dimanche 13 novembre 2016

Montpellier. La prochaine gare TGV de la Mogère vouée à être une "gare à betteraves" ?


 ... En tout cas chef d'oeuvre d'une politique politicienne gauche-droite qui est dans les choux : gouffre financier, destructions agricoles et environnementales, décisions autoritaires, schéma des transports aberrant, mise en danger des usagers...

----------------  

Ubu Saurel... Rien n'oblige un maire-président de Métropole à rester sur les voies de la raison !

11 novembre : Saurel confirme son souhait de finir la gare TGV (La Marseillaise)

La SNCF ayant avoué que seulement quatre trains circuleront à l'ouverture de la gare TGV qui se construit au sud d'Odysseum à Montpellier, Philippe Saurel déplore que la Région décide de geler sa participation financière au projet. Il use à cette fin de l'argument qui tue, rapporté par La Marseillaise : "On se demande s'ils ont lu les contrats" dans lesquels "rien n'oblige la SNCF et l'État à mettre des trains sur les voies !". Ben voyons, si on fait une gare, ce n'est pas pour être obligés d'y mettre des trains, non, mais ! Mais derrière l'absurdité du propos, certain-es pointent le fin mot de l'histoire qui rappelle que ce néofrêchiste patenté est fidèle aux fondamentaux du grand maître, une politique du développement urbain soumis aux logiques du BTP et au service du business : "Le jusqu'auboutisme de P. Saurel [sur le dossier de la gare de la Mogère] s'explique-t-il par l'enjeu du vaste quartier d'affaires, de logements et d'espaces verts intimement lié à la gare que l'Agglomération a lancé il y a plusieurs années déjà ?". On ne saurait mieux dire malgré les dénégations de l'intéressé ! La mise en oeuvre d'un capitalisme municipal débridé, nécessairement décroché de toute priorité accordée aux besoins de la population, expose parfois à décrocher des règles élémentaires de l'argumentation ! Gare saurélienne sans train au bonheur des betteraves...  Voilà de quoi réjouir et faire s'en retourner d'aise dans sa tombe le père Jarry !!!

-------------- 

Dossier au 27 octobre... 




Construite au sud d'Odysseum à Montpellier, la gare TGV de la Mogère (135 millions d'euros) est censée être mise en service au printemps 2018. Mais sans la gare TGV de Nîmes-Manduel (prévue à l'horizon 2020), elle n'accueillera que 4 TGV par jour. 

Mercredi à l'issue du comité de pilotage, Carole Delga a indiqué qu'avec quatre TGV par jour qui arriveront à la Mogère jusqu'à l'ouverture de la gare de Manduel, « le compte n'y est pas ». La présidente de Région salue en revanche la décision de la SNCF d'aligner les tarifs de fret de la ligne actuelle avec la future ligne mixte du contournement entre Nîmes et Montpellier.

Plus le temps passe et plus le spectre d'une gare TGV fantôme se précise à Montpellier. Mercredi lors des comités de pilotage des deux grands projets ferroviaires (le contournement Nîmes-Montpellier et la ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan),la présidente de Région a obtenu de la SNCF une partie des réponses à ses interrogations formulées lors de la précédente réunion, le 24 mai dernier. Et visiblement « le compte n'y est pas » pour Carole Delga quand il s'agit d'évoquer la gare de la Mogère qui se construit au sud d'Odysseum. Cliquer ici
Le Contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier (CNM) est une ligne nouvelle mixte fret-TGV dont la mise en service est prévue fin 2017. Alors que son étude d’impact réalisée en 2005 concernait un projet ne comportant pas de gare nouvelle, il a été décidé courant 2011 d’ajouter sur le tracé deux gares excentrées près de Montpellier (gare de la Mogère) et de Nîmes (gare de Manduel). Les conséquences de ces modifications majeures sur l’environnement et le trafic ferroviaire n’ont jamais été évaluées. 
La gare de Montpellier – La Mogère, conçue sans correspondances ferroviaires, s’annonce comme la prochaine gare TGV fantôme. Plusieurs élus, dont le président de la Métropole de Montpellier, s’en sont publiquement inquiétés. Le projet de gare de Manduel, moins avancé, apparaît aujourd’hui tout aussi incertain. 
Rien d’étonnant pour FNE LR, qui constate que l’ajout de ces gares TGV, ainsi que la suppression du raccordement du CNM à la gare de Montpellier-centre, ont été actés sans réévaluation du projet ferroviaire dans sa globalité. Au contraire, l’absence d’évaluation globale a été systématique, comme au sud de Montpellier où les projets indissociables de la gare de la Mogère (« ZAC OZ», accès routiers et prolongement du tramway) ont été évalués et soumis à enquête publique séparément, comme l’ont souligné l’Autorité Environnementale et de nombreuses associations. Cliquer ici

