Macron, Trump, Netanyahou...qui se ressemble s'assemble !


Montpellier le 14 juillet. Nous nous ressemblons, rassemblons-nous contre eux !



--------------------------------

 

 


Netanyahou, Trump et Macron cassez-vous !  

14 juillet contre les guerres sociales et impérialistes

• Manifestons le 14 juillet contre la guerre


14 juillet - Macron s’affiche en chef de guerre avec Trump. L’épouvantable président des USA, raciste et misogyne, lui sert de complice. Pitoyable… et dangereux ! La fête de la prise de la Bastille est défigurée depuis trop longtemps par les démonstrations de force militaire. Macron en rajoute avec sa communication de monarque : « Vive la guerre, tous avec Trump. ». Et si l’on rajoute la venue du dirigeant israélien Benyamin Netanyahou (le 15 juillet), nous sommes au sommet de l’horreur. Je rappelle que Netanyahou est à la tête d’un Etat raciste. Ce dernier pratique l’apartheid et la colonisation, des Palestinien·nes et de leurs territoires.

• Manifestons le 14 juillet contre la guerre sociale de Macron
 

14 juillet - Avec Macron, c’est l’été meurtrier. Ses député·e·s l’autoriseront à gouverner par ordonnances, qui sont les munitions de sa guerre sociale. Obsédé par la destruction du Code du travail, il étend son offensive au contrat de travail, à la sécurité sociale et pour les licenciements. « Vive le chômage et le Medef », voilà son cri de guerre.

• Manifestons le 14 juillet pour nos droits et nos libertés contre l’état d’urgence permanent


14 juillet - Macron veut transformer l’état d’urgence en état d’exception permanent, intégré à la loi ordinaire. Préfets, procureurs, policiers et militaires auront le droit de perquisition, d’assignation à résidence, de réprimer les quartiers populaires et les manifestations, sur simple ordre du gouvernement.

Le Front Social 34, pour ces 3 raisons, appelle à faire du 14 juillet une journée de reconquête populaire, de contre-offensive sociale et de manifestation. Venez nombreux·ses en participant au défilé des luttes sociales permettant d'unir tou·te·s celles et ceux qui ne veulent pas subir la politique de Macron, ces guerres impérialistes et ainsi défendre d'autres choix que la régression sociale.

Rdv le 14 juillet à 18h place de la Comédie 

Front Social 34 - Assemblée pour les luttes 

Campagne BDS France Montpellier 

Nul n’ignore que B. Netanyahou, 1er ministre de l’Etat d’Israël est le leader du Likoud, parti d’extrême droite, raciste et fasciste, porté au pouvoir par la société israélienne.

Nul n’ignore que ce parti, comme tous ceux qui l’ont précédés, travaillistes y compris, est un des partisan les plus actifs de l’apartheid israélien à l’encontre du peuple Palestinien.

Nul n’ignore que depuis 10 ans le blocus criminel, illégal et inhumain de la Bande de Gaza ne cesse de s’aggraver et atteint le seuil d’une catastrophe humanitaire dénoncée par toutes les ONG internationales de la santé et des droits Humains. Aujourd’hui la population survit avec seulement 2h d’électricité par jour !

Nul n’ignore qu’il s’agit là d’un génocide progressif, et donc d’un crime contre l’humanité entrecoupé de massacres de masse tous les deux ans.

Nul n’ignore qu’au mépris des résolutions de l’ONU la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem en particulier connaît des sommets d’illégalité et de violences jamais atteints. 

RIEN QUE POUR CES MOTIFS MACRON AURAIT DÛ REFUSER DE RECEVOIR EN FRANCE LE REPRÉSENTANT DE L’ÉTAT D’ISRAËL 
AU LIEU DE ÇA MACRON INVITE NETANYAHOU
POUR COMMÉMORER LA RAFLE DU VEL D’HIV


Et pourquoi pas nommer Trump ou Poutine président d’Amnesty International !

La Rafle du Vel d’Hiv des 16 et 17 juillet 1942, c’est 13 000 juifs dont la moitié d’enfants arrêtés par 7000 policiers français, qui seront livrés aux nazis, envoyés à Drancy d’où ils seront déportés à Auschwitz.

CETTE INVITATION EST DOUBLEMENT CONDAMNABLE :

Inviter le représentant d’un état terroriste qui pratique le génocide progressif, l’apartheid, l’emprisonnement et la torture des enfants à l’égard du peuple palestinien, qui refuse le retour des Réfugiés depuis plus de 60 ans est une insulte faite aux victimes du génocide juif et de leurs familles ! Une insulte à l’égard de toute personne solidaire des victimes du génocide juif et de toutes les autres personnes exterminées dans les camps de la mort.

Inviter le représentant de l’Etat d’Israël pour commémorer un événement antérieur à la création d’Israël c’est contribuer à « L’industrie de l’Holocauste », c’est affirmer le soutien aux thèses sionistes les plus extrémistes qui prétendent qu’Israël représente tous les juifs et que tous les juifs sont représentés par Israël. Alors même que de part le monde le nombre de juifs qui refusent cet amalgame et combattent la politique israélienne et le sionisme ne cesse d’augmenter.

