La rue ? On y était... on y sera !

Le 1er mai à Montpellier.
Dessin de JERC. "1er mai : re-belle journée du travail".
En ce qui concerne les chiffres, nous étions au moins 4000 en ce lundi ensoleillé. Cortège bien fourni où la partie strictement syndicale (CGT, FSU, Solidaires) n'était pas cette fois la plus nombreuse ni la plus dynamique.
PCF, Ensemble, NPA, CGA, quelques drapeaux de Lutte Ouvrière et un cortège volontairement compact et soudé de La France Insoumise, nettement délimité du reste des organisations politiques.
Et bien sûr les rythmes puissants de la Batucada qui venaient couvrir les slogans. Parmi ces derniers, partage à peu près équitable entre le rejet du FN et le refus des politiques anti-ouvrières. Les appels à voter Macron étaient pour le moins discrets... malgré la présence d'une petite poignée de "Jeunes Socialistes".
BDS 34 était là, en soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim. Le collectif de soutien aux migrants était présent lui aussi. Sans compter les militant-es kurdes.
Alors, un 1er mai comme les autres ?
JERC. "La partie émergée du FN"
Tout y était : l'anticapitalisme, l'antifascisme, la dimension internationaliste, le féminisme (avec des militantes d' "Osez le Féminisme")... il y avait pourtant quelque chose de plus : la situation politique, avec ce 2° tour de la présidentielle et le dilemme lancinant de cette fin de campagne. Comment voter ? Faire barrage au FN en votant Macron, tout en sachant que ce n'est pas vraiment un barrage puisque la politique voulue par ce candidat est celle qui produit un renforcement du FN ? S'abstenir ? Voter blanc ?
C'est le débat qu'on a retrouvé lors de l'assemblée de fin de manif.
Mais la tonalité générale faisait tout de même ressortir une évidence : IL VA FALLOIR CONTINUER À SE MOBILISER ! 
On ne peut évidemment pas prévoir l'avenir à partir de cette seule manif. Mais on pouvait ressentir que l'éventuelle victoire de Macron lors de ce 2° tour n'apporterait pas un soulagement tel qu'on pourrait souffler un peu et voir l'avenir sereinement...
Au-delà des consignes de vote ou de non-vote, la réponse est entre nos mains :
Une période de combat est devant nous.
Organisons dès aujourd’hui la riposte, 
représentons-nous nous-mêmes !


Interview de Gérard, porte-parole du NPA 34
Vous pouvez aussi consulter
l'intégralité de l'article de Midi-Libre.

Ci-dessous, un petit reportage photos sur cette manif du 1er mai.
Cliquez sur une photo pour agrandir et voir le diaporama.