Montpellier. Vendredi mégaphone à la une !


"La candidature qui nous apparaît la plus proche de nos préoccupations est incontestablement celle de Philippe Poutou, et c'est pourquoi nous la défendrons" (des écologistes sans candidats)

 


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
 
 Pour nous, une politique écologiste n’est pas compatible avec un système économique capitaliste et productiviste, qui fera toujours primer le profit sur les vies, humaines comme animales. Les catastrophes environnementales que nous vivons aujourd’hui sont les conséquences de 4 siècles d’une logique de « conquistadors » cherchant à accumuler les richesses au détriment de tout respect de l’environnement, conduisant à l’extermination de la flore et de la faune, les humains parmi eux. 


Pour nous, l’écologie politique n’est pas compatible non plus avec les relents nationalistes et patriotiques, un centralisme effaçant les cultures et langues régionales, ou une république refusant aux minorités le droit à la représentation politique et de s’organiser en toute autonomie. Les écologistes n’ont pas peur du multiculturalisme, ne cherchent pas à brimer l’expression des identités de chacun dans l’espace public, quelles soient religieuse, sexuelle, politique ou autre.

Pour nous, le logiciel de l’écologie politique doit être au service des plus pauvres et démunis, de ceux qui souffrent déjà le plus du dérèglement climatique, des maladies liées à la pollution ou à une agriculture intensive. Nous refusons que l’écologie soit un gadget. C’est un ensemble de pensées s’articulant autour du féminisme, du pacifisme, de l'altermondialisme, du non-productivisme et de régionalisme... qui questionne la place du travail dans nos vies, défend les minorités et l’autodétermination des personnes plutôt que les pratiques policières, carcérales et autoritaires.

Ainsi, face à l'offre réduite qui nous est proposée, la candidature qui nous apparaît la plus proche de nos préoccupations est incontestablement celle de Philippe Poutou, et c'est pourquoi nous la défendrons. 

Maël Rannou, bibliothécaire et auteur, membre du conseil fédéral d'EÉLV, tête de liste en Mayenne lors des élections régionales. 

Thierry Schaffauser, travailleur du sexe, syndicaliste, militant EÉLV, candidat aux régionales en Ile-de-France. 

L'intégralité de la tribune

 
A lire aussi

Les candidats à la présidentielle qui se rapprochent, imparfaitement et avec hésitation, de cette configuration ont notre sympathie. Cela concerne la parole ordinaire et révolutionnaire de Philippe Poutou, liant combat ouvrier et solidarité avec les migrants. 

Une nouvelle avancée des probabilités de réussite de Marine Le Pen est susceptible de naître de la victoire annoncée du technocrate-banquier néolibéral. Contre cela, il faut construire un projet où importent le plus le social, l’écologique, le pluriculturel et l’internationalisme.

Un libertaire n’attend pas de transformations sociales significatives de la participation aux élections au sein des régimes représentatifs professionnalisés qui sont les nôtres. La démocratie naît difficilement de dispositifs oligarchiques. Pragmatique, il ne se désintéresse pas pour autant de l’effet de la campagne présidentielle actuelle sur la tendance à l’aimantation du débat politique par une hystérie identitaire ultraconservatrice, et ce jusqu’à la gauche (de Roms en déchéance de nationalité en burkinis). 

[…] Les candidats à la présidentielle qui se rapprochent, imparfaitement et avec hésitation, de cette configuration ont notre sympathie. Cela concerne la parole ordinaire et révolutionnaire de Philippe Poutou, liant combat ouvrier et solidarité avec les migrants. C’est le cas aussi de la fragilité tranquille de Benoît Hamon, assailli de coups bas et alors peu audible pour défendre un projet réformiste où un social prioritaire intégrerait pleinement la lutte contre les discriminations sexistes et racistes. Jean-Luc Mélenchon, incarnation de l’homme providentiel à l’ancienne (du type «la gauche, c’était mieux avant»), semble plus ambigu. Les rigidités d’une vision de la laïcité en retrait par rapport à l’esprit de tolérance de la loi de 1905 comme un étatisme centraliste aux penchants nationalistes ne l’aident pas à incarner une ouverture pluriculturelle sur le monde. Cliquer ici

 
Et aussi


Dans une campagne instable et imprévisible, chaque semaine apporte son lot de nouvelles affaires. Et aucun candidat se voulant « anti-système » ne semble épargné...   

Fillon a dû se sentir soulagé quand les embauches des filles de Bruno Le Roux ont été révélées... Il n’est donc plus le seul à avoir fait travailler sa famille proche pour des salaires mirobolants. Tout du moins à ce que ça se sache publiquement ! En effet, le désormais ex-ministre de l’Intérieur a embauché comme assistantes parlementaires ses filles âgées de 15 et 16 ans pour la modique somme de 55 000 euros... alors que celles-ci étaient soit en Belgique soit en cours.

Mais ils ne sont pas les seuls. Même Le Pen, qui n’a de cesse de dénoncer l’« UMPS » pour prouver qu’elle est « hors système », est embourbée dans des déboires judiciaires et doit faire face à des accusations de corruption généralisée, sans oublier les emplois fictifs d’assistants de députés européens du FN. Cerise sur le gâteau, sa rencontre officielle avec Poutine le 24 mars dernier, a remis sur le devant de la scène l’ingérence de la Russie dans la campagne du FN qui a profité, rappelons-le, de deux prêts russes en 2014. Et Macron lui-même, l’innocent chevalier blanc, n’est pas bien transparent concernant son patrimoine…
On le voit, ces politiciens professionnels ont tous la même logique : profiter du système et des privilèges qu’ils peuvent s’offrir à eux-mêmes ou à leurs proches. Il y a urgence pour en finir avec ce système, avec leur pseudo-démocratie... Cliquer ici














Les abstentionnistes sont en grande majorité très politisés

L'abstention ferait le lit du FN ? C'est un argument totalement faux...



 1er tour social... et politique vs 1er tour institutionnel !
 
Sur Montpellier (message en circulation sur les réseaux sociaux)

Nous invitons toutes les composantes du mouvement social, à venir discuter en assemblée pour initier un premier tour social ; cf appel « de St-Denis » https://lepressoir-info.org/spip.php?article804 (nous pouvons bien sur modifier cet appel). Cet appel nous touche d'autant plus qu'il fait le "pont" entre mouvements de luttes syndicales et mouvement de luttes des quartiers populaires. Travail, en partie réalisé ici à Montpellier avec l'Ag populaire et sa commission convergence des luttes et actions. 

Afin de poser le fait que la construction d'un monde meilleur passe par les luttes collective et les alternatives concrètes. Mais aussi pour préparer les mobilisations de l'entre deux tour, notamment un cortège unitaire la veille du premier tour et au 1° mai. 

Nous proposons le samedi 8 avril au squat Luttopia à 18h pour en discuter et décider. 

Face au front national et au capitalisme, organisons-nous !

 Au grand débat télévisé de ce soir

Et aussi



Notre dossier NPA


A méditer en prenant un bol d'air frais...

Peu nous importe la démission annoncée de Jean-Luc Mélenchon pour l’après-constituante. Ce que nous ne voulons pas, c’est courir le risque d’entendre une autre antienne, celle de François Mitterrand (tant admiré par lui) à la fin de son double septennat : « Ces institutions (de la V° République) étaient dangereuses avant moi ; elles le resteront après moi ».

Cliquer ici

---------------------------



 NPA 34, NPA