Pyrénées Orientales. Vous avez dit "tournesols VrTH" ?


Pas de moratoire, on fauche !


 Communiqué de presse des Faucheurs Volontaires d'OGM

Les Faucheurs Volontaires d'OGM ont procédé à la destruction d'une parcelle de plus de 3ha de semences de tournesols rendus tolérants aux herbicides (Variété rendue Tolérante aux Herbicides : VrTH), située dans le département des Pyrénées Orientales, sur la commune d'Elne, route du Bocal du TECH.

Depuis 2013, l'entreprise NIDERA loue des terres aux agriculteurs pour y cultiver des semences de tournesols préparant des hybrides VrTH destinés à être semés dans toute la France.

Dès le printemps 2013, différentes entités opposées aux VrTH ont alerté les autorités sur le caractère nocif de ces cultures : réunions avec la Chambre d'Agriculture, le GNIS, le Conseil Général, les responsables locaux de NIDERA.

Les médias locaux se sont faits l'écho de ces préoccupations. La population a été invitée à manifester son opposition en plantant des graines de tournesols bio : 3000 sachets de graines ont été distribués.

Malgré cela les Faucheurs Volontaires constatent la persistance de cultures de semences de tournesols, dans l'opacité la plus totale.

Les Faucheurs Volontaires dénoncent les conséquences des cultures de tournesols VrTH identiques à celles des transgéniques : l'atteinte à l'environnement par multiplication des résistances à l'herbicide Imazamox et, par conséquent, l'augmentation des doses d'herbicides déversées dans les champs de tournesols, l'atteinte à la santé puisque l'herbicide se retrouve dans la plante et donc dans l'huile, l'absence de réglementation de ces cultures : pas d'autorisation de mise sur le marché, pas d'information, pas de traçabilité. Le consommateur doit subir sans pouvoir choisir, la mainmise sur le vivant par dépôt de brevets, ayant pour but d'empêcher, à terme, la libre circulation de toutes les semences.


Les Pyrénées Orientales où sont cultivées les semences de tournesols sont un maillon à l'origine des cultures d'hybrides de tournesols VrTH. Même si le département ne subit pas directement toutes les conséquences néfastes de ces cultures, les Faucheurs Volontaires ne peuvent rester passifs face à leur dissémination : ils doivent faire ce qui est en leur pouvoir pour les empêcher. Prenant acte de l'indifférence des autorités et des entreprises semencières quant aux conséquences inacceptables des VrTH, les Faucheurs Volontaires ont procédé à leur destruction.

Les Faucheurs Volontaires demandent un moratoire sur les VrTH cultivés en France : colza et tournesol, en attendant que leurs conséquences sociales et environnementales soient évaluées par un organisme indépendant.

Perpignan, le 2 août 2016

 Les OGM sont des organismes vivants (animaux, végétaux ou micro-organismes) dont le patrimoine génétique a été modifié par l’homme pour leur conférer de nouvelles propriétés. Cliquer ici






Parce que le port de Sète, c'est d'abord le port de commerce et qu'on y trouve :

- SEA INVEST une entreprise d'importation de tourteaux soja principalement Ogm, 

- SOFIPROTEOL, une usine du groupe AVRIL, qui fabrique des agro-carburants, et l'usine de trituration et de raffinage de colza, SAIPOL, du même groupe AVRIL qui fabrique des huiles alimentaires et des aliments pour animaux d'élevage, à base de tournesol.

Les importations de tourteaux SOJA OGM à Sète. Cliquer ici

 20.05.2016 A la veille de la journée mondiale d'action contre Monsanto, une centaine de paysans et Faucheurs volontaires viennent d'entrer dans les locaux de Vilmorin Jardin, son équivalent français, à Portes-les-Valence, pour protester contre la volonté de la multinationale d'imposer ses nouveaux OGM et leurs brevets (voir pièce jointe). La définition des OGM dans la directive européenne 2001/18 ne laisse aucun doute : ce sont bien des OGM, et la règlementation doit leur être appliquée (traçabilité, étiquetage, etc.). Cliquer ici

 Le NPA et les OGM



Comment annuler une décision d’une instance de l’Union européenne dès l’instant qu’elle s’oppose aux intérêts d’une multinationale ? Très simple : en passant outre ! 

C’est ainsi que la Commission européenne a autorisé début décembre la mise sur le marché de deux nouveaux maïs OGM commercialisés par Monsanto, alors même que la commission environnement du Parlement européen avait voté contre. La belle démocratie que voilà !

Ces maïs (NK603xT25 et MON 87427) qui se retrouvent dans des produits destinés à l’alimentation humaine et animale, sont résistants aux herbicides contenant du glyphosate. La Commission européenne choisit donc d’ignorer délibérément le travail de parlementaires européens et l’avis du Circ (Centre international de recherche sur le cancer qui dépend de l’OMS) qui a classé en mars dernier le glyphosate comme « cancérigène probable ». La santé des populations ne pèse donc rien face à Monsanto qui a de puissants relais dans cette Europe au service du fric. Cliquer ici

A lire aussi

Tiré de Campagnes solidaires (mensuel de la Confédération Paysanne) N°313, janvier 2016

 Sur notre blog NPA 34



NPA 34, NPA