À la Une...


Consultez les articles par rubrique

LUTTES SOCIALES
FÉMINISME
ANTIRACISME ANTIFASCISME
>


SOLIDARITÉ MIGRANTS
ÉCOLOGIE
JEUNESSE ENSEIGNEMENT


POLITIQUE LOCALE
DÉBATS
POLITIQUE NATIONALE


INTERNATIONAL
RÉPRESSION
NPA

Universités. Ils/elles contrent l'intox antiétudiante des macroniens...



Ce matin à Tolbiac : évacuation policière avec 2 blessés graves dont 1 dans le coma. Le commob de Paul Valéry appelle à un
rassemblement devant la préfecture de Montpellier a 20h ! Venez nombreux et faites tourner l'info le plus possible !


----------------------------------

L'essence, inflammable, des réformes gouvernementales :
"révise tes partiels, laisse les autres penser à ta place, plie-toi dès le lycée au monde du chômage de masse, de la précarité et de la sur-flexibilité, et surtout, marche droit et regarde tes pieds en disant merci".


« Des professionnels du désordre ». La phrase a été lâchée par Emmanuel Macron, en direct au JT de 13h de l’ORTF jeudi 12 avril, et il a persisté et signé en prime time dimanche 15 au soir. 50 ans après Mai 68, ou presque, dans la droite ligne de De Gaulle, le président a désigné la « chienlit ». Mieux encore, il a envoyé les CRS contre les campus mobilisés, après avoir déployé 2500 gendarmes contre la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. Tout un programme pour qui souhaite remettre le pays « En Marche ». Ou plutôt, « au pas ».

Les étudiants sont vent-debout contre la loi ORE, qui grave dans le marbre une sélection sociale déjà à l’œuvre dans l’université d’aujourd’hui, mais qui fermera plus encore la porte des universités aux bachelier·e·s issu·e·s des classes et quartiers populaires. Manipulés par de prétendus « professionnels du désordre » minoritaires, ces milliers de jeunes, réunis en assemblées générales, notamment à Tolbiac, Paris 3, Paris 8, Nanterre, Nantes, Lyon 2, Strasbourg, Marseille, Rennes 2, Grenoble, Rouen, Poitiers, Bordeaux, Toulouse, ou encore Montpellier ? Manipulés par de prétendus « agitateurs professionnels » ces multiples collectifs universitaires, les personnels de plus d’une centaine de composantes disciplinaires, voire les président-e-s de plusieurs universités, plus de 8000 pétitionnaires, qui ont déjà condamné ou d’ores et déjà décidé de boycotter le dispositif Parcoursup et ce qui l’accompagne ? 

Les mêmes arguments ou presque, un demi-siècle après 68, sont resservis, pour faire sonner l’heure de la matraque et discréditer la jeunesse. La suite est à lire ici

 A lire aussi



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


La bande à Macron-Philippe à l'assaut de la fac !

 « Un baqueux lui a chopé la cheville. Ça l’a déséquilibré, et le camarade est tombé du haut du toit, en plein sur le nez. On a voulu le réanimer. Il ne bougeait pas. Du sang sortait de ses oreilles… »


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 



Et aussi