À la Une...


Consultez les articles par rubrique

LUTTES SOCIALES
FÉMINISME
ANTIRACISME ANTIFASCISME
>


SOLIDARITÉ MIGRANTS
ÉCOLOGIE
JEUNESSE ENSEIGNEMENT


POLITIQUE LOCALE
DÉBATS
POLITIQUE NATIONALE


INTERNATIONAL
RÉPRESSION
NPA

Montpellier, Paris... La rue en lutte est belle, le ciel gris n'y peut rien !


Macron...gare à toi, les cheminot-es se lancent à fond de train et ça suit tout autour ! Objectif : déraillement de ta politique !

 Aujourd'hui à Montpellier avec les cheminot-es, les étudiant-es, les enseignant-es, les hospitalièr-es, les retraitées et tant d'autres...

 Sur Libération


Mardi, des manifestants de divers secteurs sont descendus dans la rue pour leurs propres luttes et pour soutenir celle des cheminots.

Et si Montpellier était devenu le premier laboratoire de la convergence des luttes, si chère à l’extrême gauche ? Avec, pour décor principal, la faculté de droit, théâtre de violences il y a deux semaines. Il était dès lors logique que la journée de mobilisation débute devant ses portes, lesquelles rouvraient mardi matin pour la première fois depuis les fameux événements. «Plein de lycéens nous ont rejoints tôt ce matin devant la fac de droit, s’enthousiasme Noémie, 18 ans. Vive la convergence des luttes ! Le but, c’est d’être solidaires, et de faire tous ensemble un effet de masse.» Cliquer ici

 La manif de Montpellier en images
(Correspondant NPA 34)







Petit signe vers la Catalogne des prisonniers politiques...




Ben quoi, la lutte est sur les rails...



 Alors qu'il faudrait protéger la gare des flics !


 






 Ce n'est que la lutte, le début continue !


Une trentaine d'écrivains, réalisateurs ou encore universitaires …
liberation.fr

LE TREPORT (NORMANDIE). Après les deux premiers des trente-six jours de la…
paris-normandie.fr

 Scène de la macronie matraqueuse
UN PHOTOGRAPHE DE LAMEUTE FRAPPÉ AU VISAGE PAR LA POLICE


Aujourd’hui, mardi 3 avril, alors que nous couvrions la manifestation de convergence cheminot.es/étudiant.es se déroulant entre la Gare de l’Est et la Gare Saint-Lazare, un de nos photographes (Tuff) a fini à l’hôpital (EDIT : Tuff est sorti, il a actuellement 7 agrafes sur le crâne). 

Alors que la manifestation venait de quitter le Boulevard Magenta pour s’engouffrer dans la Rue de Maubeuge, une Compagnie de Sécurisation et d’Intervention (CSI), puis une Compagnie d’Intervention (CI) ont surgi de nulle part et matraqué la foule. C’est à ce moment-là que notre photographe, Tuff, est matraqué au visage, perd l’équilibre et, à terre, est de nouveau matraqué au niveau des jambes. Il convient d’insister sur le fait que Tuff était parfaitement identifiable en tant que photographe, et a levé son appareil en l’air, de manière visible pour les agents de police, avant d’être matraqué.

Nous apportons un soutien inconditionnel à notre camarade et ami, et condamnons fermement les violences policières auxquelles il a été confronté aujourd’hui. Il reviendra d’ailleurs à Tuff, s’il le souhaite, de témoigner par lui-même une fois remis, et d’engager des poursuites judiciaires.

Quant à nous, nous ne pouvons que voir au travers de ces violences policières à l’encontre des reporters d’images - dont les témoignages d’Alexis Kraland ou de NnoMan par le passé viennent confirmer la systématisation - la réponse de l’Etat face à un mouvement social grandissant, parce que légitime. Nous remercions en outre le travail exemplaire des Street Medics de Paris, qui ont apporté les premiers secours, et évité une situation éventuellement plus grave.

En outre, nous appelons toutes les personnes capables de témoigner de cette agression de nous faire parvenir au plus vite une contribution.

Solidarité avec toutes les personnes victimes des violences policières.

© LaMeute (Graine et Dare)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 Un superbe plateau télé à voir : avec Olivier B mais aussi Edwy Plenel, sur l'actualité des luttes et un retour sur Mai 68, et encore le témoignage de deux étudiant-es de Montpellier

 




A lire aussi

Tribune unitaire publiée par L’Humanité et Médiapart

Retrait immédiat du projet de loi proposé par le gouvernement ! 

Le gouvernement Macron cible le « statut » des cheminot.e.s dans le but de remettre en cause tous les statuts du travail, toutes les conquêtes sociales, dans le secteur privé  tout autant que dans les services publics avec par exemple la santé indexée sur la rentabilité et la mise en place de la sélection pour l’entrée à l’université. 


 On n'oublie pas notre camarade


Autant en rire... 

Erreur, ce n'est pas l'image du jour mais celle de la SNCF si elle est macronisée...