vendredi 21 octobre 2016

Danger. Cagoulé-es, en tenue civile noire, ils/elles prennent la rue...les flics de la "République" ! (vidéo)


 Mais que fait la police ?
 Hollande, Valls, Cazeneuve  leur ont ouvert les vannes de l'ultra-violence antipopulaire, ils/elles en veulent toujours plus !

Une seule solution, l'état d'urgence à perpétuité pour continuer à en mettre plein les yeux ?


 




A lire 

 

« La police assassine, la justice acquitte. »

 

« Depuis la mise en place de l’état d’urgence, deux non-lieux ont déjà été prononcés dans les affaires d’Amadou Koumé (mort par étranglement le 6 mars 2015 dans un fourgon de police à Paris 10ème), et d’Hocine Bouras (mort d’une balle dans la tête alors qu’il était menotté dans un fourgon de police le 26 août 2014 à Colmar). Après 6 ans de procédures judiciaires, la Cour de Cassation vient aussi de prononcer un non-lieu définitif dans l’affaire Ali Ziri (mort suite à son interpellation le 11 juin 2009 à Argenteuil). Police partout, justice nulle part. Le 15 janvier 2016, Damien Saboundjian, le policier qui a tué d’une balle dans le dos Amine Bentounsi est relaxé. Dans la continuité de sa politique répressive, ce verdict appuie la volonté du gouvernement de légaliser le permis de tuer pour les policiers. A défaut de créer la présomption de légitime défense, historiquement réclamée par l’extrême-droite et les syndicats de police, le projet de loi dit de simplification de la procédure pénale introduit l’« état de nécessité », qui autorise un policier à tirer sur une personne présumée dangereuse même s’il n’est pas directement menacé. Ce projet renforce les pouvoirs de police au détriment de la justice, et pendant l’Etat d’urgence le port d’arme en dehors du service est même autorisé pour les policiers. » Cliquer ici
  
 
 
En logique contraire des revendications des flics

La Chancellerie elle-même relevait en 2014 qu’« à partir d’échantillons comparables, le taux de recondamnation est toujours supérieur lorsqu’une personne est incarcérée », surtout si elle n’a bénéficié d’aucun aménagement de peine. 63 % des personnes sortant de prison sans aménagement sont recondamnées dans les cinq ans. Le taux tombe à 55 % en cas d’aménagement, 45 % en cas de prononcé d’une peine alternative à la prison. Pourquoi, alors, ne pas privilégier ces mesures, si ce n’est pour des raisons de populisme pénal ?  Cliquer ici


Cliquer ici
NPA 34, NPA