vendredi 25 novembre 2016

La journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes


Mobilisation : un jour pour toujours ?

Dernière minute :
 
 Vidéo de Nicole Ferroni. STÉPHANIE ET LA VIOLENCE CONJUGALE
 
 

Le système de genre entraîne à l’encontre des femmes de nombreuses violences, qui sont renforcées par le capitalisme. Contrairement à ce que certaines forces politiques réactionnaires laissent entendre, aucun pays ni aucune couche de la société n’échappe à ces violences. Il s’agit de meurtres, de mutilations, de viols, de coups, de harcèlement, d’insultes, de dévalorisation et d’objectivation des corps, de troubles mentaux spécifiques, de la loi du silence meurtrière...
Nous devons avoir à l’esprit, lorsque nous nous battons contre ces violences, qu’elles sont  régulièrement récupérées à des fins racistes et islamophobes. Les réactionnaires sont bien plus prompts à dénoncer les violences sexuelles lorsqu’elles sont commises par des personnes non blanches, et associent systématiquement migration et violences sexuelles.

On voudrait laisser croire que les violences sexuelles seraient un problème extérieur à la France. Pourtant, au vu des récentes affaires d’agressions sexuelles venues des classes dominantes blanches, il est clair que le patriarcat n’a ni frontière ni classe. Cliquer ici

 Actions ce vendredi 25 novembre

Pour la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes des animations et rencontres associatives  auront lieu le vendredi 25 novembre 2016, de 18h à 20h, Place de la Comédie à Montpellier, entre l'office du tourisme et la librairie Sauramps. A l'appel, entre autres de Osez le féminisme ! 34, de SOS homophobie, du Planning Familial et de La Marche Mondiale des Femmes.


 Cliquer ici

Scène de violence de genre...

Cliquer ici

Des milliers de manifestant-es à Madrid

 Violence de genre, question d'Etat. Maintenant !
Forum de Madrid contre la violence faite aux femmes


Ils nous veulent/ils nous aiment mortes
(le verbe querer a deux sens : vouloir et aimer)

Des vidéos de la manif de Madrid : "Ce ne sont pas des morts, ce sont des assassinats" !

A Séville


Nous sommes la voix de celles qui ne peuvent plus crier

Miles de personas piden un pacto de Estado contra la violencia machista (Des milliers de personnes demandent "un pacte d'Etat" contre la violence machiste)

 
Cliquer ici

 


Le lundi 7 novembre à 16 h 34 a été symboliquement choisi, car cette date marque le moment où les femmes salariées commencent à travailler « bénévolement ». Ce calcul, purement théorique, a pourtant l’immense mérite de mettre en évidence le scandale des inégalités salariales entre les femmes et les hommes. Il s’appuie sur le calcul d’Eurostat, selon lequel en France, en 2014, le salaire horaire brut moyen des femmes est de 15,1 % inférieur à celui des hommes. Sur 253 jours ouvrés pour l’année 2016, cette différence représente 38,2 jours. D’où le 7 novembre 2016 à 16 h 34. Cliquer ici



Pologne : « Protestation noire » : une mobilisation de masse des femmes 

Ayele, victime de «l’invisible qui fait mal»
Caissière, enceinte, elle perd les eaux alors qu’elle soulève une pastèque. De retour au travail, elle est licenciée. Les charges lourdes font aussi partie du travail des femmes.

Cliquer ici

..................................

En débat

Cliquer ici

.....................................

A lire aussi

 La droite contre le droit à l'avortement...
  
Droit à l'avortement : le double langage du camp Fillon - Le Monde

...mais la gauche gouvernementale aussi...

Les plans d'austérité dans le service public hospitalier entraînent la réduction des effectifs et des capacités d’accueil ainsi que la fermeture de services dont en particulier ceux dédiés à la santé des femmes (centre IVG, maternités…). Bientôt, le gouvernement n'aura pas besoin d'interdire l'avortement ou bien de le dérembourser comme le réclame le Front National puisque l'accès en sera tellement difficile que dans les faits les femmes n'auront plus droit à l'IVG! Cliquer ici
 

NPA 34, NPA