Mobilisons-nous !
Lundi 19 juin
-à 19h-
Place de La Comédie
-Montpellier-
Rassemblement/Manifestation

CONTRE MACRON ET SES ORDONNANCES
Samedi 24 juin
-à 14h30-
Jardins du Peyrou
-Montpellier
-
MANIFESTATION :
ACCUEIL DE TOUT-ES LES RÉFUGIÉ-ES
Samedi 24 juin
-à 16h-
Place de La Comédie
-Montpellier
-
RASSEMBLEMENT
puis à 17h30 : MANIFESTATION
STOP COLONISATION JÉRUSALEM

dimanche 17 avril 2016

Samedi soir 500 à Montpellier. Convergence des luttes, convergence des AG des Nuits Debout ?


 Montpellier, Sète, Lodève, Béziers, Nîmes, Alès, Aumessas, Marseille... ces Nuits sans se coucher qui voient le jour...

 Ci-dessous : " Lutter, converger, s'enraciner, s'élargir..." (Antoine) et le reportage photo de la nuit par NPA 34

Samedi soir, Place de la Comédie, la dynamique de la «Nuit debout» gagne Montpellier: pour la deuxième édition, quelque 500 personnes de toutes générations se sont inscrites dans une stratégie de «convergence des luttes» face à «l’irresponsabilité des politiques».

«La Nuit debout décolle enfin à Montpellier», se félicitent plusieurs participants. Vers 18H00, en ce début de vacances scolaires, plusieurs centaines de personnes ont commencé à affluer vers le point de rendez-vous dans une ambiance cordiale et studieuse, devant l’air incrédule de passants chargés de courses.

«Cette AG est ancrée contre la loi travail», explique en préambule l’un des animateurs. «Mais face à la répression qui s’abat sur nous, au déni de démocratie et à l’irresponsabilité des politiques, nous nous dirigeons vers une convergence des luttes». Cliquer ici

 Lutter, converger, s'enraciner, s'élargir...

Lors de l'AG Populaire d'hier soir, parmi la multitude de sujets abordés qui font toute la richesse du mouvement, on a vu et entendu des participants aux Nuits Debout qui se sont mises en place à Lodève ou à Sète. On sait qu'à Béziers le processus est aussi engagé... Il est certes trop tôt pour parler de convergence de ces actions mais il est déjà significatif que des passerelles s'esquissent. La priorité du moment reste cependant de s'enraciner et de s'élargir autour des places de ces villes. Sur Montpellier, portée par la Commission Convergence des Luttes, s'est affirmée la priorité que ladite convergence se fasse avec les quartiers périphériques de la ville. Il est à ce titre significatif que les Mamans du quartier du Petit-Bard, soient venues rappeler que leur mouvement lancé l'année dernière se poursuit : tout comme l'AG Populaire, qui ouvre les Nuits Debout, participe à la résistance engagée sur le Quartier de Las Rebes contre la destruction par la Mairie de Montpellier du seul espace vert existant dans cet ensemble de logements sociaux, elle est appelée à soutenir l'action de ces Mamans pour que le ghetto scolaire que subissent les enfants de ce quartier soit cassé et qu'ainsi l'on s'achemine vers l'instauration de ce que lesdites Mamans appellent de leurs voeux, la "mixité scolaire", premier pas pour que l'égalité ne soit plus un mot vide de sens apposé sur les frontons des édifices publics.

Cette proposition de soutien est immédiatement recueillie par la Commission Convergence des luttes pour en étudier les modalités pratiques mais, plus largement, l'un des objectifs de l'AG Populaire est d'envisager, avec les milieux associatifs et les personnes disponibles des quartiers populaires de la ville, la possibilité que les Nuits Debout s'élargissent, s'ouvrent, à ceux-ci. Avec, pourquoi pas, l'apparition de Banlieues Nuit, comme il s'en met en...place un peu partout en ce moment. Il y a là un chantier à instituer pour vérifier que la lutte engagée contre la Loi Travail oeuvre aussi à casser les clivages sociaux mais aussi territoriaux qui sont le lot de ce capitalisme prédateur dans lequel, à divers niveaux, nous sommes tous pris ... mais certain-es plus que d'autres ! La perspective de déplacer une prochaine Nuit Debout vers une place rapprochant des quartiers populaires du Petit-Bard et de La Paillade (Plan Cabanes) a été adoptée par l'AG. A suivre pour maintenir le lien avec le mouvement étudiant et lycéen par-dessus les vacances scolaires et refaire la jonction avec les mobilisations intersyndicales contre la Loi Travail le 28 avril !

