Montpellier. Grève de la faim des prisonniers palestiniens...


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 
Document à lire ci-dessous


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Montpellier :   24h de jeûne en solidarité avec les prisonniers palestiniens. 
Du vendredi 19 mai 20h au samedi 20 mai 20h nous vous appelons à observer un jeûne de solidarité avec les prisonniers palestiniens grévistes de la faim et à vous rassembler samedi 13h place de la Comédie (Se signaler par mail  : comitebdsfrance34@gmail.com). 

Rassemblement de soutien aux prisonniers 

Samedi 20 mai 2017 à partir de 13h Place de la Comédie (au pied des statues des 3 Grâces).  

En présence des personnes qui font le jeûne  

Conférence de presse 14h30 Comédie

 Consultez le site de BDS 34, organisation de solidarité avec la Palestine que le NPA 34 soutient


A noter : L’Autorité palestinienne a empêché la tenue de plusieurs manifestations de soutien aux prisonniers en Cisjordanie alors que la tension monte à l’approche de la visite de Donald Trump dans la région. Cliquer ici

NPA : Solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim !

 La grève de la faim de 1 500 prisonniers palestiniens a été lancée le 17 avril par Marwan Barghouti, dirigeant du Fatah emprisonné depuis 15 ans.

Que revendiquent les grévistes de la faim ? Qu’Israël cesse de violer impunément le droit international en ne respectant pas les droits humains ; la fin de la torture, largement pratiquée dans les geôles sionistes ; l’arrêt des mauvais traitements ; le manque de soins ; la fin de la « détention administrative » qui permet à la force d’occupation de maintenir en détention, sans jugement, pendant une durée illimitée, qui bon lui semble ; l’incarcération de masse de mineurs, dont des enfants de 13 ans pour de simples jets de pierres contre des soldats suréquipés...

Témoignages de prisonniers palestiniens libérés en 2011 


Par Julien Salingue (article de septembre 2016). Cliquer ici

  
A lire aussi ce document particulièrement important


 Traduction française de la préface du rapport préparé par Richard Falk et Virginia Tilley pour la Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale (CESAO). «C’est seulement en démantelant ce régime d’apartheid qui est fondé sur une structure de domination raciale d’Israël sur le peuple palestinien délibérément fragmenté que peut être ouverte la voie pour une diplomatie crédible, qui vise enfin à réaliser une paix durable pour les deux peuples.» 

Extrait : Nous pensons que notre rapport répond de fait à la situation actuelle dans laquelle la diplomatie paraît gelée et où il ne semble y avoir aucun espoir de mettre fin au calvaire palestinien sans de nouvelles formes de résistance militante de la part des Palestiniens et du mouvement global de solidarité qui se renforce chaque jour davantage. Nous disons, en fait, avec le soutien du droit international, que continuer maintenant à appeler une « solution à deux états » est devenu une duperie cruelle et qu’il est totalement insuffisant de demander « la fin de l’occupation ». Nous pensons au contraire que la position politique appropriée au sein des Nations Unies, de la société civile, et partout parmi les gens de bonne volonté, est de demander « la fin de l’apartheid ».

C’est seulement en démantelant ce régime d’apartheid qui est fondé sur une structure de domination raciale d’Israël sur le peuple palestinien délibérément fragmenté que peut être ouverte la voie pour une diplomatie crédible, qui vise enfin à réaliser une paix durable pour les deux peuples. Certains disent que notre analyse est un appel à la fin de l’État d’Israël. Ceci méconnaît les implications de la fin de l’apartheid. Exactement comme l’Afrique du Sud s’est perpétué comme État malgré le démantèlement de l’apartheid, Israël se perpétuera et rien dans notre étude ne menace cette existence. Ce sur quoi notre analyse juridique insiste, c’est qu’Israël devienne un état légitime en se libérant des politiques, des pratiques et des stigmates de l’apartheid. Cliquer ici

 Et aussi

 La provocation israélienne à l'ouverture du festival de Cannes...

Miri Regev, ministre très à droite du gouvernement de Benjamin Netanyahu, s'est présentée mercredi soir à l'ouverture du festival dans une robe longue ivoire représentant dans sa partie inférieure un vaste panorama de Jérusalem et de sa Vieille ville, avec la coupole dorée caractéristique du Dôme du rocher.

 

La tenue de la tonitruante ministre ressemble fort à une déclaration, tant la question de Jérusalem occupe actuellement le discours de la droite israélienne, contre ce qu'elle dénonce comme les remises en cause du lien historique entre les juifs et la ville ou de la souveraineté israélienne sur celle-ci.

Le quotidien israélien Maariv a présenté la tenue de Mme Regev comme un hommage à la journée de Jérusalem prévue la semaine prochaine et marquant les 50 ans de la prise de Jérusalem-Est. Cliquer ici

La ministre de la culture israélienne a osé se présenter au festival de Cannes avec une robe portant au bas une vue panoramique de Jérusalem comme si Jérusalem était israélienne !! Le coordinateur du BNC (BDS) à Gaza a publié l'image en mettant en commentaire "real Miri Regev" (la vraie Miri Regev). 


La riposte sur les réseaux sociaux...




Et encore



Un manifestant palestinien se cache derrière une porte pendant les affrontements avec les forces israéliennes dans le village de Nabi Saleh, au nord de Ramallah. Cliquer ici

NPA 34, NPA