1er mai. Organisons la riposte.


Contre le FN,
danger mortel pour notre camp social,
contre les politiques antisociales

et sécuritaires qui le font monter.

Tout est dans le titre de cet article... Le piège électoral s'est refermé, qui nous laisse le choix entre le poison mortel du Front National et le représentant de la politique qui en a fait le lit en accentuant toujours plus la destruction de nos acquis sociaux.
Cliquez pour agrandir
Marine Le Pen et le FN tentent de se présenter comme les défenseurs des classes populaires. Pourtant, ils sont des représentants acharnés du capitalisme français. Ils proposent au patronat une solution alternative à la mondialisation en privilégiant derrière des frontières la production française face à la concurrence internationale. Pour gagner une majorité sur ce projet, ils dévoient la colère d’une partie de la population pour l’entraîner dans le rejet des travailleurs étrangers et des migrants. La contestation, les manifestations, les syndicats, ils voudraient les interdire, les réprimer. C’est la division accrue des opprimés : entre français et étrangers, hétéros et LGBTI. C’est la remise en cause des droits des femmes.

Pour faire reculer durablement le FN et ses idées,
la mobilisation collective reste la seule solution.

Macron, c'est le meilleur représentant des politiques libérales mises en place depuis 30 ans. Son programme ? En finir avec les 35h, casser la Sécurité sociale, diminuer le nombre de fonctionnaires, aller encore plus loin dans la casse du code du travail... C'est sa politique, par la désespérance qu'elle a engendrée, par la reprise des thèmes du FN sur la sécurité et la peur de l'Islam qui a permis à l'extrême-droite de gagner en crédibilité.

 Macron n’est pas un rempart contre la montée de l’extrême droite.

C'est ce qu'a exprimé la jeunesse en descendant dans la rue (voir Montpellier. Ni Le Pen ni Macron ). Et si les mots d'ordre quelle a avancés (autour du thème "Ni Le Pen, ni Macron") peuvent paraître simplistes, ils ont le mérite de mettre en avant le refus du piège dans lequel on voudrait nous voir enfermés.
Même si nous pouvons comprendre les jeunes et les travailleurs qui mettront un bulletin Macron dans l’urne pour faire barrage au Front National, nous savons bien que

l’important est de reprendre l’offensive sur le terrain social
car c’est la seule façon de faire reculer durablement l’extrême droite.

Alors, sans hésitation,
TOUTES ET TOUS DANS LA RUE
POUR CE 1er MAI 2017 !


Le tract du NPA 34 pour ce 1er mai

L'appel intersyndical dans l'Hérault
Cliquez pour agrandir