Palestine. BDS résiste et maintient son offensive de solidarité !


 De l'intimidation à la criminalisation

Le mouvement BDS a été créé en 2005 à l'appel de 172 organisations de la société civile palestinienne, appel relayé internationalement, par des centaines d'associations, syndicats et partis politiques, pour que cesse la colonisation de la Palestine, pour le droit au retour des réfugié(e)s et l'égalité totale entre Palestiniens de 48 et Israéliens, dans l'esprit du mouvement de boycott initié par Mandela. 

Depuis sa fondation, les militant(e)s ont toujours été menacé(e)s et réprimé(e)s. En France, un des rares pays à s'être dotés d'une législation visant spécifiquement le boycott en interdisant « l'entrave de l'exercice normal d'une activité économique quelconque, fondée sur toute distinction entre les personnes à raison de leur appartenance à une nation» (circulaire Alliot-Marie), les attaques envers les acteurs/actrices du mouvement sont particulièrement prégnantes.

La criminalisation

Durant l'été 2014, la sauvagerie des bombardements sur Gaza a ému, choqué la société civile. Les manifestations de soutien au peuple palestinien ont été nombreuses, dynamiques, certaines interdites comme à Paris.

 Le soutien à Gaza dans les rues de Montpellier en juillet 2014

Le mouvement s'est renforcé, le gouvernement israélien s'est, lui, plus largement discrédité et le militantisme intensif des militants a permis de remporter des victoires significatives dans le domaine du désinvestissement économique en particulier: Véolia et Orange n'ont pas renouvelé leur contrat avec leurs partenaires israéliens, Sodastream, boycotté au festival de la BD à Angoulême, pour la première fois, Méhadrin était absent du grand salon des fruits et légumes, Medfel de Perpignan.

Les investissements étrangers ont baissé de 46% et le pays est devenu moins attractif pour les entreprises. Nétanyahu ne s'y est pas trompé, pour lui et son gouvernement, détruire le BDS est stratégique, il a investi 10 millions d'euros à cette fin. Il compte sur le soutien actif de ses alliés politiques pour museler le mouvement. Message reçu 5 sur 5 par Valls et consorts, qui ne perdent pas une occasion de donner des gages de bonne volonté, lors de leurs interventions aux réunions, repas de leurs «chers amis» du CRIF, de la LICRA etc. tant, par la rhétorique bien rodée, assimilant tout antisionisme à de l'antisémitisme, pour disqualifier les critiques à la politique israélienne, qu'à travers les poursuites judiciaires engagées contre les militant(e)s.

L'arrêt de la chambre criminelle de cassation de Colmar validant les condamnations de la chambre correctionnelle de Colmar envers les 12 inculpés de Mulhouse poursuivis pour boycott, déclare illégal l'appel à boycotter Israël: c'est une première mondiale! Dans le contexte de l'état d'urgence,la dissuasion et la répression étendent leur emprise.

Pendant ce temps là, en Occitanie !

Menaces, plaintes, procès, jugements, amendes, condamnations font florès et relèvent du harcèlement. L'espace public est interdit et seuls la volonté, la persévérance, le courage des militant(e)s, permettent de faire encore entendre la voix du peuple palestinien et de réclamer justice!

A Toulouse le récent procès des 4 inculpés pour appel au boycott a été un nouvelle fois reporté à la demande des officines israéliennes, afin de paralyser le mouvement et intimider les camarades. Nous étions nombreux et nombreuses ce 30 juin, nous le serons à nouveau le 22 septembre et nous soutiendrons nos camarades.

A Montpellier

Harcèlement de rigueur, chaque action de soutien au peuple palestinien, toute critique de l'Etat d’Israël, entraîne, plaintes : 4 de la part des directions des magasins Lidl. N'oublions pas la plainte déposée contre nos camarades de BDS 34, Saadia et Husein, qui a abouti à leur condamnation en avril (ils ont interjeté appel : lire ici)

Interdiction, censure


Sur la place de la Comédie il est désormais définitivement interdit de dresser le stand, qui était tenu depuis des années sans problème. José Luis Moraguès est convoqué au commissariat pour port du tee-shirt "Boycott, Israël, apartheid" le 2 août.

Le NPA est depuis la première heure partie prenante du mouvement et est solidaire de José Luis Moraguès que nous accompagnerons au commissariat ce 2 août. Même si chaque action entraîne des poursuites, si certaines sont interdites, nous n’arrêterons pas, nous ne nous tairons pas!

Nous continuerons à porter la voix du peuple palestinien que l'on cherche à étouffer, alors que continuent les encerclements, les emprisonnements...

Relaxe pour les inculpés de Toulouse !

Retrait des plaintes de Lidl !

Retour du stand sur la Comédie !

Solidarité avec José Luis Moraguès !

Ils ne nous feront pas taire !

