Mobilisons-nous !

Vendredi 30 juin
-à partir de 18h-
Appel à Résistance 34
Réoccupation de l'Esplanade et de la Place de la Comédie.
-Montpellier
-
Ateliers débats thématiques et réflexion sur les modes d'action.
Cliquez sur l'image


jeudi 21 juillet 2016

Solidarité avec Jules !

Communiqué du NPA 34
Halte à la répression du mouvement social
SOLIDARITÉ AVEC JULES
Jules Panetier, 23 ans, investi dans le mouvement Nuit Debout de Montpellier, vient d’être victime d'une justice expéditive : 2 mois de prison fermes, dans un simulacre de procès bâclé en comparution immédiate. Une sentence totalement arbitraire et disproportionnée. Une procédure d’exception où ne sont pas pris en compte les nombreux éléments de doute qui habituellement accompagnent la présomption d'innocence.On est loin des précautions qui sont prises lorsque sont jugés les "grands" de ce monde pour des affaires de corruption ou de harcèlement sexuel…
Jeudi 21 juillet
devant la prison de
Villeneuve-lès-Maguelone.

Rassemblement sonore
en soutien à Jules

et aux inculpé-e-s du mouvement social
deux rendez-vous :
- à 19h, à Près d’Arènes (arrêt de tram Garcia Lorca) pour un départ en co-voiturage.
- à 19h30, sur le parking devant la prison
Jules est aussi la victime d'une presse en soutien aux basses manœuvres du pouvoir en place, notamment à travers un article paru dans Midi-Libre et reprenant à son compte les allégations de la police intitulé : "Ivre, l’indic aurait menacé le policier et sa famille". Cette instrumentalisation de la presse, en manquement flagrant aux règles d'éthique de la profession, mériterait une réaction forte des syndicats de journalistes mobilisés eux-aussi contre la Loi Travail.

Mais Jules est surtout la victime d'une volonté politique qui s’acharne, partout en France, à l’encontre du mouvement d'ampleur contre la Loi Travail. Cette loi étant minoritaire dans le pays et au parlement, le gouvernement aux abois tente par tous les moyens de le discréditer et de le diviser.
Car une des grandes forces de ce mouvement, c'est l'unité qui s'est forgée dans la mobilisation entre des secteurs peu habitués à lutter ensemble.
C'est cette unité et cette convergence que craignent le gouvernement et le MEDEF. C'est bien la preuve que nous sommes sur la bonne voie.


Nous continuerons la lutte contre la Loi Travail.
Nous continuerons à œuvrer à l'unité et la convergence.
Nous réaffirmons notre solidarité avec Jules, notre camarade de lutte,
et lui apportons notre soutien total.


Une adresse pour envoyer des messages de soutien : soutienjules@gmail.com
Voir aussi : - le communiqué du Parti de Gauche (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :
                      - le communiqué d'Ensemble!
                      - Montpellier. Le scandale : notre camarade Jules a été jeté en prison ...
                      - Le communiqué de  l'Assemblée générale contre l’état d’urgence et les violences d’état de Montpellier:

Appel à rassemblement

Depuis plus de 4 mois nous nous battons pour le retrait de la loi travail. Mais aussi contre le système qui la fabrique. L’Etat utilise tout son arsenal, juridique, législatif et répressif pour continuer à imposer le système capitaliste dans toutes nos relations sociales. Par exemple, cette loi imposera un rapport de force directe entre chaque travailleur/travailleuse individuellement,  et son patron. Comme si une salariée pouvait négocier à égalité avec son employeur, des horaires, des charges de travail, ou la raison même de sa production.
Mais quelle foutaise ! C’est cela  l’inversion des pyramides des normes.
Même si le retrait de cette loi ne nous émancipera pas de notre condition de prolétaire (personne qui n’a pas d’autre moyen de vivre que de vendre sa force de travail), elle dégrade un peu plus nos conditions quotidiennes de vie.

L’Etat et le capitalisme essaie de nous distraire avec leurs cirque médiatique, championnat de foot, tour de France, JO, etc. Mais ce système essai aussi de nous faire taire.

Un camarade, Jules,  très fortement impliqué dans ce mouvement social est emprisonné pour deux mois à la prison de Villeneuve-lès-Maguelone.
Nous n’oublions pas tous les autres camarades emprisonnéEs, blesséEs, arrêtéEs, agrésséEs, harceléEs par la police car nous nous ne tairons pas.
La prison, comme la police et la justice, sont des institutions étatiques. Elles permettent de contrôler, écarter voir même d’assassiner en toute impunité, les personnes qui de manière consciente ou inconsciente ne se soumettent pas à la domination de plus riches, des bourgeois (ceux qui s’enrichissent de la vente de la force de travail d’autrui).
Les prisons, dans la plus part des cas, soumettent les insoumisEs et détruisent des vies, c’est pour cela qu’il faut les détruire.

Nous n’attendront pas sa destruction. Nous n’attendrons pas que d’autres les détruisent ou votent un jour leurs destruction. Nous construisons à travers les mouvements sociaux, la lutte des classes, la lutte contre le racisme et le patriarcat, une société sans soumission, sans loi, sans travail, sans hiérarchie, sans classe.

Rassemblement jeudi 21 juillet 2016 devant le parking de la prison Villeneuve-lès-Maguelone, avenue du Moulin de la Jasse à 19h30 en soutien aux personnes incarcérés y compris notre camarade Jules.
Départ en covoiturage de Montpellier à 19h arrêt de tram Garcia Lorca
l. 4.