À la Une...


Consultez les articles par rubrique

LUTTES SOCIALES
FÉMINISME
ANTIRACISME ANTIFASCISME
>


SOLIDARITÉ MIGRANTS
ÉCOLOGIE
JEUNESSE ENSEIGNEMENT


POLITIQUE LOCALE
DÉBATS
POLITIQUE NATIONALE


INTERNATIONAL
RÉPRESSION
NPA

12 septembre réussi, on prépare la suite !



Transformons le coup d'essai en coup de maître !
Tract du NPA34 : cliquez sur les vignettes pour lire.

La Marseillaise  13 septembre 2017
    



 

Cliquez sur l'image ci-dessous pour l'agrandir


Et aussi

Benjamin Amar (CGT), Olivier Besancenot (NPA), les autres voix à la télé

Un syndicaliste qui remet les pendules à l'heure sur le plateau de BFM-désinfo


On ne s'en lasse pas... Une mobilisation électorale en très forte "déteinte"



La France Insoumise a appelé à manifester contre la Loi travail le 23 septembre, en précisant que cet appel était ouvert à tous. Vous joindrez-vous à lui ? 
Il faut voir si la France Insoumise (LFI) et Jean-Luc Mélenchon en font une initiative unitaire, ce qui n’est toujours pas le cas. Dire que tout le monde peut venir avec son drapeau ne correspond à l’idée de cadre unitaire que nous nous faisons. Je fais une proposition toute simple, c’est que toutes les organisations politiques et syndicales qui sont contre la Loi travail – au niveau politique cela irait de Benoît Hamon au PCF en passant par LFI, LO et d’autres – se voient au plus vite pour discuter de la stratégie des mobilisations. C’est LFI qui a mis cette date du 23 septembre dans le décor, c’est donc à eux de répondre à cette question. Sont-ils prêts à co-organiser ou même à organiser une réunion unitaire pour débattre de la manière dont chacun participe ?
C’est un exercice élémentaire : chacun dans son coin, dans l’émiettement, on n’arrivera qu’à des calculs à court terme. Il faut qu’on unisse nos forces pour battre le gouvernement. La Loi travail en tant que telle représente une modification profonde du droit du travail, mais à travers elle c’est la mise en confiance du gouvernement pour le restant du quinquennat qui est en jeu. La situation sociale et politique ne sera pas tout à fait la même s’ils réussissent à faire passer la réforme ou s’ils échouent. Pas besoin d’avoir fait l’ENA pour le comprendre. Cliquer ici
 
 
"On commence avec les routiers", ont indiqué les deux représentants en souhaitant une "convergence des mobilisations".


LETTRE OUVERTE AUX SYNDICATS, ASSOCIATIONS, FRONTS DE LUTTE, FORMATIONS POLITIQUES 

Amis et camarades,

Comme vous, nous constatons que le programme de Macron n’épargne personne, des étudiants aux retraités, des jeunes bénéficiant de contrats aidés aux assurés sociaux, des chômeurs aux locataires, des salariés à toute la population. Ce ne sont pas des « réformes » mais une contre-révolution libérale.

De toute urgence, nous voulons avec vous lever les obstacles à la mobilisation :

- d’un côté les mesures dévoilées chaque jour globalisent une offensive contre toutes et tous, de l’autre les dates de l'agenda de ripostes organisent leur dispersion.

- d’un côté un besoin de résister et une aspiration unitaire s’expriment en de nombreux endroits, de l’autre des prévisions de cortèges et d’actions semblent s’ignorer, voire se concurrencer.

Nous ne nous pouvons pas nous permettre le luxe d'une défaite. L’offensive de Macron est bien trop dangereuse et touche à l’essentiel.

La manifestation du 12 septembre, formidable encouragement, appelle une suite à la hauteur.

Mais la suite, pour l’heure ?

- le 21, journée interprofessionnelle avancée par la CGT ;
- le 22, adoption des ordonnances Macron ;
- le 23, manifestations de la France Insoumise et/ou de la CGT pour la paix ;
- le 25, début de la grève à l’appel des Fédérations de Transport CGT et FO ;
- le 26, journée nationale pour la défense des hôpitaux psychiatriques
- le 28, les retraités puis le 10 octobre, la fonction publique, le 13 octobre, la métallurgie...

Les voilà bien, les raisons de notre appel !

Toutes et tous, nous devons nous mettre autour d’une table pour définir ensemble une feuille de route, un plan de luttes, de grèves, de manifestations et des revendications communes, qui, en plus du retrait des ordonnances, permettent d’associer toutes les catégories professionnelles, la jeunesse, les précaires, les chômeurs, les retraités.

Embauches massives, hausse importante des salaires, développement des services publics et de la Sécurité sociale, c’est sur cette base commune que toute la population peut être entraînée dans la lutte pour envoyer aux oubliettes les projets de Macron.

S’unir pour ne plus subir, tout bloquer pour gagner, ce message du Front Social, nous allons le porter lors des échéances déjà décidées : nous appelons à réussir la journée du 21 septembre, veille de l’adoption des ordonnances. Par les manifestations, les grèves, le 21 doit peser de toutes nos forces.
Le 23 septembre, le Front Social portera aux manifestants de la France Insoumise la proposition unitaire de la convergence des luttes pour gagner.
Le 25 septembre, la grève des fédérations de Transports CGT et FO fait surgir le besoin de mouvements qui bloquent l’économie, autour desquels la solidarité de tous doit s’exprimer.

Ne nous dispersons pas ! Si le but est bien de construire un mouvement pour gagner, alors l’unité d’action doit l’emporter sur la dispersion qui conduit à la défaite. Tout est encore possible, et la bouffée d’oxygène du 12 septembre nous fonde à espérer l’élan unitaire de toutes et tous.

Soyons à la hauteur des enjeux, rencontrons-nous sans délai ni préalable. La résistance victorieuse au désastre social organisé par Macron est à ce prix, à la portée de toutes et tous.

S’unir pour ne plus subir 

Front Social, le 12 septembre 2017



Agenda Montpellier



A l'appel du Front Social 34, AG de lutte le samedi sur la place de la Comédie à partir de 18 h

Au menu : la mise en place des actions à venir avec en point de mire la grande journée de manifestations et de grèves du jeudi 21 septembre



Et encore


Trouvé le 12 septembre dans le livre de la rue "Je lutte, donc je suis"...