Palestine vivra, Palestine vaincra !

Geneviève (NPA 34)


A lire aussi

La réalité de l'agression au quotidien d'Israël
 

eldiario.es 12 juillet 2016

Israël fait obstacle à l'assainissement des plages de Gaza polluées par le déversement d'eaux fécales
  • Israël interdit l'entrée dans la bande de Gaza du matériel nécessaire aux centrales de dépollution et d'assainissement.
  • Huit bouches d'égouts déversent des eaux résiduelles tout au long de la côte de la Bande de Gaza. 90% du littoral sont considérées inaptes aux baignades.
  • "Là où avant il y avait des gens qui se baignaient, il y a des poissons morts" dit un secouriste dont le rôle consiste à éviter que personne ne pénètre dans l'eau.
Lire ici (texte en espagnol)

Ruine et dévastation à Gaza deux ans après la guerre de 2014 (Público, 8 juillet 2017)

Selon le bilan fait par les Nations Unies et diverses organisations internationales, en 50 jours de guerre, 2200 Palestiniens ont perdu la vie, parmi eux 1492 civils dont 551 enfants. Le nombre de blessés fut encore plus élevé. 73 Israéliens, dont seulement 5 civils, sont morts pendant cet acte de guerre contre des la population gazaouie.

Amnesty International chiffre, quant à elle, à 120 000 les logements détruits par les bombardements israéliens : 20 000 sont complètement inhabitables.
La moitié de la population de la Bande est composée d'enfants qui ne connaissent rien d'autre que le blocus imposé par Israël depuis 9 ans.  187 écoles ont été endommagées pendant la guerre, 3 d'entre elles ont été totalement détruites. Beaucoup de ces écoles n'ont pas été reconstruites par manque de ciment et d'autres matériaux. Pour cette raison, 94% des écoles fonctionnent en deux temps : le matin elles reçoivent une partie des élèves et, l'après midi, une autre partie.

En juin Israël a annoncé la prochaine construction, pour un montant de 570 millions de dollars, d'un mur de plus de 50 kilomètres qui longera la frontière avec la Bande de Gaza. Il mesurera plusieurs mètres de haut et des dizaines de mètres de profondeurs afin d'empêcher la construction par les miliciens palestiniens de tunnels souterrains. L'objectif de ces miliciens pendant la guerre de 2014 était d'en finir avec l'isolement imposé par Israël. La promesse par Israël, durant les négociations ayant mis fin à son agression, de lever ce blocus n'a pas été tenue. Lire ici (texte en espagnol)
  
Embargo militaire contre Israël – Fin du blocus de Gaza !

Lorsque nous étions occupés par les soldats allemands en 1940, ceux qui leur tiraient dessus étaient considérés comme des héros. C’étaient les résistants. Les Palestiniens sont des résistants qu’Israël fait passer pour des terroristes. Et cela marche très fort car dans l’esprit européen, terroriste = musulman = Daech. Or nous sommes dans un pays occupé depuis cinquante ans. Cliquer ici

Du rôle de BDS pour aider le peuple palestinien à résister

Des organisations importantes et même des gouvernements admettent que la guerre engagée par Israël pour réprimer BDS est une remise en cause dangereuse des libertés fondamentales. 

Des représentants des gouvernements de Suède, d’Irlande et des Pays Bas ont publiquement justifié le droit à défendre et à faire campagne pour les droits des Palestiniens dans le cadre du droit international, via BDS, et des organisations comme Amnesty International, la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH) et l’Union Américaine pour les Libertés Civiles ont fait de même.

Plus de 23 000 personnes ont signé notre appel à l’ONU au sujet de #RightToBoycott et un témoignage a été récemment présenté en ce sens au Conseil des Droits Humains de l’ONU. 

À la suite d’autres journaux américains parmi les principaux, le Los Angeles Times a publié mardi un éditorial intitulé « les boycotts d’Israël sont une forme protégée de liberté d’expression ». 

Loin de ralentir le soutien à notre mouvement BDS, la guerre antidémocratique que mène Israël pour le réprimer a apporté au mouvement davantage de notoriété et une audience renouvelée. Cliquer ici


La France alliée indéfectible d'Israël contre les opposants à la politique coloniale de celui-ci


En visite à Jérusalem la semaine dernière, le Délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra) a lié de manière scandaleuse le soutien unilatéral à Israël contre les Palestiniens et la lutte contre l’antisémitisme en France. Sans le moindre rapport avec ses fonctions officielles. Cliquer ici 
___________________________

Un grand "messager de la paix" bien peu pacifiste !

 ___________________

Et aussi


 


Un Palestinien au visage caché fait le geste de la victoire avec ses mains dans lesquelles il tient des pierres, dans la ville de Dura, proche de Hébron. /EFE-ABED AL HASHLAMOUN. Cliquer ici

NPA 34, NPA