À la Une...

Catalunya. Jour J : mobilisation populaire contre mobilisation policière et judiciaire


La victoire du "oui" à l'indépendance

Lundi 2 octobre à 18H30 rassemblement devant le Consulat d'Espagne à Montpellier, rue Marceau angle cours Gambetta (liste des signataires de l'appel à venir)

Grève générale le mardi 3 octobre en Catalogne

 
Le "Comité pour la Démocratie" (Taula por la Democràcia) vient de prendre une décision de grève générale qui devrait avoir un exceptionnel impact puisque les composantes de ce comité sont les deux puissantes associations pour l'indépendance ANC et Òmnium, les grandes centrales syndicales CCOO et UGT de Catalogne, l'Association Catalane des Universités Publiques (ACUP), le Conseil National de la Jeunesse de Catalogne, la Confédération des Associations de Quartiers de Catalogne (CONFAVC), la Fédération des Assemblées de parents de Catalogne (FAPAC), LaFede.cat-Organitzacions pour la Justice Globale, l'Union des Fédérations Sportives de Catalogne et l'Union des Paysans de Catalogne. Deux associations patronales, Pimec et Cecot, appellent également à cette action. Tout ce beau monde rejoint l'appel à cette grève générale lancé depuis plusieurs jours par les anticapitalistes indépendantistes de la CUP, la CGT (syndicat libertaire) et l'Université Progressiste d'Eté de Catalogne. On peut considérer décisif cet appel à la grève générale car il met en branle un très large tissu associatif et syndical qui désormais met au grand jour la dimension sociale de l'action politique menée par le mouvement national catalan.  Il envoie le signal au gouvernement de Madrid qu'il n'a plus, en face de lui, seulement la représentation politique de la Generalitat et les citoyen-nes qui l'appuient mais bien un peuple soudé, décidé à faire face à l'offensive qu'il serait tenté d'accentuer contre la volonté d'autodétermination qui aujourd'hui est devenue volonté d'indépendance. Pour bien comprendre que ce mouvement social n'est pas, comme certains en France le fantasment, soumis à la droite nationaliste qui dirige la Generalitat, on relèvera l'appel solennel, qui vaut  méfiance et avertissement, lancé par le dirigeant de l'ANC au président de la Generalitat : "Nous attendons tout de votre engagement dans ce mouvement. Président, ne nous faites pas faux bond. Ce sont des moments d'une importance capitale dans l'histoire de notre pays qui nous attendent. Nous espérons que l'engagement de ce Govern [gouvernement de l'autonomie catalane] permettra bientôt que naisse une république catalane libre". A bon entendeur salut ! A lire en espagnol

La bataille de l'image perdue par le gouvernement de Madrid

Foto de La prensa internacional habla de represión ante ciudadanos pacíficosDétournement, dans la presse internationale, d'une célèbre photo de la Guerre Civile espagnole où l'on voit un milicien républicain fauché par la mitraille franquiste
Capture%2Bd%25E2%2580%2599e%25CC%2581cran%2B2017-10-02%2Ba%25CC%2580%2B03.52.29.png


0h50 : Les résultats du référendum sont tombés

  Malgré la répression ce sont 2.262.424 bulletins qui ont pu être collectés. A 90% (2.020.140 ) ils se prononcent pour le "oui" à l'indépendance. Le "non" a réuni 176.766 bulletins, soit 7,8%. Ces plus de 2 millions de votant-es, certes loin du chiffre des inscrits (5,7 millions), sont cependant un succès politique pour les promoteurs du référendum. Malgré l'incroyable répression policière, ils signent l'échec du gouvernement de Madrid (1) et sont un encouragement pour les partisans de l'indépendance à aller plus loin dans leur projet politique. N'oublions cependant pas que ledit échec de Madrid expose les Catalans à un danger gravissime d'escalade dans la répression : le revers est trop grand pour que la bête blessée ne joue pas son va tout et elle a de la ressource hélas ! L'heure est bien à créer un cordon solidaire de protection de Catalunya en demandant en particulier des comptes à Macron pour le soutien sans faille qu'il a accordé aux apprentis dictateurs d'outre Pyrénées. Cliquer ici

(1) Les forces policières du gouvernement ne seront parvenus à fermer que 14% des bureaux de vote (Los colegios cerrados por Guardia Civil, Policía y Mossos solo suponen el 14% de los centros de votación). Ce chiffre dit non seulement l'échec de la stratégie répressive de Madrid mais surtout la raison : l'exceptionnelle mobilisation populaire, sa détermination, son courage contre lesquels matraques, gaz lacrymogènes, balles en caoutchouc... se seront avérés de dérisoires outils politiques ! Mémorable acquis à méditer sous tous les cieux... 
 
Le défi catalan monte d'un cran. Redoublons de solidarité, la Catalogne est en grave danger !

