Montpellier. Mobilisation pour squat Royal aux marches du Palais (de Justice) !


Ambiance festive et déterminée en défense du Royal occupé 
 
Squat alternatif en plein centre de  Montpellier, ancien cinéma occupé depuis 9 mois, le Royal occupé était traduit en justice ce mardi matin. Objectif du propriétaire des lieux … l’expulsion.

Dès 8h du matin la solidarité se mettait en mouvement et c’est près de 200 personnes qui vers 9h se rassemblaient devant le tribunal rue Foch.

Une foule jeune dans sa composition, colorée, joyeuse venue là pour montrer son attachement à ce lieu de rencontres, de débats, de luttes et bien décidée à défendre ce projet dans une ville où la spéculation foncière va bon train et où aucun espace de réunion ouvert n’est possible.

 

Une table était installée devant les grilles du tribunal : brochures sur les squats, documents féministes de la Collective 34 côtoyant café et viennoiseries..

A l’intérieur du tribunal des représentants du Royal occupé avec leur avocate se confrontaient à la partie plaignante. Et dehors, une parodie d’émission radio, de la musique avec une batucada aux rythmes entraînants. On retrouvait des militant-Es de l’Ag contre la loi travail, surtout toutes celles et ceux qui participent à leur façon à la vie de ce lieu en venant écouter des concerts, débattre de questions internationales  ou économiques autour de films, de l’état d’urgence et de la répression, du féminisme, en proposant des ateliers de création artistique, en suivant des cours de formation marxiste…

Dans une brève intervention Jules remerciait celles et ceux qui s’étaient mobilisés et rappelait que ce lieu était l’expression de la lutte contre la gentrification qui exclut les plus pauvres, les précaires, et la traduction en actes de la lutte contre la propriété privée.

Il signalait qu’il ne fallait pas oublier les autres squats, Luttopia, qu’on a voulu priver d'électricité, et le Kalaj menacé d’expulsion.

Oui, il faut résister et les applaudissements à la fin de son intervention exprimaient bien ce sentiment.


Enfin, les nouvelles du procès … sous les cris, les slogans, les camarades du Royal descendaient les marches du tribunal…Délibéré le 30 mars ...Motifs invoqués par l’avocat pour l’expulsion : 4 urgences…financière, sécurité des personnes, sanitaire et face aux  vols et dégradations…

Quelques slogans concluaient cette matinée … "la justice déteste tout le monde, tout le monde déteste la justice"…

Rendez-vous le 30 mars mais d’ici là d’autres procès auront lieu, ceux de nos camarades Fred et Jules.

Correspondante NPA 34 Martine 
  



A lire aussi

A quelques semaines de la fin de la trêve hivernale et alors qu'un autre squat artistique de la ville, le Kalaj, vient de voir son sort scellé (son expulsion prochaine a été ordonnée par la justice), la vingtaine d'habitants du Royal ne se fait pas trop d'illusions. « Pour la simple raison que l'institution n'a encore jamais permis à un squat de vivre librement. Mais on a toujours espoir que le Royal fasse naître ce débat dans la population. L'important pour nous c'est de montrer qu'un tel lieu existe et que c'est possible », livre un occupant. Qui prévient par ailleurs : « Même si nous sommes expulsés, le mouvement ne sera pas mort. A Montpellier il y a 14 000 logements vides et près d'un millier de personnes en errance. Il faut bien qu'elles dorment quelque part. Qui dit expulsion dit ré-occupation. » Cliquer ici


Un squat pas comme les autres, ouvert aux curieux, et surtout au public, qui vient trouver ici des spectacles de danse ou de théâtre, des concerts ou des conférences, gratuits à chaque fois. « On croise aussi bien des clochards que des familles, et ça se passe bien », confie un jeune homme. Jusqu’ici, le « Royal occupé » a évité l’expulsion : le 9 août, le juge des référés estimait que le droit au logement prévalait sur le droit à la propriété. Ce mardi, le dossier est de retour devant la Cour d’appel. Cliquer ici

 Et aussi
 


Et encore 1

 
Cliquer ici (vidéo en cliquant ici

Et encore 2


 Et encore 3



NPA 34, NPA