Acharnement antisyndical à Castelnau

Au centre d'hémodialyse Languedoc Méditerranée
(NephroCare, du groupe Fresenius Medical Care) :
Troisième tentative de licenciement contre Éric Lacoste
- Secrétaire général du syndicat CGT , délégué syndical, secrétaire du CHSCT. -


Importante mobilisation syndicale ce lundi 20 février à l'appel de l'UD CGT et de l'Union Syndicale Départementale Santé Action Sociale CGT. 80 militant-es venus soutenir ce syndicaliste reconnu et efficace que par 2 fois déjà l'employeur a dû réintégrer après avoir tenté de le licencier. Au-delà des motifs futiles invoqués pour prendre une sanction pouvant aller jusqu'au licenciement (figurez-vous que cet individu "harcèle" les responsables des Ressources Humaines !), c'est son acharnement à faire respecter les droits des salarié-es qui est visé.
D'abord sur le dossier "amiante" qu'il a constitué, qui est toujours, depuis 2008, en attente sur le bureau du procureur et qu'il vient de faire mettre à l'ordre du jour du CHSCT. Mais aussi sur le non-versement d'une prime d'assiduité pour des salariées en congé maternité (grosse somme que les actionnaires n'ont pas envie de lâcher !).
Deux petites réflexions que nous suggère cet épisode répressif :
  • De toute évidence, les patrons n'aiment pas les syndicalistes et sont prêts à n'importe quoi pour s'en débarrasser !
  • Pourquoi faut-il qu'une fonction aussi vitale pour la santé publique que l'hémodialyse soit laissée aux mains avides du capital privé ?
Voir ci-dessous le texte d'appel à ce rassemblement, ainsi que quelques photos (cliquez sur les images pour les agrandir).


Éric Lacoste prononçant quelques mots
avant son "entretien préalable"
.


Voir aussi :
Castelnau-le-Lez : Un délégué CGT influent menacé de licenciement - Journal La Marseillaise
npa34