Puigdemont ya abre la puerta a una declaración unilateral de independencia

Le président de la Generalitat vient de déclarer que le oui l'a emporté et que cela ne pouvait qu'avoir des conséquences politiques. En clair la proclamation unilatérale d'indépendance, sous la forme d'une république, est dans les tuyaux. Il appelle l'UE a enfin considérer que la question catalane n'est pas une affaire intérieure de l'Etat espagnol et à jouer un rôle de médiateur avec Madrid ! Peu après on a appris qu'il convoquait pour demain à 10h30 une réunion extraordinaire du Conseil Exécutif au siège de la Generalitat. La réunion se tiendra à huis clos. Rappel : c'est le Parlement catalan qui devra ratifier la proposition d'une éventuelle déclaration unilatérale d'indépendance. Il est inutile de dire que tout cela annonce une épreuve de force dont on ne sait pas jusqu'à quelle extrémité (arrestation du président de la Generalitat, de tout l'exécutif ?) elle peut amener un gouvernement madrilène décidé à tout, c'est-à-dire au pire ! Des heures encore plus sombres que celles vécues aujourd'hui sont à attendre et nous devons redoubler de solidarité avec ce peuple qui se trouve près de subir une tragédie; près de devoir s'affronter à un terrorisme d'Etat démultiplié qui retrouve ses racines, seulement enfouies, dans une dictature dont il convient de rappeler qu'elle avait imposé ses conditions à la démocratie espagnole sous la forme de la trop bien nommée Transition. Pas rupture !


Franco supervisait les opérations

Aujourd’hui, mes collègues observateurs internationaux et moi-même avons formé une dizaine de convois différents, pour sillonner toute la Catalogne, du petit village de montagne à la grande ville en passant par les villes côtières de taille moyenne. On a vérifié si techniquement, le scrutin remplissait les conditions de validité. Y avait-il des urnes ? Oui. Des bulletins de vote ? Oui. La question, objet du référendum, était-elle clairement posée ? Oui. Etait-elle traduite dans les trois langues officielles de la région (espagnol, catalan et occitan) ? Oui. La connaissance des bureaux de vote a-t-elle été assurée aux électeurs ? Oui. Le droit de ne voter qu’une seule fois a-t-il été respecté ? Là encore, la réponse est oui. 

Et surtout, nous sommes aussi envoyés sur place pour vérifier s’il y a des empêchements à la bonne tenue du scrutin. Et là, on a halluciné ! En plusieurs décennies, je n’ai jamais rien vu de pareil ! On a vu d’horribles scènes se dérouler à quelques mètres, sous nos yeux. Il y a trois ans presque jour pour jour, j’ai suivi la consultation citoyenne en Catalogne et à l’époque, j’ai vu des gens heureux. Aujourd’hui, j’ai vu des Catalans en larmes et en sang. Une dame âgée redoutait que mes collègues observateurs et moi quittions le bureau de vote, de peur que la police ne vienne s’emparer de l’urne pleine de bulletins. C’est inadmissible d’assister à ça en Europe aujourd’hui. Cliquer ici : http://www.20minutes.fr/monde/2142791-20171001-referendum-catalogne-vu-catalans-larmes-sang

22h : la situation en Catalunya rend les marchés nerveux... Déjà S&P avait décidé vendredi, au vu de la situation en Catalogne, de maintenir inchangée la note financière de l'Espagne alors que "tout le monde" s'attendait à ce qu'elle monte. Aujourd'hui l'euro est à la baisse, les "experts" disent que les images violentes du jour sur fond de Brexit et de montée des populismes appellent d'urgence que le bon sens reprenne ses droits, blabla...https://cincodias.elpais.com/cincodias/2017/09/29/mercados/1506710128_226575.html


20h15

Des vidéos de la journée, c'est parfois violent : Los vídeos de las cargas policiales y la resistencia ciudadana en Catalunya 

Des barricades sont dressées devant des bureaux de vote pour protéger d'une incursion de la police les bulletins qui se trouvent dans les urnes.


"Démocratie" espagnole...




20h

Vidéo : Manifestation de solidarité avec les Catalan-es dans le centre de Madrid (Puerta del Sol) au cri antifasciste des années 36-39 "No pasarán (le fascisme ne passera pas)
et "oui, oui, oui au droit de décider" ! !

Concentración en Sol por el 1-O al grito de "sí, sí, sí, derecho a decidir"


19h50

Ordre a été donné à la police espagnole et à la Garde Civile de rester toute la semaine en Catalogne : Policía y Guardia Civil tienen órdenes de quedarse al menos una semana más en Catalunya


19h35

Nous en sommes à 465 blessé-es : El Govern cifra en 465 las personas atendidas por las intervenciones policiales


De la tension et même quelques brèves beignes entre police nationale et police catalane devant les bureaux de votes. Le ministère de l'intérieur de Madrid indique qu'il va ordonner une enquête sur l'attitude de cette police catalane dont il souligne le comportement passif face aux ordres qu'elle avait reçus de sa part de déloger les occupants des bureaux de vote. Divers juges de districts (6 à l'heure qu'il est) instruisent des plaintes contre des policiers catalans pour désobéissance aux ordres reçus (lire ici).

