samedi 3 décembre 2016

Netia: on brade !


1 euro : c'est le prix que devra payer David Systems pour acquérir son concurrent Netia, sous-filiale d'Orange via GlobeCast, ses 50 salarié-es, ses brevets et ses marchés.
1 euro,  c'est ce qu'auraient sans doute pu payer les salarié-es si la direction avait accepté l'avis de l'expert SYNDEX qui, après étude, estimait que le meilleur avenir pour cette entreprise était la mise en place d'une SCOP (Société Coopérative Ouvrière de Production). Mais enfin, on ne va pas quand-même pas confier la gestion d'une entreprise à ces gens-là, Monsieur...
7 millions d'euros moins 1, c'est ce qu'il en coûtera à GlobeCast pour céder Netia. 5 millions pour assurer les salaires pendant 18 mois, et 2 millions pour éponger les dettes.
Petits arrangements entre capitalistes... Sans se soucier évidemment de l'avenir des salarié-es. Que David Systems décide -c'est courant dans ce monde-là!- de récupérer marchés et brevets et de liquider le reste, et voila 50 personnes à la rue. La garantie d'emploi de 18 mois généreusement accordée ne va servir qu'à faire le maximum pour en décourager le plus possible, les pousser à la "rupture conventionnelle", histoire d'avoir moins de licenciements à assumer.
Heureusement, la mobilisation a démarré. Jeudi 1er décembre, 75% de grévistes dans cette boîte qui n'avait jusqu'alors jamais connu la moindre grève. Et un rassemblement à Montpellier devant le siège d'Orange (voir ci-dessous l'article de Midi-Libre). Ce rassemblement a reçu le soutien du maire de Claret (André Cot, PS), avec la présence d'un collaborateur de J.L. Mélechon (Philippe Juraver, secrétaire national du Parti de Gauche).!
Cette lutte qui implique l'état français (principal actionnaire du groupe Orange, issu de la privatisation du service public France Télécom)), mérite d'être largement connue et soutenue.  Les soutiens politiques sont les bienvenus. Ils sont même nécessaires... tant qu'ils ne portent pas le message "votez pour mon candidat, et vous verrez, tout va s'arranger".
Le NPA 34, pour sa part, fera tout son possible pour soutenir efficacement le combat des salarié-es de Netia.
Ci-dessous : quelques photos du rassemblement du jeudi 1er décembre suivies de l'article de Midi-Libre, ainsi que les tracts de SUD et de la CGT.
Cliquez dessus pour agrandir et voir le diaporama.





Correspondant NPA 34