Montpellier. Le PPP siffle trois fois sur la "gare" de la Mogère...

 
 
Les finances publiques au régime du Par Pertes et Profits

 L'équipement en cours de construction au sud d'Odysseum est financé via un partenariat public-privé signé en février 2015.

 Le collectif contre la gare TGV à Montpellier a enquêté sur le fonds financier basé au Luxembourg qui possède la majorité absolue du capital du consortium en charge de construire et gérer l'infrastructure. Il alerte sur « d'évidents problèmes de transparence et de respect des règles fiscales » et espère que cela incitera les partenaires du projet à se désengager.

Un peu plus d'un mois après la décision de la Région de suspendre ses financements pour la gare TGV de Montpellier - la SNCF ayant concédé que seuls 4 TGV par jour y passeraient jusqu'à la mise en service de la gare Nîmes-Manduel, au mieux à l'horizon 2020 - le collectif contre la gare de La Mogère interpelle sur l'opacité qui entoure le Partenariat public privé (PPP) de la gare controversée. 

L'équipement en cours de construction au sud d'Odysseum est en effet financé via un contrat de partenariat public-privé signé en février 2015 avec le consortium SAS Gare de la Mogère, dont l'actionnaire majoritaire est un fonds d'investissement géré par DIF (Dutch Infrastructure Fund). Basé au Luxembourg, il est spécialisé dans le financement d'infrastructures situées en France et financées en PPP. Cliquer ici
 

  
(21 novembre 2016)

La campagne médiatique d'auto-satisfaction du camp des pro-Mogère peine à convaincre. À Manduel, les travaux illégaux continuent. À la Mogère, le toit commence à être posé sur le bâtiment.
  
Après le coup de tonnerre de l'annonce de la Région, indiquant le 26 octobre 2016 qu'elle bloquait les financements à la gare de la Mogère, on attendait la réaction du camp des pro-Mogère, et en premier lieu de Philippe Saurel, le président de la Métropole de Montpellier. Celui-ci avait annoncé, dans une interview vidéo au Midi-Libre du 27 octobre, qu'il «fourbi[ssait] les armes», en refusant de dire quoi que ce soit sur le moment, à part dénoncer des «postures politiciennes» et annoncer la «présence de [s]es avocats».
21 novembre 2016

Voir en fin de cette page Montpellier. La prochaine gare TGV de la Mogère vouée à être une "gare à betteraves" ? (13 novembre 2016)
  
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
 Sur les PPP

  
 

 
Le plus chaud des supporters des PPP, ces «bombes à retardement budgétaires» (mission d'information sénatoriale) : Manuel Valls...


 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

  PPP. Quand "l'intelligence" vient tardivement au maire...

Saurel, chat échaudé par son entêtement à maintenir le projet de la gare de la Mogère, craindrait-il l'eau froide d'un nouveau scandale, politiquement suicidaire à mi-mandat, sur les PPP ?  

Midi Libre : La nouvelle enceinte sera financée via un montage qui ne sera pas un partenariat public privé (PPP). "C'est une formule juridique qui ne marche pas, a estimé l'élu. On va étudier un partenariat intelligent qui ne soit un poids trop important pour la Métropole". Cliquer ici


 Extrait : Pour la construction et la rénovation des stades de l’Euro 2016, les collectivités françaises ont une nouvelle fois mis la main au portefeuille. Bien souvent à travers des partenariats public-privé engageant les finances publiques pour plusieurs décennies, pour le plus grand bénéfice des concessionnaires des stades, les grands groupes du BTP. Enquête sur des opérations coûteuses et risquée

 A lire aussi


 
                    Partenariat Public Privé, le Public est là...
 NPA 34, NPA