Voici ce que j'écrivais hier sur mon blog de Mediapart à propos de la police catalane : Une autre inconnue majeure : l'attitude que la police catalane (Mossos de Esquadra) va adopter. Placée sous contrôle de la police de l'Etat espagnol, elle dit qu'elle obéira mais les consignes données sont de ne pas recourir à la violence face aux manifestants. A mon avis il faut avoir en tête 1/ que cette police catalane a une désormais assez longue histoire de répression, souvent violente, des mouvements sociaux mais que 2/ elle est déstabilisée dans son noyau idéologique de fidélité à l'autorité de l'Autonomie catalaniste. Je n'ai guère d'espoir qu'elle vienne en aide au mouvement national en cours mais nous sommes dans une situation où bien des choses inattendues peuvent arriver. On verra bien. Dans l'immédiat elle procède à la fermeture de tout ce qui ressemble à des collèges électoraux sans rien faire dans le cas où ils sont déjà occupés par des partisans du référendum (surtout des écoles). Tiré de Dernières infos de Catalunya (https://blogs.mediapart.fr/…/3…/dernieres-infos-de-catalunya)

En cours d'après midi

Référendum en Catalogne : les images chocs des heurts entre police et votants

Le gouvernement catalan est en train de chercher une parade au blocage informatique. Il demande de la patience en affirmant que la solution (à l'étranger) est en bonne voie.

Vidéo : violences policières pour procéder à l'évacuation d'un lycée :http://www.eldiario.es/catalunya/politica/MINUTO-Diada_13_685361458_12867.html

15h20 : la police espagnole tire des balles en caoutchouc dont l'usage est interdit en Catalogne : le gouvernement catalan recense 337 blessés à cette heure-ci. Malgré tout le vote semble se poursuivre largement dans l'ensemble de la Catalogne malgré les obstacles mis par Madrid. A première vue, Rajoy n'est pas parvenu à bloquer l'accès à de nombreux lieux de vote parfois improvisés. Il en est réduit à dire qu'en l'absence de contrôle informatique (qu'il a délibérément gravement altéré !), le vote n'aura aucune légitimité ! Cela  résonne comme un aveu d'échec politique... Les dernières déclarations des autorités espagnoles semblent moins fringantes qu'il y a quelques heures. A vérifier cependant tout au long de ce qu'il reste de la journée. Le gouvernement catalan prolonge le vote jusqu'à 21 h. Le célèbre club de foot du Barça dont la direction et les joueurs ont déclaré soutenir le référendum, envisagent, pour dénoncer la répression en cours, de ne pas disputer aujourd'hui le match qui devait les opposer, à 16h15, au club de Las Palmas (Canaries). Les joueurs de ce dernier envisageaient, quant à eux, d'arborer sur leur maillot le drapeau de l'Etat espagnol pour signifier, disent-ils, leur soutien à "l'unité de l'Espagne" !


Posté sur FB il y a 22 minutes

Catalunya aujourd'hui. Des queues très tôt le matin sous la pluie. La police espagnole qui force des bureaux de vote matraques à la main. La police catalane qui observe et ne bouge pas : elle n'a pas appliqué l'ordre de fermer les collèges électoraux, du moins ceux qui sont occupés. Le gouvernement autonome catalan qui proclame le système des "listes électorales universelles" qui permet de voter là où on peut. Le président de la Généralité a ainsi voté dans un centre différent du sien qui a été investi par les forces du désordre. Le vote se fait par des procédures manuelles là où l'informatique ne fonctionne pas. La maire de Barcelone dénonce l'occupation policière de la ville : "ville de paix qui n'a pas peur" ! La tension monte, quelques affrontements par-ci, par-là... Madrid exprime sa crainte que le gouvernement catalan ne proclame l'indépendance unilatérale... Quelques photos ci-dessous.

A l'instant 

Catalunya. Les charges policières se multiplient. Principalement à Barcelone pour ce que l'on en sait.





























A lire aussi

Mis en ligne hier soir

  


Et aussi



Consultez les articles par rubrique

LUTTES SOCIALES
FÉMINISME
ANTIRACISME ANTIFASCISME
>


SOLIDARITÉ MIGRANTS
ÉCOLOGIE
JEUNESSE ENSEIGNEMENT


POLITIQUE LOCALE
DÉBATS
POLITIQUE NATIONALE


INTERNATIONAL
RÉPRESSION
NPA