mercredi 6 avril 2016

Kurdistan : solidarité !


LA BATAILLE QUI SE JOUE AU KURDISTAN
EST AUSSI LA NOTRE
A Montpellier , les kurdes fêtent le Newroz , le NPA 34 leur a témoigné toute sa solidarité.

Une salle Guillaume de Nogaret pleine à craquer, toutes les générations sont présentes pour fêter le Newroz ( Nouveau jour), célébration du Nouvel An et premier jour du Printemps, et surtout commémoration du soulèvement des descendants des enfants sauvés : les kurdes. Manifestation festive, on chante, on danse , on se restaure, les enfants jouent dehors, manifestation politique bien sûr portrait d'Ocalan et portrait des combattantes kurdes.
Seule organisation politique présente nous sommes très bien accueillies, sourires, poignées de main... Échappant à la chaleur étouffante de la salle , nous rencontrons un des responsables du centre démocratique kurde, Mala Kurda avec qui nous échangeons sur le situation au Kurdistan, sur leur projet qui n'est pas simplement une lutte pour la reconnaissance des droits des kurdes mais la vision d'une autre société fondée sur un rapport à la nature qui permette de ne pas la détruire tout en satisfaisant les besoins de chacun, une société où la place des femmes est reconnue à égalité, une société fondée sur l'auto-organisation....

Leur résistance  à la dictature de Bachar El Assad, au gouvernement d'Erdogan, oo à la dictature de l’État Islamique force pour le moins le respect. La répression qui s'abat sur eux, sur les opposants en général, avocats, syndicalistes, journalistes...les assassinats, n'entravent en rien leur détermination.
Plus que jamais nous devons leur apporter notre soutien et notre présence ce dimanche après midi  au Newroz avait ce sens.
Le corridor humanitaire, économique et  militaire  demandé n'a jamais été obtenu.
Le PKK doit être sorti de la liste des organisations terroristes.
L'Etat français qui fait affaire avec Erdogan doit être dénoncé.
Comme l'écrit Olivier Besancenot de retour du Kurdistan : "Ce peuple qui a été amené à prendre les armes, et qui les tient encore, pense toutefois que l'arme la plus efficace reste la conscience que l'on acquiert de soi. Une arme qui nous relie au delà des frontières". (Voir à ce sujet l'article d'O. Besancenot : Les printemps naissent du Kurdistan ).
Martine et Geneviève, correspondantes NPA 34
PS/ Ce lundi se tenait une conférence de presse. Un communiqué a été remis à la préfecture avec un dossier sur la situation des kurdes :
 COMMUNIQUÉ
À l’occasion de la célébration du New Roz –nouvel an kurde-,  le Centre démocratique kurde de Montpellier, et la LDH , la Cimade, RESF, Solidaires, la CGT, le SAF, la CGA,  le PCF, le NPA, le Parti de Gauche et Ensemble ! dénoncent le cynisme, l’absurdité et l’ignominie de la politique menée de concert par l’Union Européenne et la France avec la Turquie.

Ne voulant pas prendre sa part dans l’accueil des réfugiés de guerre essentiellement syriens, l’Union Européenne a signé le 18 mars un accord avec la Turquie, afin d’y renvoyer les réfugiés arrivant en Grèce, et ce, soi-disant, dans le respect le droit international.

A cette date, depuis deux ans, les réfugiés syriens, hommes femmes et enfants dorment dans les rues d’Istanbul, d’Ankara, d’Izmir, d’Urfa, par terre a même le sol, les scandales d’exploitation notamment sexuelle des migrantes, mineures, se multiplient.

A cette date, depuis plus d’un an, le chaos qui règne au sein de l’Etat turc ne cesse de s’aggraver : affaires de corruption avec démission de ministres, arrestation en masse d’avocats, d’intellectuels, de syndicalistes et de journalistes depuis 2011, répression violente et parfois mortelle des manifestations, mutation et suspension de 40.000 fonctionnaires magistrats, policiers, parquetiers -.

A cette date, depuis deux semaines, le journal Zaman a été placé sous tutelle d’Etat et ne peut plus publier librement, ce que l’Union Européenne a condamné publiquement ; le journaliste Can Dündar, remis en liberté par la Cour de Cassation, encourt des années de prison et est ouvertement menacé par Erdogan pour avoir dénoncé, preuves à l’appui le soutien logistique apporté par l’Etat turc à Daesh en Syrie.

A cette date, les avocats kurdes, actifs au niveau de la CEDH, ont à nouveau fait l’objet d’arrestations dénoncées notamment par les instances ordinales françaises. Des dizaines de Maires kurdes, d’élus ont été arrêtés, placés en garde à vue, démis de leur fonction, sont encore incarcérés.

L’Etat de droit n’existe plus.

A cette date, le Kurdistan turc fait l’objet d’une répression armée depuis plusieurs mois, sous couvert d’un couvre feu : une partie de la vieille ville de Diyarbakir, capitale du Kurdistan turc, est détruite, tout comme de nombreuses autres villes encerclées et bombardées par les tanks de l’armée, des dizaines de milliers de civils fuient les villes, des centaines de morts, jeunes en rébellion, civils.

A cette date à Cizre, l’armée turque a déjà brûlés vifs des dizaines de kurdes réfugiés dans les caves des maisons éventrées.

La guerre civile est largement commencée.

Et c’est dans ce pays que l’Union Européenne renvoie « dans le respect du droit international » les réfugiés. ET que la France renvoie les kurdes sans papiers.

Nous continuerons à dénoncer la compromission de l’Union Européenne, de la France et la politique antidémocratique de la Turquie. Et ici nous continuerons à être solidaires.


Montpellier le 4 avril 2016