mardi 27 décembre 2016

Etudiant-es (et lycéen-nes) le gouvernement et le PS vous souhaitent une bonne année 2017...


 
 ... et un avenir sélect(if) !

 
A partir de la rentrée 2017, les universités pourront fixer des capacités d’accueil au sein de leurs masters et admettre les étudiants en première année de master seulement après une sélection.


C’est officiel, la loi légalisant la sélection en master a été publiée, samedi 24 décembre au Journal officiel. Les universités sont désormais autorisées à fixer des capacités d’accueil et à admettre les étudiants en M1 (1re année de master) après un concours ou l’examen du dossier. Par ailleurs, les étudiants titulaires d’une licence qui ne sont pas admis dans le M1 de leur choix « se voient proposer l’inscription dans une formation de deuxième cycle en tenant compte de leur projet professionnel et de l’établissement dans lequel ils ont obtenu leur licence ». Cliquer ici

Parmi les réactions aux premières informations sur le projet
 

Cet accord tant voulu par la ministre permettrait une réforme qui rétablirait selon elle, « une organisation cohérente des études, tournée vers la réussite ». Elle parle ainsi de « recrutement », qui n’est que synonyme de « sélection », car basé sur « la motivation, le niveau pédagogique et le projet de l’étudiant ». L’Etat veut ainsi mettre fin à une polémique autour de la sélection en imposant un autre terme, qui cache de fait la même logique. Sous couvert de vouloir proposer une formation post- licence à tous les étudiants, elle précise que la réforme doit tenir compte « des capacités d’accueil de ces masters, et, en même temps, [offrir] à chaque étudiant qui le souhaite la possibilité de poursuivre ses études au-delà de la licence ». En d’autres termes, la sélection perdure et dirige les étudiants jugés « moins bons » vers des filières « plus abordables pour eux ». Par conséquent, il s’agit bien de « trier » les étudiants selon leur niveau et en dernière instance, reproduire les inégalités que subit la jeunesse scolarisée. Cliquer ici

"Là c’est le diplôme comme garantie collective qui est menacé"

 
 La chercheuse [Séverine Chauvel] pointe […] le risque de voir se transformer ce droit à la poursuite d’études en « une orientation un peu forcée ». Ce qui pourrait créer une nouvelle hiérarchie entre les bons et les mauvais masters, créer des parcours à double vitesse et, fatalement, un creusement entre les différentes classes sociales. Selon elle, l’accès à l’emploi sera encore plus clivé et restreint à une élite fermée. « Les diplômes ne se suffisent pas à eux-mêmes, l’insertion professionnelle dépend aussi des ressources de son détenteur. Là c’est le diplôme comme garantie collective qui est menacé car il y aura une nouvelle hiérarchie entre les diplômés basée sur l’établissement qui leur a délivré leur master. Automatiquement, les plus précaires vont perdre, ceux qui ont moins de ressources à la naissance, moins de réseau, ou qui sont plus exposés aux discriminations. » 

Elle poursuit : « Les masters vont être mis en concurrence entre eux. Les plus sélectifs auront une sorte de label de qualité. Il y aura aussi deux sortes d’étudiants : ceux qui arrivent à passer le barrage de la sélection et les autres. Or, on sait bien que le master est plus protecteur contre le chômage. », analyse-t-elle. Pire, les étudiants les plus fragiles, ceux qui travaillent en parallèle de leurs études, vont être exclus de la possibilité de mobilité car il leur sera plus difficile d’abandonner leur emploi d’appoint. (Séverine Chauvel, sociologue, maîtresse de conférences à l’université de Paris-Est-Créteil et auteure de l’ouvrage Course aux diplômes : qui sont les perdants ? (éditions Textuel).) Extrait de Université : la course électorale précipite la sélection en master, par Faïza Zerouala, Médiapart, 25 octobre 2016

Extrait : Chers camarades, parce que les établissements accusent une augmentation conséquente des effectifs étudiants, parce que le durcissement des conditions de travail a épuisé les collègues, parce que les IUT, BTS, les formations médicales, les grandes écoles, les établissements supérieurs privés ont gardé, eux, leur droit de sélection à l’entrée et pour certains le droit de fixer le montant des frais d’inscription, parce que de nombreux collègues ont peur que leur formation devienne une filière poubelle, en ce moment même, un nombre certainement majoritaire de formations sur tout le territoire français fixent une capacité limite d’accueil […]

Où iront les reçus-collés ? Dans quelle formation seront-ils envoyés ? Qui aura les moyens de poursuivre des études à l’autre bout de la France (voir sur le site de la FSU l’interview de Frédéric Le Baron sur le problème grave de défaut de financiarisation de l’ESR) ?  

Le gouvernement français met un coup d’arrêt à la liberté-égalité d’accès, au libre arbitre de l’étudiant dans le choix de son devenir professionnel. L’ascenseur social au mérite n’est plus qu’une carcasse désossée.
Le service public ne répond plus à sa mission de contribution à réduire les inégalités sociales et territoriales en termes d’unité, égalité et accessibilité (dixit Gérard Aschieri (2006) puis Bernadette Groison (2013) dans FSU Fédération syndicale unitaire, aujourd’hui, préparer l’avenir).  

Chers camarades de la FSU, c’est l’un des combats centraux de notre fédération qui est mis à terre. Nous ne pouvons l’accepter. Nous devons avec force le dénoncer et nous y opposer. Cliquer ici



A lire aussi


 

NPA 34, NPA