°°°°°°°°°°°°°°°

Dossier (suite)
 


°°°°°°°°°°°°°°
   
Le «ticket rouge» de la FNAUT à Philippe Saurel

La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT), qui milite pour des transports publics efficaces, y compris via des lignes TGV et des très grands investissements, tenait son 20e congrès le 22 octobre 2016, lors duquel elle a délivré ses bons points et mauvais points, nommés «tickets verts» et «tickets rouges». Et c'est un «ticket rouge» qui a été délivré à l'encontre de Philippe Saurel, président de la métropole de Montpellier. Lire ici le communiqué suite au 20e congrès de la FNAUT. La FNAUT lui reproche à la fois un choix «tout-routier», la gare de la Mogère, et l'abandon de la ligne 5 du tramway:

Philippe Saurel, maire Divers Gauche de Montpellier et président de Montpellier-Méditerranée-Métropole. 

Il a soutenu le doublement de l'A9 au droit de Montpellier, en cours d’achèvement, et exige encore de nombreux investissements routiers surdimensionnés : le contournement ouest de Montpellier (A750 Juvignac – Saint-Jean-de-Védas), le contournement est (Castelnau-A9), la déviation de l’ex-RN 113 à Baillargues, la LICOM (liaison intercommunale de l’ouest de Montpellier), le LIEN (liaison intercantonale d’évitement nord).

Il soutient activement le projet de gare TGV excentrée de La Mogère, positionnée stupidement très loin de la gare centrale de Montpellier - Saint-Roch desservie par les TER et les transports de proximité, ce qui allongera considérablement la durée des trajets des voyageurs quand elle sera desservie par la SNCF. 

Il a reporté la réalisation de la ligne 5 de tramway de Montpellier malgré sa fréquentation prévue de près de 60 000 voyageurs/jour et son rôle potentiellement important dans la structuration de l’urbanisation en cours.

 Alerte rouge inondations: la mairie vous demande de fuir le parking de la gare de la Mogère

Le 12 octobre 2016, Météo France annonçait une «alerte rouge inondations» sur l'Hérault, en raison de très fortes pluies prévues pour les 13 et 14 octobre 2016. De fait, certaines parties de la ville de Mèze ont été gravement inondées (voir le reportage photo de France Bleu Hérault), heureusement sans faire de victimes. À Montpellier, les pluies ont été fortes mais pas extrêmes, il n'y a donc pas eu d'inondations, mais on ne pouvait pas le savoir. C'est donc très logiquement que la mairie de Montpellier a invité les Montpeliérains à prendre des précautions.
Or le tweet du 12 octobre 2016 (voir le lien Twitter, ou sa sauvegarde en PDF) est remarquable: si on complète la carte qui l'accompagne, on s'aperçoit que la mairie demande à ne pas se garer à l'endroit où se construit la gare de la Mogère, et où est prévu le parking de la gare de la Mogère (en pleine zone inondable). 

Voici la carte jointe au tweet, complétée en rouge.
NB: les indications en rouge ne sont pas sur la carte diffusée par la mairie ! 


