À la Une...

FUKUSHIMA 11 MARS 2019 : 8 ANS




En partenariat avec le cinéma Utopia, Arrêt du Nucléaire 34 propose : Le couvercle du soleil

Séance unique mardi 19 mars à 20h


La projection sera suivi d'un débat avec Kolin Kobayashi, journaliste indépendant, membre organisateur du forum social mondial antinucléaire, représentant du film en France

On sait quand démarre un accident nucléaire mais pas quand il se termine : Fukushima est une catastrophe toujours en cours.
Les cœurs des réacteurs 1, 2, et 3 sont toujours en fusion et non accessibles, en raison d’un taux de radioactivité trop élevé empêchant l'homme, comme le robot, de s’en approcher. Ces réacteurs doivent être refroidis en permanence : 300 tonnes d’eau sont utilisées chaque jour depuis 8 ans, pour les refroidir.
Le volume des eaux hautement contaminées dépasse aujourd'hui 1 120 000 tonnes stockées dans plus de 1000 réservoirs. (Capacité de stockage sur le site de Fukushima atteinte sous deux ans). TEPCO et les autorités japonaises préconisent d'en rejeter dans l'Océan Pacifique, ce qui est déjà un état de fait puisque de nombreux réservoirs ont fuit, et que l’océan contient d'ores et déjà de l'eau contaminée.  Plus de 800 tonnes de matériaux fondus hautement radioactifs ont pénétré les nappes phréatiques.
Le bilan sanitaire de la pollution nucléaire est difficile à établir, mais déjà de nombreux cas de cancer de la thyroïde ont été décelés chez les enfants. (Il peut induire troubles cardio-vasculaires, leucémies, tumeurs, cancers thyroïdiens et endocriniens…). A Minami-Soma, dans le département de Fukushima, d'après les statistiques de l'hôpital municipal, le nombre des cas de cancers de la thyroïde est 29 fois supérieur au niveau d'avant l'accident, celui des leucémies 10,8 fois supérieur.
L'estimation financière de la catastrophe à ce jour est de plus de 180  milliards d’euros, sans compter les dégâts écologiques et sanitaires.
Le gouvernement japonais met fin aux aides attribuées à plus de 80 000 émigrés toujours éloignés de chez eux, afin de les contraindre à retourner vivre dans des territoires contaminés !
L'implication de la France est sa participation au programme ETHOS, qui a pour objectif de rendre acceptable la vie en zone radioactive, et donc de rendre acceptable la société nucléaire et ses risques.
Un docu fiction sur Fukushima ferait-il peur au lobby du nucléaire ?
Les JO de 2020 outil de propagande pour la reconstruction ?
Arrêter le nucléaire c'est urgent et c'est possible
le NPA propose un scénario d'arrêt du nucléaire en 10 ans.




Consultez les articles par rubrique

LUTTES SOCIALES
FÉMINISME
ANTIRACISME ANTIFASCISME
>


SOLIDARITÉ MIGRANTS
ÉCOLOGIE
JEUNESSE ENSEIGNEMENT


POLITIQUE LOCALE
DÉBATS
POLITIQUE NATIONALE


INTERNATIONAL
RÉPRESSION
NPA