mercredi 22 mars 2017

A la rubrique "humeur massacrante"...


 Ils nous invitent, on évite le dîner de cons de la présidentielle ?



Mais n'oublions pas celui qui a occupé le poste d'abord dans ce quinquennat...Il est en quelque sorte l'emblème de celui-ci. 

 Mais reprenons : le troisième de la trilogie d'en haut, s'appelle Matthias Fekl. Il était, jusqu'à ce moment où il est appelé à succéder à celui du milieu, pour gouverner sous l'autorité du premier, dans le comité de campagne de Benoît Hamon. Il vient d'en démissionner pour se consacrer à sa tâche... Noble tâche... Cliquer ici


 Mimétisme, quand tu nous tiens, à deux ans de distance...


 Matthias est bien avec tout le monde au PS...

 
Cliquer ici

Mais il a été "taquiné", en octobre dernier, par Nicole Ferroni sur le Ceta
 
Cliquer ici (vidéo tronquée sur la fin)

 
A lire aussi

  
Et pour être à peu près complet...

La marche de France insoumise concentre les critiques maintes fois formulées sur la campagne de Mélenchon : son nationalisme autour d’un « sauveur suprême » avançant des mots d’ordre justes mais minimalistes et l’impasse de cette campagne... 

La manifestation a été massive (130 000 personnes revendiquées, en réalité beaucoup moins), mais le plus frappant, c’est l’interdiction des drapeaux autres que ces milliers de drapeaux bleu blanc rouge distribués aux manifestants. Utiliser le drapeau des Versaillais comme signe de ralliement le jour de l’anniversaire du début de la Commune, il fallait oser ! Que le PCF et Ensemble l’aient accepté donne la mesure de leur paralysie. Cliquer ici


Mélenchon : la France aux Français... 


Nos dossiers NPA
 
NPA 34, NPA