L'effet Poutou se propage sur les réseaux sociaux...

 
Souvent moqué, parfois méprisé et rarement écouté, Philippe Poutou ne pesait pas lourd, il y a quelques jours, dans la balance de l'élection présidentielle française de 2017. Mais c'est bien à l'imparfait qu'il faut écrire cette phrase, et pour cause : c'est désormais du passé. Un passé révolu depuis ''le grand débat'' du mardi 4 avril 2017, où le candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) s'est fait remarquer comme nul autre sur le plateau. Inutile de revenir sur la séquence : elle est passée partout, est à (re)voir sur toutes les plateformes, et d'autres ont mieux écrit sur elle que je ne pourrais le faire. 

Le bond en avant 

Pour M. Poutou, ce moment a marqué un tournant dans sa cote de popularité. « Les gens viennent me dire merci », confiait-t-il récemment sur les ondes. Sur les réseaux sociaux, ses compteurs explosent : de 25 041 "fans" Facebook à la veille du grand débat, il est passé au double (49 724) en à peine 48 heures, et vient de franchir la barre des 75 000. Mieux encore : en un mois, le total a quadruplé. La hausse est moins impressionnante sur Twitter (interface moins populaire et déjà politisée), mais elle reste conséquente : + 19 788 « followers » dans la semaine du désormais incontournable grand oral.  


Cliquer ici

Illustration par NPA 34   

La une de Libération ce vendredi 14 avril


 















Dans le Canard Enchaîné de cette semaine... 



Un grand moment politique...



 Le meeting de Lyon


 A lire aussi

Sa première carte au parti et son saut dans le militantisme sont intervenus en 2013. La date coïncide avec le mouvement social de Marine-Harvest Kritsen, l’usine de saumon de Poullaouen, où elle était ouvrière. « Les militants du NPA ont été là, avec nous, à lutter jour et nuit. Ils ne nous ont pas laissés tomber », se rappelle la militante, qui a dû retrouver un emploi à la cinquantaine.
« À ce moment-là, ce n’était pas pour les primes que nous nous battions, c’était pour l’emploi. »



 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Pas de risque en votant Philippe Poutou

 
Notre dossier


 NPA 34, NPA