSCT du temps et de la charge de travail et la possibilité pour le CHSCT de suspendre les clauses de forfait.

Le projet adopte par ailleurs une définition large du salariat, dans la tradition du livre VII du code du travail. Ce qui permet l’intégration dans le code du travail des salariés "ubérisés". « Cette intégration est indispensable pour que cessent certains abus des plateformes (lock-out illégal décidé par Uber en réponse à un mouvement de grève, baisse unilatérale des rémunérations sans préavis, licenciement par simple déconnexion, sans entretien, préavis, ni motivation). Elle est aussi nécessaire pour que ces travailleurs puissent bénéficier des protections sociales minimales (accident du travail, chômage) », écrivent les universitaires. Cliquer ici

Sur le même sujet : Réforme du code du travail: l'«autre projet» de 18 juristes

 

Pour le professeur au Collège de France Alain Supiot, « le procès instruit contre le code du travail occulte les causes profondes de la crise de l’emploi ».  Cliquer ici




 Et aussi


Valls-Macron les frères ennemis du rocardisme d'accord pour enfumer les syndicats (et les autres) en temporisant




 
Beaucoup d’Aubry pour rien ?

..........................


 Groupies d'El Khomri : il n'y a pas que Gattaz...

«Quand ça va dans le bon sens, je soutiens. Sinon on tombe dans la politique politicienne insupportable». Cliquer ici

Et aussi... : Dans une tribune à L'Opinion, vendredi 26 février, 17 députés les Républicains et UDI, parmi lesquels Nathalie Kosciusko-Morizet, Benoist Apparu, Jean-Christophe Fromantin ou encore Philippe Vigier, annoncent qu'il pourront voter ce texte s'il est présenté en l'état. «En donnant un cadre plus objectif au licenciement économique, en prévoyant un barème clair pour les indemnités de licenciement et en rendant possible le recours au référendum en entreprise, le projet de loi va dans le bon sens», écrivent-ils. D'autres soutiens à droite en cliquant ici

Et encore
 
Savoir de quoi on parle... 



 NPA 34, NPA