À la Une

Consultez les articles par rubrique

LUTTES SOCIALES
FÉMINISME
ANTIRACISME ANTIFASCISME
>


SOLIDARITÉ MIGRANTS
ÉCOLOGIE
JEUNESSE ENSEIGNEMENT


POLITIQUE LOCALE
DÉBATS
POLITIQUE NATIONALE


INTERNATIONAL
RÉPRESSION
NPA

Montpellier Attaque facho à la fac de droit

Le doyen complice !

Agenda suite à la riposte antifachos de ce jour

Des AGs sont programmées en science, à l'UPV, en droit. Ce soir à 18h UPV, réunion des comités de mobilisations des universités. 

 Dernières infos 

18h : Le doyen de la fac de droit de Montpellier admet la possibilité d'un prof de droit parmi les hommes cagoulés


16h : Commando à la fac de droit : inspection, plaintes et enquêtes (Métropolitain)

Sur le site du Monde: A Montpellier, des étudiants violemment expulsés de la fac de droit par des individus cagoulés (voir la vidéo du doyen qui se dit fier du commando d'agresseurs baptisés "étudiants").
A croire qu'à la fac de ... droit de Montpellier les cagoules et les bâtons font partie de la panoplie règlementaire ! Quant aux travaux pratiques sous certaine supervision professorale... Bonjour les magistrats que cela va nous donner en fin de cursus !

A la mi-journée devant la fac de droit


Cliquer ici

Par la suite un cortège de 1000 personnes s'est dirigé vers la Préfecture.


Cette nuit, un commando cagoulé, armé de barres de fer a violemment attaqué les étudiant-es qui occupaient la fac de Droit. Ils n'ont pu le faire sans la complmicité du doyen qui s'est ensuite enfermé dans la fac avec eux.

Vous trouverez ci-dessous 2 vidéo concernant cette agression, ainsi que les communiqués de Solidaires, de l'Intersyndicale de l'ESR et celui du NPA34.






Communiqué NPA 34
suite à l’agression des occupant-e-s de la fac de droit



Le NPA 34 et le NPA jeune 34 dénoncent l'attaque ignoble et lâche subie par les occupant.e.s de l’amphithéâtre de la fac de droit, occupation votée en Assemblée générale interprofessionnelle et intersyndicale qui s’est tenue après la mobilisation réussie du 22 mars.

Devant le refus de la Préfecture d'envoyer la police déloger les occupant.e.s, et alors que l'entrée principale de l'université était tenue par les étudiant.e.s mobilisé.e.s, le doyen de la fac de droit, Philippe Pétel, a fait entrer une quinzaine d'hommes cagoulés et armés par les portes de derrière des bâtiments. Ces hommes se sont jetés sur les occupant.e.s, les frappant à coups de battes et de bâtons, et tazant au moins une étudiante qui, coincée sous une grille, avait déjà le crâne ouvert.

Le doyen s'est par la suite enfermé dans l'université avec ces hommes, fermant les grilles de sécurité pour les protéger et faciliter leur sortie sans heurts. La police, appelée par les étudiant.e.s, dit n'avoir pas pu entrer dans les lieux ; elle a pourtant éloigné les étudiant.e.s des bâtiments avant de laisser sortir les agresseurs.

Si cette milice a pu entrer dans l’amphithéâtre par les issues de secours, c'est bien que le doyen, présent sur les lieux a donné l'ordre au personnel de sécurité de les laisser entrer.
Résultat de cette attaque lâche et ultra violente contre les étudiants : 3 blessé.e.s graves nécessitant l’intervention des pompiers et une hospitalisation, et une dizaine de blessé.e.s légers. Les étudiant.e.s ayant quitté tant bien que mal l’amphithéâtre n’ont pas eu le temps de récupérer leurs affaires personnelles : sacs, téléphones, clés. A cette heure-ci, la police empêche toujours leur entrée dans les bâtiments.

Le NPA 34 dénonce fermement la collusion entre le doyen Pétel, ces agresseurs fascistes et la police. Il exige la démission immédiate du doyen Pétel. Pas de fachos dans nos facs ! 

Rassemblement de soutien 
à 13h devant la fac de droit
(rue de l’école Mage). 

https://www.facebook.com/events/205117590072977/?ti=cl

 


Communiqué intersyndical ESR (Enseignement Supérieur et Recherche) Montpellier
 
APPEL à se rassembler aujourd'hui, 23 mars à 13h, devant la Faculté de Droit


 
Les organisations syndicales réunies ce jour ont appris avec consternation l’intervention d’un groupe de nervis cagoulés contre des étudiants occupant un amphithéâtre de l’UFR de droit et science politique, dans le cadre de la mobilisation contre la sélection à l’Université et la réforme du bac, pour le retrait de la loi ORE. 
Plusieurs étudiants ont été blessés, des insultes à caractères racistes et homophobes ont été proférées.
Cette violence appelle une condamnation nette et sans appel de la part de toute la communauté universitaire. 

Nos organisations demandent  que des poursuites soient engagées contre les auteurs, ainsi que leur commanditaire. 

Des témoignages attestent que le doyen de l’UFR de Droit  était présent aux côtés des individus encagoulés. 

Nous demandons que le Président de l'UM, dès aujourd’hui, condamne publiquement ces agissements  et engage les poursuites nécessaires.
Nous réaffirmons que nos organisations ne reculeront pas, elles poursuivront jusqu’au bout le combat pour exiger le retrait de la loi ORE, aux côtés des étudiants, dans l’unité, comme c’est le cas depuis maintenant 3 mois. Nous appelons à un rassemblement aujourd'hui à 13h00 devant l'UFR Droit.  

Montpellier, le 23 mars 2018.
 Signé : CGT (SNTRS, Université, INRA, FERC), SNPREES-FO, FSU (SNESUP, SNCS), Solidaires (Sud éducation, Sud Recherche EPST, Solidaires étudiantEs), CEI.