Cliquer ici

 La tortueuse politique de Carole Delga (présidente de Région PS) et de ses allié-es de EELV et de l'ex Front de Gauche

En juillet (voir ci-dessous), ils approuvaient un financement du prolongement de la ligne de tramway menant à la future gare de la Mogère, ce qui avalisait de fait ce projet de gare. En octobre, ils gèlent leurs versements tant que « la desserte de la nouvelle gare de Montpellier-la Mogère ne sera pas à la hauteur des engagements financiers qui ont été pris par la Région (ndlr : 32 millions d'euros) ». Façon d'éviter de dire, comme y appelle le Collectif contre la gare de la Mogère (Montpellier TGV), "Non au projet de gare TGV de La Mogère!". Une esbrouffe politicienne, en crabe, qui déserte le combat frontal tout en donnant le change du "parler haut et fort" !

Dernière minute : Midi Libre écrit ce 28 octobre  Gare de La Mogère à Montpellier : la Région dit stop (Midi Libre). En réalité c'est l'écolo Dupraz, allié à Carole Delga, qui dit cela. Or, on entend bien à la fin de la vidéo incluse dans l'article du quotidien régional, par la bouche d'un journaliste que ledit Dupraz ne dément pas, qu'il s'agit en l'état d'une suspension des financements, non de leur arrêt définitif. Comme l'avait énoncé Carole Delga ! Cela dit, toutes ces manoeuvres annoncent bien que le projet de gare de La Mogère a du plomb dans l'aile.


La suspension des financements... et une entourloupe estivale


 La majorité régionale, dirigée par Carole Delga (PS) et Gérard Onesta (EELV), a signé un accord de majorité le 21 décembre 2015(3), qui promettait l’organisation d’un grand débat, les « États Généraux du Rail » (les EGRI, qui doivent se terminer en septembre 2016), et surtout : « Dans l'attente des conclusions prochaines de ces États Généraux, nous proposons un moratoire sur les financements régionaux sur les projets [ferroviaires] faisant débat, (...) »

Carole Delga l’a clairement confirmé (le 16 juin 2016, dans un texte lu par Christian Dupraz)(4) : « J’ai pris mes responsabilités et tenu mes engagements. Depuis mon élection, aucun financement de la Région pour la construction de la gare [NB : de la Mogère] n’a été versé, et rien ne sera engagé avant la conclusion des États Généraux. Nous allons même aller plus loin, en accord avec ma majorité : la Région ne paiera pas un centime tant qu’elle ne connaîtra pas le niveau de service ferroviaire proposé par la SNCF à nos concitoyens. Et pas de tour de passe-passe : il est hors de question de déshabiller la gare de Nîmes-Feuchères pour habiller à son ouverture la gare de Montpellier-La Mogère [cf p. 4]. »
Or la signature, le 11 juillet 2016(5), d’un contrat octroyant à la Métropole de Montpellier la somme de 4 M€ pour prolonger la ligne 1 de tramway jusqu’à la gare de la Mogère, constitue un engagement clair de la Région en faveur de la gare de la Mogère. La dernière réunion publique a eu lieu 3 jours plus tôt (le 8 juillet 2016, à Bagnols-sur-Cèze) : les élus de la Région ne peuvent plus être interpellés par les citoyens. Mais les données recueillies pendant les États Généraux du Rail n’ont pas encore été dépouillées, aucune conclusion n’a donc encore pu en être tirée.
Il est difficile d'imaginer qu'une telle signature avec la Métropole ait pu être préparée à l'insu de la présidente de Région, par exemple par une administration régionale dont une partie serait demeurée nostalgique des passages en force de l'ère Frêche : les communiqués de la Région mentionnent bien que le « contrat triennal » signé avec la Métropole inclut une subvention pour la ligne 1 du tramway. De plus, nous avions alerté Carole Delga par lettre recommandée du 7 juillet 2016(6), distribuée le 8 juillet et également transmise le 7 juillet par courrier électronique.

Jean-Luc Gibelin (PCF), le vice-président de la Région en charge des transports, insiste sur les exigences fermes de la Région et la suspension de ses contributions pour les gares excentrées de Montpellier et de Nîmes, et a affirmé le 7 juillet(7) que la Région finançait le tramway de Montpellier mais que cet argent n’était pas fléché pour la desserte de la gare de la Mogère. C'était pourtant écrit noir sur blanc dans le contrat. Nous avons toutefois la preuve que, lorsque les élus régionaux ont autorisé la signature du contrat triennal, en séance plénière du 24 juillet 2016, ils ignoraient que ce contrat incluait une subvention pour le tramway jusqu’à la Mogère : l’annexe financière qui en fait mention ne leur a été transmise que quelque jours après le vote. Ils ont donc voté à l’aveugle, avec seulement l’exposé en séance de Mme Delga, qui n’a pas détaillé la répartition des 11 M€ destinés au tramway de Montpellier.

