Montpellier. Le passe-temps estival d'un préfet Macron-Philippe-jolis discours...

... pourrir la vie des migrants

 

23 juillet : Ciné. Migrants, retour d'enfer 

 

Le gouvernement n'oublie pas les Roms : Et revoilà les OQTF! 

 

Montpellier. Rassemblement devant la préfecture le lundi 24 juillet à 17h

Le collectif migrants bienvenue 34 communique 

 

Mais que fait la préfecture ?

 

À Montpellier, six Soudanais en procédure « Dublin » se sont vus remettre ce 18 juillet, à la Préfecture de l’Hérault, un arrêté d’assignation à résidence. Ces jeunes hommes hébergés au CAO – Centre d’accueil et d’orientation – de Montpellier devront désormais « pointer » tous les jours de la semaine à l’Hôtel de police « muni de leurs effets personnels ». Ces six demandeurs d’asile vont devoir, chaque jour ouvrable, marcher depuis le CAO jusqu’à l’Hotel de Police donc faire plus de 30mn de trajet, pour se présenter à 16h00 au 256 de la rue du Comte de Melgueil – avec leur baluchon, sous la chaleur !


Le collectif Migrants Bienvenue 34 est outré par ces méthodes dégradantes et inhumaines. Nous avons alerté à plusieurs reprises la préfecture sur les dangers et les dysfonctionnements du règlement Dublin en Italie et ailleurs, où peuvent être renvoyés du jour au lendemain ces six « dublinés » montpelliérains. Faire vivre, pour ces six personnes, la menace quotidienne d’être enfermées en Centre de rétention administrative pour ensuite être expulsées en Italie est totalement dépourvu d’humanité. 

Nous savons très bien l’Italie débordée, qui a déjà forcé le retour au Soudan de réfugiés où les attend le dictateur El Béchir poursuivi par la Cour de Justice Internationale pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide ! Depuis neuf mois à Montpellier, dans l’attente de pouvoir déposer une demande d’asile, ces six Soudanais ont tout fait pour se reconstruire : ils ont appris le français, se sont fait des amis… Cette assignation vient ajouter un stress quotidien et une humiliation supplémentaire au traumatisme de leur parcours.

Le 5 juillet dernier nous étions reçu-e-s en audience avec une liste de 22 personnes sous le coup d’une procédure Dublin. Nous nous battons avec elles depuis des mois afin qu’elles puissent déposer une demande d’asile. Toutes ces personnes ont déjà subi d’énormes violences tout au long de leur exil. Parmi elles, les six personnes soudanaises évoquées ci-dessus. Le préfet de l’Hérault a le pouvoir de mettre fin à cette situation inique.

 

Carole Delga, Présidente du Conseil Régional Occitanie, a affirmé à plusieurs reprises sur son compte Twitter que l’Occitanie ferait tout pour accueillir les migrants du mieux possible. Elle se déclarait « fière que des enfants et des hommes viennent trouver refuge en Région Occitanie ouverte et généreuse ! ».

Il y a quelques jours, Edouard Philippe, premier ministre, déclarait : « Nous ne sommes pas à la hauteur de ce que doit être la France ». En effet, la France est encore loin d’être à la hauteur…

Le collectif Migrants Bienvenue 34 appelle à un rassemblement devant la préfecture le lundi 24 juillet à 17h, au moment même où il a demandé une nouvelle audience, encore sans réponse. 

Aucun être humain n’est illégal ! Arrêt des procédures « Dublin » ! Arrêt des expulsions !

 


 A lire aussi

 
 
Hier soir, la distribution de repas a été interrompue par de fourgons de CRS gyrophare allumé, sous la supervision de responsables du commissariat de Calais. Ils on déclaré que la distribution était terminée puis ont procédé à un contrôle d’identité des exilé-e-s, dont certain-e-s étaient encore en train de manger, suivi de quatre arrestations, dont un mineur à peine adolescent qui a été traîné sur deux cents mètres par six CRS. Au-delà de la brutalité voulue, les mineurs n’ont pas à justifier de la régularité de leur séjour, ils sont en situation régulière parce que mineurs, il n’y avait donc pas de base légale à son arrestation. Les quatre exilés arrêtés ont été relâchés rapidement, ce qui montre que leur arrestation n’avait pas d’autre but qu’une démonstration de force. Cliquer ici
  




 .............................

Les salauds font du bateau ...
S'ils coulaient, au moins ne pas se précipiter pour les repêcher...


Le comble, être sauvés par lui !



........................


Ce nouveau plan migrants soulève un tollé quasi général. La mairie de Paris elle-même se dit « déçue par son manque d’ambition ». Les militantEs internationalistes et antiracistes ont pour leur part des propositions concrètes à proposer pour résoudre la crise actuelle :
- La régularisation immédiate de tous les sans papiers quelque soit leur pays d’origine
- L’arrêt des poursuites judiciaires pour « aide à étranger en situation irrégulière »
- L’arrêt immédiat des violences policières racistes contre les migrantEs et réfugiéEs.
- La dénonciation des accords de Dublin qui contraignent les réfugiés à faire une demande d’asile dans le pays par lequel ils ont rejoint l’Europe, et non celui dans lequel ils souhaitent résider.
- La dénonciation des accords du Touquet qui permettent à l’Angleterre d’interdire  l’accès aux demandeurs d’asile, les services d’immigration se trouvant en France.
 - La mise en place de corridors humanitaires pour stopper l’hécatombe en Méditerranée. Cliquer ici

°°°°°°°°°°°°°°°°° 

Vote Macron. Mieux vaut tard que jamais...

 ... Mais aujourd'hui, je ne suis pas seul à m'indigner. Nous somme nombreux à réclamer un traitement décent pour tous les réfugiés. Une campagne en faveur de la régularisation de Mme Cao à inondé de mails les secrétariats des ministères et de l’Elysée, des coups de téléphone ont occupé les standards. La seule chose que nous puissions faire, c'est dénoncer par tous les moyens l'indignité de ce que vous faites en notre nom à tous. Comptez sur nous pour ne pas y renoncer de si tôt. Cliquer ici

Points de vue relevés en campagne électorale



 

Depuis le durcissement des politiques européennes, la Mare Nostrum est devenue une « mer morte » pour reprendre les termes du cartographe Nicolas Lambert qui cartographie l’hécatombe des migrants en Méditerranée, où le nombre de décès augmente alors même que le nombre de traversées décline.


NPA 34, NPA