Macron en campagne électorale en Algérie déclarait que « la colonisation est un crime contre l’humanité ». Nous le jugeons sur ses actes : en invitant le représentant de l’Etat d’Israël à cette cérémonie, E. Macron, président de la république française, engage ouvertement la France dans le soutien au colonialisme et à l’apartheid. Nous combattons cet engagement !

CAMPAGNE BDS FRANCE MONTPELLIER

  
 
 A lire aussi

[…] L’étude aboutit à trois grandes conclusions. La première est que ces mesures devraient en moyenne avoir un impact neutre : pour beaucoup de foyers, la hausse du prix du tabac et de la fiscalité écologique effacerait ainsi en partie les gains permis par les autres baisses d’impôts.
En revanche, les ménages les plus riches (ceux du « dixième décile » dans le découpage par niveau de vie des statisticiens) seraient largement gagnants. « Ils devraient concentrer 46 % des gains des mesures fiscales dédiées aux ménages », analyse M. Timbeau. Leur revenu annuel augmenterait en effet de 2,6 %, contre 1,4 % pour l’ensemble des ménages. Et ce, car ils profiteraient à plein du plafonnement forfaitaire à 30 % sur les revenus de l’épargne et de la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI), puisque nombre de placements financiers (actions, obligations, assurance-vie…) seraient sortis de cet impôt.

Autre conclusion : les ménages qui bénéficieraient le moins de ces mesures seraient ceux du neuvième décile (dont le niveau de vie est en dessous de celui des 10 % les plus riches, mais au-dessus de 80 % des autres). Leur revenu annuel augmenterait en effet de 0,1 % seulement. Motif : ils gagnent trop pour toucher l’exonération de la taxe d’habitation… mais pas assez pour profiter pleinement de la réforme de l’ISF. D’autres catégories seraient aussi perdantes. « Les retraités touchant une pension supérieure à 20 000 euros par an et par part fiscale supporteront ainsi la hausse de la CSG, mais ne bénéficieront ni de la suppression des cotisations sociales, ni de l’exonération de taxe d’habitation », note M. Plane.

Troisième conclusion : les 9 milliards d’euros que représentent ces mesures fiscales devront bien sûr être financés. Mais on ne sait pas encore précisément comment. Or, les 60 milliards d’euros d’économies annoncées sur l’ensemble du quinquennat auront aussi, par ricochet, un impact sur le pouvoir d’achat. « Selon les modalités choisies, certaines coupes dans les dépenses – par exemple dans la santé ou les aides personnalisées au logement – pourraient pénaliser les moins riches et accentuer encore les inégalités engendrées par la mise en œuvre des mesures fiscales », détaille M. Plane. Cliquer ici

 Capital lui-même relaie l'info ... preuve seulement que le capital sait être cynique !


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

  
  
Débat. Macron ou la «bourgeoisie managériale» aux commandes de l’Etat

 Se donner un objectif, se donner les moyens de cet objectif...


 ..................


L’avant-projet de loi renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité – qui sera examiné par le Conseil des ministres, en principe, ce 21 juin – consacre la banalisation de l’état d’urgence dans le droit commun : en définitive, il s’agit de sortir de l’état d’exception… en faisant de l’exception la norme. 

Plus précisément, certains commentateurs considèrent que ce n’est pas l’état d’urgence qui est banalisé, mais le terrorisme. En effet, faute d’éradiquer le terrorisme, celui-ci aurait perdu son caractère exceptionnel au rythme des attentats qui ont frappé et endeuillé notre pays. Il faudrait considérer dorénavant que ce phénomène mondial menace de manière permanente la vie de tous les Français. La répression ne suffirait plus et il faudrait développer un régime de prévention – reposant philosophiquement sur le principe de précaution et l’objectif du risque zéro- pour rassurer nos concitoyens et l’opinion publique.

Ainsi, alors que la fin de l’état d’urgence s’imposait comme le rappelait depuis des mois le Conseil d’Etat , le Gouvernement – faute de courage politique – a cédé d’une part, à la surenchère sécuritaire et d’autre part, à l’émotion suscitée par les attentats de Manchester et de Londres. Pour répondre aux attentes et aux peurs supposées de nos concitoyens, le pouvoir exécutif propose, en définitive, la création d’une police spéciale du terrorisme. Cette police administrative exclut l’autorité judiciaire et porte atteinte à nos principes fondamentaux, au premier rang desquels ceux de la séparation des pouvoirs et de la protection des libertés publiques et individuelles. Cliquer ici

 Dans un appel lancé dans Libération et Médiapart, plus de 300 universitaires et chercheurs s'alarment de la volonté du gouvernement d'inscrire dans le droit ordinaire les principales mesures de l'état d'urgence.

Et aussi



 Et encore




 NPA 34, NPA