Montpellier. En soutien aux migrant-es...


Bienvenu-es !

Après la mascarade humanitaire de Calais ... 

« Je ne souhaite pas qu’à partir des CAO on procède à des opérations de ‘dublinage’. Ceux qui sont dans les CAO ont vocation à être accompagnés vers l’asile dès lors qu’ils relèvent de ce dispositif ». C’est la promesse qu’avaient faite Cazeneuve et Valls aux personnes quittant le camp de Calais. Les personnes ayant laissé leurs empreintes digitales dans un autre pays de l’U.E. conformément à la « procédure Dublin » (issue des accords de Schengen) n’y seraient pas renvoyées, et pourraient donc demander l’asile en France.
Pour les migrants venant de Paris, l’engagement du gouvernement a été beaucoup moins clair. Beaucoup de migrants hébergés dans les CAO sont passés par l’Italie ou la Grèce et sont sous le coup de la « procédure Dublin ». 


La machine à expulsions est-elle lancée ? 

Ces promesses ont permis le déplacement massif des migrants de Calais et de Paris sans contestation ni résistance.

L’État n’a pas tenu ses engagements. Déjà de nombreuses personnes hébergées en CAO, à Montpellier et ailleurs, sont convoquées en préfecture pour se voir notifier leur expulsion vers un autre pays européen, au titre de cette fameuse procédure.  

L’engagement de traiter les demandes d’asile en France doit être respecté, et les conditions d’accueil des personnes améliorées. Dans beaucoup de CAO, tout fait défaut par manque de moyens : l’accompagnement, l’interprétariat, l’accès au transport, aux soins, etc. 

A Montpellier, il n’y a même pas un local commun pour se retrouver et faire la cuisine. Sans parler des conditions de celles et ceux qui se retrouvent à la rue. Au CAO de Rennes, à Toulouse et dans de nombreuses villes, les migrants et les personnes solidaires tentent de s’organiser : créations de collectifs, manifestations, parrainages, cours de français, etc. 

Face à cela, la réponse de l’État est très inquiétante et révoltante : « le délit de solidarité » actuellement renforcé par l’État d’urgence est utilisé pour empêcher des actions concrètes de soutien comme à la Roya où un agriculteur solidaire risque d’être condamné à 8 mois d’emprisonnement avec sursis. Les violences policières contre les migrants se multiplient. 

Une réaction collective pour instaurer un rapport de force et gagner des droits 

Partout les migrants, celles et ceux qui sont solidaires s’organisent pour palier les politiques inhumaines des États européens. La suspicion d’une partie de la population et de la classe politique à l’encontre des migrants est un cache-misère des dégâts causés par les politiques anti-sociales menées partout en Europe. La crise migratoire n’est pas responsable de la misère et du chômage. Nous sommes tous concernés par les libertés publiques et par le manque de justice sociale. A une Europe qui érige des murs et des frontières, qui enferme et expulse, nous opposons l’accueil, l’hospitalité, la solidarité directe et la lutte collective. 


Illustrations par NPA 34

A lire aussi






 Le NPA soutient l'action de Délinquants Solidaires.


Apporter la signature d'une organisation (association, syndicat, collectif), pour rejoindre le collectif (à partir du 13 janvier) contact@delinquantssolidaires.org 

Participer à la journée d'action le jeudi 9 février 2017

Rassemblements, prises de parole, formation de chaînes humaines pour proclamer que nous sommes tous « délinquants » et solidaire des étrangers...


À Paris, un rassemblement sera organisé à 10 heures - le lieu, le type d'action et les intervenants seront précisés ultérieurement. 

Être tenue au courant de l'activité du collectif
 

Demander à être abonnée à la liste de diffusion http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/delinquants-solidaires-info

Contribuer à la mobilisation, diffuser de l'info, des textes et photos d'actions de protestation 
#DélinquantsSolidaires en ciblant les messages (par ex. @Place_Beauvau ou @justice_gouv...)

"Si la solidarité avec les étrangers est un délit, alors je suis une dlinquante"  

S'informer des cas de poursuites passées et en cours 

Voir dossier à <www.gisti.org/delits-de-solidarite> 

Faire connaître au collectif des cas relevant, directement ou indirectement, du délit de solidarité 

Écrire à <contact-delit-de-solidarite@gisti.org> Attention : Il faut que l’intéressée soit daccord pour que son cas soit mis en ligne, mme anonymis(de fait lanonymat nempche pas de savoir de qui il s’agit...) ou bien que l'affaire ait déjà été médiatisée. Les faits essentiels doivent être présentés (circonstances, garde à vue, comparution, décisions...) et avérés. Joindre si possible tout document officiel. 

Le drame de l'immigration (cliquer ici)

Et aussi

La politique du pouvoir donne confiance aux racistes. Des centres d’accueil de migrantEs ont été attaqués ces dernières semaines. À Boulogne-Billancourt le 16 décembre, c’est un foyer de travailleurs immigrés qui a été incendié. Et un travailleur est mort. Plus que jamais il est indispensable que le mouvement antiraciste se mobilise aux côtés de tous les migrantEs qu’ils et elles soient en situation régulière, demandeurs d’asile ou sans-papiers, pour imposer la liberté de circulation et d’installation et contre les violences, notamment policières. Une date commence à circuler pour une grande marche, pour la dignité et la justice, le 19 mars prochain. Ce week-end là, des manifestations auront lieu dans toute l’Europe. L’occasion de renverser le courant. Cliquer ici



Vous avez dit "dubliné-es" ?

   

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le "vivre ensemble", une notion très, très problématique... 

Extrait de «Vivre ensemble» ou « «vivre ensemble égalitaire»? Texte intégral à lire en cliquant ici

Cliquer ici et  Cliquer ici

-----------------------------

Parce qu'il faut tout dire....

«Je n'ai jamais été pour la liberté d'installation et je ne vais pas commencer aujourd'hui. Mais est-ce que s'il venait 10.000 médecins s'installer en France, ce serait une chance? Oui» (Jean-Luc Mélenchon)

 Jean-Luc Mélenchon avoue être «fatigué» des discussions «où les fantasmes s’affrontent les uns avec les autres». D’un côté, «ceux qui hurlent sans réfléchir et s’en remettent à des expédients sécuritaires». De l’autre, «ceux pour qui il est normal que tout le monde puisse s’établir où il veut, quand il veut. Passeport, visas et frontières n’existeraient pas.» Cliquer ici  


Commentaire

10 000 médecins étrangers en France ce serait une chance, mais 10 000 ouvriers, ce seraient des gens qui viendraient voler le pain des Français ! (1)

J L Mélenchon n’est pas pour le « déménagement permanent du monde ».
On avait compris. Le vieux monde a encore ses chances avec lui. 

Chacun chez soi ? Cliquer ici

(1) Quand Mélenchon affirme que les travailleurs détachés «volent leur pain» aux autres

Mélenchon en 2012

"Nous régulariserons les sans-papiers" ... 


Programme de la campagne des présidentielles "L"Humain d'abord"
Cliquer ici 

Mélenchon en 2017
 
"Les héberger le temps de l'analyse de leur demande d'asile […] Accueillir les réfugiés qui en relèvent" ...

[…]


Programme de la campagne des présidentielles "L'avenir en commun"
  

NPA 34, NPA