dimanche 7 mai 2017

Plaisir, désir, frustration au temps de l'érection présidentielle... Et la conscience bordel ?


 "Cette question du préservatif préalable à l’intromission a été examinée. Le préservatif est censément le moyen par lequel des partenaires électoraux, nous voulons dire des votants, cherchent à se préserver de toute affection transmissible à l’occasion de l’intromission."
 

 De nombreuses personnes n’ont pas eu d’orgasme lors de leur dernier rapport électoral, dans la soirée du 7 Mai. C’est ce que nous révèle un sondage IFOP réalisé au cours de la même soirée, celle du fameux 7 Mai 2017. Pas d’orgasme, tout juste un soulagement. Ce qui est loin d’être identique ! Pas d’orgasme, et dans de nombreux cas, la nécessité fut de le simuler. Un problème nécessitant à coup sûr la consultation d’un sexologue électoral.

La chose nous a paru suffisamment grave pour questionner Samantha Dubray, docteure en sexologie et dont les travaux récents ont cherché à faire le point de cette difficile question dans la réputée revue canadienne Journal of Sexual Medicine, l’organe officiel de l’International Society of Sexual Medicine. Cliquer ici

A chacun-e de faire retour sur les suites sexopolitiques de la...position adoptée ce 7 mai : intromission, abstinence ...? !

Comment ça, les élections on s'en branle...

Cliquer ici 
NPA 34, NPA