Gérard Onesta (EELV), le président du bureau de l'Assemblée régionale, est ici confronté à un ratage sérieux. Alors que le moratoire sur les projets ferroviaires problématiques constitue un enjeu politique fort, cette instance qui doit apporter plus de clarté dans les délibérations(8) n'a pas pu faire toute la lumière sur une décision pourtant lourde de signification et de conséquences.

M. Onesta n'a jamais promis qu’il s’opposerait par tous les moyens à la gare de la Mogère. Mais comment peut-il justifier auprès de ses électeurs d’avoir laissé son groupe voter pour le contrat triennal avec la Métropole, contenant la subvention pour le tramway vers la Mogère, alors que les élus ne disposaient pas de l’annexe financière ? Cliquer ici

 A lire aussi




Nous recommandons vivement la visite du site, régulièrement actualisé, du Collectif contre la gare de la Mogère (Montpellier TGV)


 
 Saurel, l'homme qui murmure, truelle en main et casque de chantier en place, à l'oreille des bétonneurs...
 
Cliquer ici

Réaction d'un camarade à la vue de la photo ci-dessus mais aussi, plus au fond, à la lecture de cette page sur la gare de la Mogère

Non mais ils sont ridicules, déjà par la mascarade de pose de première pierre, c'est une pratique révolue d'un autre âge, il me semble que la population est en attente de bien autre chose que ces étalages médiatiques. Mais aussi rien qu'à leur manière de tenir une truelle, ils sont ridicules, on voit bien qu'il n'ont jamais travaillé ailleurs que dans des bureaux ces mecs là, ils tiennent leurs truelles comme des stylos, ou des merdes selon la considération qu'ils ont pour les métiers manuels, du bout des doigts, et Saurel super pas à l'aise qui a peur de salir son joli costard à j'sais pas combien ! Pas facile de se mettre à la place des travailleurs hein ! Ils nous dirigent mais n'ont aucune notion de notre vie quotidienne c'est affligeant!!!! 

Christophe ancien travailleur du BTP et actuellement cheminot choqué par la construction de la nouvelle gare de Montpellier en zone inondable.
......................................

"Alors, oui, sur la gare de la Mogère mais aussi sur sa politique d'ensemble, il faut s'atteler à faire dérailler l'imposture politicienne et capitaliste qui a réussi à s'incruster au détriment des rivaux du microcosme en déployant plus fort qu'eux l'esbroufe du grand maître à tous [feu Georges Frêche] ! Mais ayons en tête que les victimes, les seules qui nous importent, elles sont parmi ces jeunes et moins jeunes qui se retrouvent marginalisés toujours plus au Petit-Bard, à La Paillade, etc. Elles sont dans cette jeunesse étudiante qui se trouve réduite aux petits boulots pour financer, mal, ses études. Elles sont confrontées, en particulier beaucoup de femmes avec charges de famille et précarité au travail, au sous-logement, au mal-logement, au cher logement, qui accable les plus démunis dans une ville qui voit s'envoler le taux de pauvreté (25% !)... Elles sont en butte à ce que l'axe antipopulaire Saurel-CCI-Nicollin-Altrad, etc. redouble de l'autre axe antipopulaire, celui des Hollande-Valls (ce grand ami de notre homme)-Macron-Gattaz, à travers, par exemple, cette gare TGV de la Mogère qui, répétons-le, n'a aucun sens pour le commun des Montpelliérains mais tellement pour les plans d'investissement des entreprises du BTP et quelques autres..." (extrait d'un texte de notre blog NPA34 repris sur Mediapart que Philippe Saurel a tenté, via ses avocats, de censurer : lire ici)

NPA 34, NPA