Antoine

Une mention particulière pour la Commission logistique qui a, au prix d'un incroyable effort, organisé un super stand bouffe des plus requinquants pour tenir déjà ...le temps de l'AG et ensuite le reste de la nuit ! Appel a été lancé par cette commission : ils/elles ne sont pas assez nombreux/ses pour espérer reconduire cette si belle et utile initiative. A bon entendeur salut... si on veut bouffer la prochaine fois !


 Agenda...

Mercredi 20 avril. Comme tous les mercredis à 19h, afin de se coordonner, réunion de toutes les commissions « Nuit debout » au Kiosque Bosc/Esplanade Charles de Gaulle !

Assemblée Générale Populaire de Montpellier pour une Nuit Debout sans attendre la nuit ! 

(reportage photo NPA 34. Cliquer sur la première photo pour lancer le diaporama)




Quand la nuit est là...















-------------------------------------
  



A lire aussi


Le dossier Quartiers Populaires du blog du NPA 34 : cliquer ici

Et aussi


L'AG Populaire en appui sur diverses luttes 

L'action de blocage des travaux de destruction de l'espace vert de Las Rebes lundi dernier avec la présence de participant-es à l'AG Populaire de Montpellier

 

Bref compte rendu (l'action se poursuit avec ce dimanche un pique-nique de lutte sur le site !)

Nous avons fermé le passage du camion d'élagage tronçonnage avec des voitures. Du coup le camion est bloqué et ne peut pas pénétrer dans le périmètre des travaux.

La sécurité présente sur les lieux ne dit rien. Contact aimable. Même chose avec la police municipale venue voir (apparemment appelée pour plainte du voisinage contre le bruit du démarrage des travaux avant l'heure légale - 7h-le1/4 au lieu de 7 h -). Elle n'est pas habilitée à intervenir sur le blocage. Deux policiers de la Bac (en civil) sont passés. Agressifs, ils ont enregistré que le positionnement des voitures pour bloquer était une action militante. On n'est pas du coup en contravention au code de la route (stationnement dans un virage et à cheval sur le trottoir) donc ils n'appellent pas la fourrière ! On ne sait pas si des forces plus "militarisées" et à fonction plus contraignante, huissier, etc. vont venir constater et "contester" l'entrave aux travaux commandités par les pouvoir publics.

Dernière minute ce dimanche 17 avril à 20 h 20 

Des nouvelles de Las Rebes : le terrain est occupé depuis aujourd'hui midi ! Un campement s'est organisé.

Toutes les personnes qui le peuvent sont bienvenues pour faire perdurer cette occupation dans les jours et nuits à venir !




Et encore 1


Les vacances nous empêchent de nous adresser largement aux étudiant∙e∙s sur les établissements. Mais la mobilisation, elle, se poursuit. Nous profitons des vacances pour aller à la rencontre des travailleuses∙eurs. Nous appelons à la tenue d'assemblées générales interprofessionnelles dans toutes les villes mobilisées, afin que la convergence soit effective et construite par la base. Depuis le début du mouvement, les grandes directions syndicales de salarié∙e∙s n'ont pas joué suffisamment leur rôle, en n'organisant ni la grève, ni l'affrontement souhaité par les salarié∙e∙s et la jeunesse, ni la convergence entre secteurs. Elles doivent offrir des débouchés à la colère des travailleuses∙eurs bien avant l'horizon lointain du 28 avril en construisant la grève reconductible dès maintenant. Cliquer ici

 Et encore 2


Et encore 3

 
Les risques sont nombreux dans une mobilisation aussi polymorphe que celle-ci, parmi lesquels le rejet de toute forme d’organisation politique ou syndicale, dans la logique des Indignés, qui semble plus menaçant qu’une quelconque récupération par une organisation. Mais nombre d’entre nous savons que des militantEs organisés ont beaucoup aidé logistiquement, en termes de formation et de savoir-faire, à rendre tout cela possible. Et nous ne manquons pas de le rappeler le plus souvent possible afin de faire la différence entre les politiciens professionnels et les militants qui combattent le capitalisme. Cliquer ici



 De leur société on n'en veut pas...


NPA 34, NPA