mardi 21 février 2017

Nucléaire. Moi, l'autruche, je vous l'dis, l'enfouissement ya que ça qui vaille !

Les intégristes de l'atome répondent, dans les replis de leur robe de Bure : amène !


A Bure même...

 Quelque 500 opposants au projet Cigéo d'enfouissement de déchets radioactifs à Bure (Meuse), se sont réunis samedi dans un bois devenu le symbole de leur mobilisation et dont ils risquent d'être bientôt expulsés, ont annoncé les organisateurs.
Réunis derrière le mot d'ordre "qu'ils nous expulsent ou pas, on sera dans le bois", ces militants ont "construit de nouvelles cabanes et des barricades" dans le bois Lejuc, explique Michel, opposant.
 
 Les opposants à Cigéo estiment que l'Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, porteuse du projet) a entamé illégalement des travaux dans ce bois, site retenu pour l'installation des cheminées d'aération de galeries souterraines.
Ils l'occupent depuis plusieurs mois pour empêcher leur poursuite.


"Pour gagner face à l'Andra, il faut s'ancrer sur ce territoire, ce n'est pas avec des manifestations ponctuelles qu'on va la faire reculer", estime Michel, pointant une agence "qui joue les gros bras sur le terrain alors qu'elle est en difficultés sur le plan juridique".


[…]  Si l'essentiel de la journée s'est déroulée dans une ambiance "bon enfant", la seconde partie de l'après-midi s'est voulue plus tendue. Le groupe de manifestants a souhaité en effet ajouter une seconde partie à la marche du midi entre le village de Bure et le bois. Cette fois-ci, ils souhaitaient effectuer un passage sur le site du laboratoire de l'Andra. 

Pour sa part, les effectifs de gendarmerie mobile avaient pour consigne de ne pas laisser le groupe arriver jusqu'au site. Quelques échaufourées se sont donc produites en milieu d'après-midi. Lire la page d'infos sur cette journée de mobilisation
 

« Ces manifestants sont complètement décalés avec la réalité »

« Le stockage en couche profonde est une nécessité absolue pour la France »

Ah que c’est réconfortant quand une figure placide et grisonnante engoncée dans son costard nous rappelle à la raison. À écouter Gérard Longuet sur France 3 Lorraine ce 19 février, la manifestation qui a eu lieu à Bure, la veille , semble bien futile et inconséquente au regard de ce grand projet d’utilité publique qu’est l’enfouissement des déchets nucléaires. Cliquer ici

 Leur projet


Question : et ça leur est allé si mal à NDDL d'avoir avec eux des partis respectueux de leurs décisions ?
«Tous les candidats veulent passer à Bure, on dirait Notre-Dame-des-Landes en 2012»

En résistance contre CIGEO¹, projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure, nos ami-e-s de l’est de la France ont tenu l’ANDRA² en échec tout au long de l’année 2016. Blocage des forages préliminaires, occupation, puis réoccupation du Bois Lejuc… En août, ils ont remporté une victoire juridique historique en faisant condamner l’ANDRA pour défrichement illégal. Deux semaines plus tard, le long mur en béton censé sécuriser le chantier est tombé. La forêt libérée a alors vu fleurir barricades et cabanes perchées dans les arbres. 

Cependant, une nouvelle expulsion et une reprise des travaux est possible à partir de février. L’ANDRA doit défricher certaines parcelles avant la période de nidification à la mi-mars. 

Une grande manifestation aura lieu le 18 février à Bure. Ici comme là-bas, la richesse des composantes de lutte et la diversité des pratiques font la force du mouvement contre CIGEO, AGO et leur monde rempli de projets nuisibles et dangereux. 

En cas d’expulsion, nous appelons à converger vers Bure et multiplier les actions de soutien. Quoi qu’il arrive, restons attenti-ves aux appels de nos ami-es en lutte, sur leur site www.vmc.camp ! Cliquer ici

 
C'était en juillet dernier...


 ...et en août

 
Cigéo doit accueillir les déchets hautement radioactifs, à très longue durée de vie. Il s’agit de deux types de déchets. Ceux de haute activité (HA) proviennent essentiellement du retraitement de combustibles usés. Ces 56 000 colis représentent en volume 0,2 % de l’ensemble des déchets mais concentrent à eux seuls 98 % de la radioactivité. Cliquer ici

A lire aussi


ASN, une autorité bridée par un pouvoir politique qui n’a toujours pas fait le deuil du nucléaire 

Un court article du Canard publié le 18 janvier 2017 donne à voir que la sûreté nucléaire est un objet de tractations très politiciennes. Le Président de la République aurait proposé un marché au patron d’EDF de manière à amener le Conseil d’administration à valider la mise à l’arrêt de Fessenheim. Cliquer ici




Et aussi


 Nos dossiers
 
 
 

 NPA 34, NPA