À la Une...


Consultez les articles par rubrique

LUTTES SOCIALES
FÉMINISME
ANTIRACISME ANTIFASCISME
>


SOLIDARITÉ MIGRANTS
ÉCOLOGIE
JEUNESSE ENSEIGNEMENT


POLITIQUE LOCALE
DÉBATS
POLITIQUE NATIONALE


INTERNATIONAL
RÉPRESSION
NPA

Les retraités en colère battent le pavé.

Forte mobilisation des retraités
ce jeudi 28 septembre


Près de 1000 à Montpellier :

Répondant à l'appel national de neuf organisations syndicales et associations (voir le tract intersyndical ci-dessous) les retraités se sont rassemblés à 10h30 sur la Comédie.
Dés le début on sent que cette manifestation sera différentes des précédentes, et en effet ce sont plus de 800 retraités qui se dirigent vers la préfecture où une délégation doit être reçue.
Dans le cortège les discussions vont bon train contre les mesures gouvernementales:
  • augmentation de 1,7% de la CSG ( Contribution Sociale Généralisée entraînant une perte de
    204 € par an pour une pension de 1000 € par mois,
    306 € par an pour une pension de 1500 € par mois,    
    408 € par an pour une pension de 2000 € par mois     
  • réduction de 5 € par mois de l'APL (Aide Personnalisée au Logement)
  • disparition des emplois aidés alors que les plans d'aide à l'autonomie sont insuffisants.
Également critiquées les déclarations gouvernementales qualifiant d'aisées les  personnes ayant des retraites de plus de 1200 € alors que par ailleurs le gouvernement donne beaucoup aux plus riches avec la baisse de l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune) qui ne prend plus en compte les actions et obligations (90%du patrimoine), diminution de l'impôt sur les sociétés à 28%, plafonnement de l'impôt des revenus du capital à 30%.
Les retraités sont plus que jamais décidés à participer aux mobilisations futures.


Gilbert  correspondant NPA34   

Et pendant ce temps, ils étaient 800 à Nîmes et Perpignan, 300 à Béziers, 150 à Bagnols, Mende et Bédarieux. Les chiffres sont 3 à 4 fois supérieurs aux chiffres habituels, plus de 4000 au total!

Voici le compte-rendu que fait Jacques Cros du rassemblement de Béziers :


     Ils étaient peut-être trois cents devant la sous-préfecture de Béziers ce jeudi 28 septembre à 10 h 30 pour protester contre le sort qui est le leur. Parmi les drapeaux une majorité de la CGT avec toutefois des participants de la FSU dilués dans le nombre.
     Michel Andreu a rappelé la situation révoltante qui est faite aux retraités. Gel de leur pension et régression de leur pouvoir d’achat par l’augmentation sensible de la CSG. Si tous les retraités sont touchés, les choses deviennent difficiles pour ceux qui sont au bas de l’échelle des rémunérations. Certains par exemple doivent survivre avec moins de 800 € / mois.
     De l’autre côté de la barrière les profits des actionnaires sont en augmentation sensible. La population des gens riches a vu leur avoir multiplié par 12 cependant que le PIB n’a été que doublé. Cela prouve à l’évidence que le mécanisme qui nous régit ne favorise pas les investissements.
     L’allocution prononcée par ce militant de la CGT est un réquisitoire contre a logique du système et une condamnation sans appel des gens qui le gèrent pour le compte du monde de la finance. Les retraités en ont vraiment ras-le-bol de ce qu’ils subissent. Leur colère était palpable au cours de ce rassemblement qui a vu une participation exceptionnelle.
     Une responsable du syndicat Force Ouvrière des retraités a succédé à Michel Andrieu. Elle a mis en cause la désinvolture du président de la République dont l’emploi du temps est trop chargé pour recevoir les organisations représentatives des personnels qui ont cessé leur activité professionnelle.
     Une délégation a été reçue par les autorités de la sous-préfecture. Elle a fait part du mécontentement profond  des retraités. Elle a rendu compte de son entretien aux gens qui avaient attendu son retour sur la place qu’ils occupaient.
     Michel Andrieu a appelé à poursuivre et intensifier l’action pour que justice soit rendue à ceux qui ont travaillé leur vie durant et qui se trouvent agressés dans leurs conditions d’existence par une politique au service du capital.
                                                                                                        Jacques Cros
Cliquez pour agrandir
Midi-Libre 29/09/2017